Jean Loup Bonnamy (2)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Nos dirigeants ont peur du peuple parJean-Loup Bonnamy

Le référendum est au cœur des Institutions de la Vème République telles que les a conçues le Général de Gaulle. Il est le processus démocratique par excellence. Si la République est bien le “gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple”, selon la formule d’Abraham Lincoln reprise par la Constitution française, alors il est normal de demander au Peuple, seul souverain, ce qu’il veut. De 1958 à 2005, 10 referendums nationaux ont été organisés, soit en moyenne un tous les cinq ans. Cinq par le Général de Gaulle, un par Georges Pompidou, deux par François Mitterrand, deux par Jacques Chirac (celui sur le quinquennat et celui sur le TCE). Pourtant, depuis 2005, plus aucun référendum n’a été organisé. Beau symptôme de la « populophobie » de nos élites pour reprendre l’expression de Guillaume Bigot.

Nicolas Sarkozy avait promis deux referendums en cas de réélection durant sa campagne de 2012, mais il ne fut pas réélu. Nos dirigeants ont peur du peuple. Comment s’étonner que les «gilets jaunes» réclament le RIC alors qu’aucun référendum n’est plus organisé par nos présidents depuis 15 ans ? L’absence de référendum concourt au dépérissement de la vie démocratique française et à la montée des colères populistes. Par exemple, face à l’ampleur des grèves contre la Réforme des retraites, Emmanuel Macron aurait pu redonner la parole au peuple et organiser une grande consultation démocratique sur ce sujet crucial. De même, les Français n’ont jamais été consultés sur les grands sujets culturels et identitaires. Alors que la France se targue d’être une démocratie, on n’a jamais demandé aux citoyens s’ils étaient d’accord de vivre dans un pays multiculturel et s’ils souhaitaient que l’immigration continue ou s’arrête : on leur a imposé un état de fait. Le recours au référendum permettrait également de briser le «Gouvernement des juges » face aux décisions les plus aberrantes du Conseil constitutionnel ou du Conseil d’État. Ainsi le Conseil constitutionnel a censuré les dispositions de la loi antiterroriste qui prévoyaient des «mesures de sûreté» pour les détenus ayant purgé leur peine. De même, il a retoqué plusieurs dispositions de la Loi sécurité globale alors que les Français sont de plus en plus demandeurs de sécurité et de protection et que la situation sécuritaire est de plus en plus grave. Dans les colonnes du Figaro, Jean-Éric Schoettl, conseiller d’État honoraire et ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, dénonce « la fuite en avant du Conseil constitutionnel dans la censure des dispositions protégeant l’ordre public ». Mais, puisque, selon l’article trois de notre Constitution, le peuple français est le seul souverain, le référendum permettrait de lever de tels obstacles. Il faudrait également inscrire dans la Constitution que seul un autre référendum peut défaire ce qu’a fait un référendum et que le résultat d’un référendum ne peut donc pas être annulé en passant par la voie parlementaire (comme ce fut le cas avec le Traité de Lisbonne, qui effaça en passant par la voie parlementaire une bonne partie de ce que le peuple avait manifesté le 29 mai 2005.

Source:

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/anniversaire-du-non-au-referendum-sur-le-tce-retour-sur-un-tournant-historique-20210529

 

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot coqn ?