Il était fort.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"On ne voulait pas le croire, mais on le vit bien qu’il était fort, à la manière calme dont il quitta le banc pour aller, le pas sonore et la tête haute, vers la pile de bois. Il prit une bûche longue et ronde, non la plus légère, mais la plus lourde qu’il put trouver. Elle avait encore des noeuds, de la mousse, et des ergots comme un vieux coq. D’abord il la brandit et s’écria:
« Regardez, elle est plus dure qu’une barre de fer, et pourtant, moi qui vous parle, je vais la casser en deux sur ma cuisse, ainsi qu’une allumette. »
A ces mots, les hommes et les femmes se dressèrent comme dans une église. Il y avait présents: Barget, le nouveau marié; Perraud, presque sourd, et Ramier, qu’on ne fait pas mentir; Papou s’y trouvait, je me souviens; Castel aussi, il peut le dire: tous gens renommés, qui racontaient d’ordinaire, aux veillées, leurs tours de force, et se frappaient d’étonnement l’un après l’autre. Ce soir là, ils ne riaient plus, je vous assure. Ils admiraient déjà l’homme fort, immobiles et muets. On entendait ronfler derrière eux un enfant couché. Quand il les sentit dominés, bien à lui, il se campa d’aplomb, ploya le genou et leva la bûche de bois avec lenteur. Un moment, il la tint suspendue au bout des ses bras raidis – les yeux éclataient, les bouches s’ouvraient, douloureuses – puis il l’abattit, han!… et, d’un seul coup, se cassa la jambe."

Jules Renard, « Le Vigneron dans sa Vigne ». (Mercure de France,edit.)

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot bmjy ?