Revue de blogs d'octobre 2021

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Lu sur le blog de Maxime Tandonnet:

Marie-Dominique Ledent dit :

25 octobre 2021 à 12:44

Connaissez-vous « le menticide »? ce meurtre de l’esprit qui arrive quand une « psychose de masse » se déchaine? Une psychose de masse est une épidémie de folie et elle se produit quand une grande partie de la société perd le contact avec la réalité et sombre dans l’illusion.
C’est ce qui s’est passé entre autres avec la chasse aux sorcières en Amérique et en Europe aux 17è et 18è siècles, avec la montée des totalitarismes en Allemagne et en Extrême-Orient au 20è siècle. C.Jung le décrit très bien quand il écrit que  » il devient de plus en plus évident que ce n’est pas la famine, les tremblements de terre, les microbes ou le cancer mais bien l’homme qui est le plus grand danger pour lui-même, pour la simple et bonne raison qu’il n’existe pas de protection efficace contre les épidémies psychiques qui sont infiniment plus dévastatrices que la pire des catastrophes naturelles pour la vie symbolique. »
Le drame est que ceux qui en sont victimes ne s’en rendent pas compte car un individu devenu fou ne peut sortir de son esprit pour observer les erreurs qu’il commet ; il n’y a pas de poussée d’Archimède qui permette à ceux qui vivent une psychose de masse d’observer leur propre folie collective.
La peur se transforme peu à peu en panique au fur et à mesure que la charge mentale des émotions répétitives provoquées par des menaces réelles ou imaginaires, annoncées de façon à être dosées de plus en plus fort par des discours officiels, devienne insupportable et déclenche le besoin de réguler le flot émotionnel par une rupture psychotique, devenue la manière réactive « normale » pour faire face à un état anxiogène extrême.
Hannah Arendt l’a très bien théorisé et expliqué. La transformation sociale qui s’établit sous le totalitarisme est construite et soutenue par des illusions car les hommes et les femmes trompés régressent vers des statuts infantiles de sujets obéissants. Celui qui peut apporter l’illusion d’une vérité simple et rassurante est facilement leur maître. Leur soif de vérité est détournée des évidences qui ne sont pas à leur goût et glorifient l’erreur si l’erreur les séduit.
Arrive alors la phase d’intégration psychotique au cours de laquelle l’individu parvient à assembler les choses en conservant une manière pathologique de voir la réalité, mais qui lui permet d’expliquer ses expériences anormales. Il voit enfin du sens et des liens dans ses expériences et cette intégration est psychotique parce qu’elle est basée sur des illusions et non sur des modes de relation adaptatifs.
Jamais auparavant dans l’Histoire, des moyens aussi efficaces n’avaient existé pour mener la société dans la psychose du totalitarisme.
Les smartphones et les médias sociaux, la télévision et internet, le tout associé à des algorithmes qui censurent rapidement le flux d’informations indésirables, permettent aux détenteurs du pouvoir d’attaquer facilement l’esprit des masses.
De plus la nature addictive de ces technologies signifie que de nombreuses personnes se soumettent volontairement à la propagande de l’élite dirigeante avec une fréquence remarquable.
La technologie moderne éduque l’homme à prendre pour acquis le monde qu’il regarde. Il ne prend pas le temps de se retirer et de réfléchir ; la technologie l’attire, l’entraîne dans ses rouages… dans ses mouvements : pas de repos, pas de méditation, pas de réflexion, pas de conversation ; les sens sont continuellement surchargés de stimuli.
L’homme n’apprend plus à questionner son monde, l’écran lui offrent des réponses toutes faites.
Et c’est encore plus facile quand il est isolé, comme les animaux en laboratoire qu’on cherche à conditionner. Ça permet de perturber les interactions sociales normales. En perdant contact avec le monde réel, il est beaucoup plus facilement la proie des délires encouragés par la propagande et les machinations de l’élite dirigeante. C’est Pavlov qui a démontré que l’abaissement des stimuli rendait le conditionnement plus facile.
Malheureusement, en imposant une stricte conformité et en exigeant une obéissance aveugle de la part des citoyens, le totalitarisme prive le monde de sa spontanéité qui produit des joies de la vie et la créativité qui fait avancer la société. L’ordre d’un monde totalitaire est un ordre pathologique qui contient en lui les germes de son déclin mortifère.
Il est donc nécessaire, selon Carl Jung, pour ceux d’entre nous qui souhaiteraient aider à retrouver la raison dans un monde insensé, de commencer à mettre de l’ordre dans notre propre esprit et de vivre d’une manière qui serve d’inspiration pour les autres.
Puis de tenir bon en ayant un discours et des actes qui fassent advenir et entretiennent des lueurs d’espoir dans l’esprit de nos proches, en proclamant notre foi en l’humain, notre espérance en l’avenir et notre besoin de trouver à rassembler ce qui semble s’opposer; il est essentiel de privilégier et encourager ce qui est semblable sans être opposé, et va dans le sens d’une complémentarité des talents.
De même que l’élite dirigeante ne reste pas passive mais prend des mesures délibérées pour accroître son pouvoir, de même des efforts engagés et concertés doivent être faits pour amener le monde à une délivrance irréversible.

socratedefrance dit :

26 octobre 2021 à 00:15

Oui vous avez parfaitement raison.
A force d’état providence, à force de légiférer pour tout et n’importe quoi, l’individu ne se sent plus personnellement investi d’une responsabilité dans l’harmonie collective.
Il doit réapprendre à s’investir dans la communauté.
L’individu ne sait plus qui il est, il ne connaît de sa propre personne que ce que ses émotions lui en disent, nos élites jouent de cela.
Le problème c’est que bien souvent la révolte du peuple envers ses élites n’est en fait qu’une sorte de jalousie. Changer le monde ce n’est pas changer de camps, c’est plutôt l’ambition de revoir une nouvelle façon de faire l’harmonie entre nous, quelques soient les places que nous occupons: la révolution, c’est en nous qu’il faut l’opérer.

Jean-Luc dit :

26 octobre 2021 à 00:30

@ M-D Ledent
Remarquable analyse sur la manipulation et psychologie des masses et sur les moyens à mettre en œuvre pour y échapper.
Merci à vous pour cette contribution et sa conclusion qui apporte des raisons d’espérance et d’optimisme.

Source: 

https://maximetandonnet.wordpress.com/2021/10/25/passe-sanitaire-au-bout-de-la-nuit/comment-page-1/#comments

 

Point du vue sur le covid ici et ailleurs

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Philippe dit :
 
18 décembre 2020 à 10:17
 
Bonjour Maxime, bonjour à tous,
 
Voilà quelque chose qui devrait vous intéresser, je travaille beaucoup avec la Suède et une de mes nièces vit en Suède où elle est professeur de Français. Ils m’ont fait part d’un article publié au mois de novembre. Une enquête fut publiée sur les origines des foyers de la COVID 19. Les Suédois n’ont pas choisi le confinement. L’agence de santé publique de la Suède en collaboration avec les Finlandais ont fait une étude sérieuse, sur les origines des contaminations. Cette enquête est conduite notamment par Anders Tegnell médecin et haut fonctionnaire suédois. Les Suédois ont l’application sur leur portable et à partir de là les services de santé suédois, mais aussi finlandais pour la Finlande ont pu faire une enquête sérieuse. Sachant que « recommandation » signifie « directive », les Suédois doivent s’y plier.
 
Il s’avère que 40% des contaminations se font dans les transports en commun et par effet de rebond la contamination se fait dans le foyer. Que 31% des contaminations se font dans les grandes surfaces.
 
Grâce aux applications des portables et le bornage ils peuvent suivre le tracé des personnes. Les bars et restaurants ne représentent que 14% et les spectacles ne représentent 8 % ce qui est totalement l’opposé de ce que nous annoncent le gouvernement français et les épidémiologistes. Cela fut fait dans les grandes villes.
 
Une enquête parallèle fut faite dans les campagnes. Là aussi, dans les petits villages et petites villes, le taux de contamination est faible, et dans 80% des cas l’origine de la contamination est le transport en commun. Les petits commerces ne représentent que 3% des contaminations soit 27% de moins que dans les grandes surfaces. Pour les grandes villes, les petits commerces ne représentent que 6% des cas de contaminations. Chose importante, il est noté que le port du masque ou pas n’a pas fait de différences significatives, dans le développement de la contamination.
 
Pour les lycées et universités, les écoles secondaires et les universités ils ont reçu la recommandation de fermer leurs portes et d’offrir la formation à distance en mars 2020. Les écoles primaires sont ouvertes et le taux de contamination est très faible.
 
Les morts du COVID en novembre étaient de 6022 ce qui représente 0.057% de la population suédoise. Alors qu’en France il est de 0.088 % de la population.
 
Il est noté sur cet article que la stratégie de la Suède est de maintenir les taux de transmission à un niveau que le système de santé de suédois peut soutenir, il ne cible pas l’immunité grégaire, ils essaient de maintenir le taux de transmission aussi bas que possible. Ces jours ci, il y a un léger rebond, mais de nouvelles recommandations ont été donné notamment la fermeture des bars à 22h00. Mais il y a une chose que l’on constate c’est que l’économie suédoise et finlandaise ne souffrent pas.
 
A savoir aussi: l'hydroxychloroquine et l’azithromycine font parties des protocoles de soins dans les hôpitaux suédois avec un taux de guérison de 92%. Les médecins suédois ont le droit de prescrire ce traitement. Et d’ailleurs la Belgique qui avait interdit le traitement l’a réhabilité. Mais en France pas question.
 
Chose importante, le gouvernement suédois subit des pressions importante de la part de l’OMS et de certain groupes pharmaceutiques, certains vont jusqu’à répandre de fausses nouvelles dans la population afin que la politique menée par le ministère de la santé soit discréditée, ainsi que de provoquer la déstabilisation de Anders Tegnell qui mène de main de maitre la situation COVID.
 
En Suède la gestion de crise est menée par des professionnels et non par les politiques et des épidémiologistes qui braillent sans cesse sur les chaines de télé, en criant qu’eux seuls détiennent la vérité telle que Monsieur Blachier consultant à la solde des laboratoires. Ou monsieur Jean-François Delfraissy président du conseil scientifique.
 
Pour l’anecdote, cette semaine je faisais une formation à Orly, je vais au centre commercial Belle Epine pour chercher de quoi manger. Les restaurants sont fermés et font des plats à emporter. Les gens prennent des plats à emporter et je vois une multitude de personnes assises aux bords des jardinières du centre commercial, sur les escaliers et des rebords des vitrines des magasins pour manger. Et là aucune distanciation. Les tables et tabourets présents sont condamnés et sous plastiques. On marche sur la tête. Ce pays fait vraiment tout et n’importe quoi.
 
Mardi matin je prends l’ascenseur de l’hôtel, grand ascenseur, je rentre dans l’ascenseur, une personne était dedans, je lui dis bonjour, celui-ci me crie dessus en me disant « c’est une seule personne je ne veux pas attraper la COVID » Je lui réponds « halte à la psychose nous avons 1.50 mètre entre nous, vous ne risquez rien. » Il me traite de connard et d’inconscient.
 
Nous sortons de l’hôtel, je prends ma voiture et je vois mon individu se précipiter dans le tramway qui était plein à craquer, il a même eu de la peine à se faire une place. Comme quoi la bêtise n’a pas de limite.
 
Pour ma part j’ai beaucoup plus confiance en l’enquête suédoise qu’aux balivernes que nous racontent notre ministre de la santé et les épidémiologistes stars du show-biz.
 
 
 
Fil RSS des articles de cette catégorie