Ce feu qui couve

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Le couvre-feu, c'est chacun chez soi, la rue déserte, la ville sinistre, le pays silencieux, la nuit sécuritaire et sanitaire, la privation de nos libertés fondamentales. On sanctuarise le travail, ou plutôt la production de richesses, tandis qu'on s'attaque à tout le reste. La rencontre nous est vitale. La culture nous est vitale. Nous sommes capables de multiples précautions, mais nous voulons vivre. Dans le monde d'Emmanuel Macron tout est bientôt interdit, sauf de travailler.

Depuis des mois maintenant, l'excécutif a installé le virus au centre de tout, grand ordonnateur de nos vies, unique justification de tous les choix. Si nous en mesurons la menace, si nous savons qu'il représente un événement grave pour l'humanité, nous ne pouvons nous résoudre à lui donner le pouvoir, ni à voir l'exécutif renforcer avec lui sa mainmise sur une société qui cherche de l'air. Une nouvelle fois, le président de la République, seul, a décidé. Est-il possible qu'on lui ait confié ce pouvoir? Le président et son gouvernement sont en échec. En échec parce qu'ils ont fait des choix de casse de l'hôpital public et ces choix se confirment dans le budget à venir. En échec parce qu'ils n'ont pas réussi à mobiliser la société: ils ont choisi l'infantilisation et les mesures autoritaires. Ils n'ont pas su nous aider à affronter la crise sanitaire, ils nous ont même placé en situation de fragilité avec leurs choix néolibéraux. Les chiffres qu'ils nous annoncent, c'est leur bilan. Les mesures qui se succèdent brillent toujours plus par leur incohérence pratique. Nous devons montrer notre niveau de vigilance commune, ralentir peut-être, modifier parfois, lutter contre les inégalités, agir pour augmenter notre capacité à faire face... mais faut-il subir en plus du virus, ce paternalisme pesant, liberticide et déprimant qui s'immisce dans le plus privé de nos vies personnelles? La République ne peut se détourner de la fraternité, du vivre ensemble, du commun...

La société s’abîme sur cette pente. Voyez cette vie qu’on nous dessine, métro-boulot-dodo. Et dans le champ des activités montrées du doigt, les décisions ciblent toujours les mêmes: les bars et restaurants d’un côté, le monde du spectacle vivant de l’autre. Comme si le virus faisait le tri. L’humain productif, voilà ce qu’on veut préserver au fond.

Ce couvre-feu c’est une violence. C’est une décision qui paraît insensée. Cela veut dire que c’est nous le danger alors que c’est nous la solution. C’est le signe d’un Etat de plus en plus coupé du peuple, et de plus en plus autoritaire pour arriver à ses fins. Le virus n’en est qu’un nouveau révélateur. Ces mesures peu à peu étouffent la richesse des relations sociales, de nos imaginaires et de nos désirs.

Quel feu veut-on couvrir? Quel feu faudrait-il protéger?

Pierre Dharréville

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Dharr%C3%A9ville

Source: Journal Lot-et-Garonnais "Le Travailleur" du vendredi  octobre 2020 n°4857 page 8.

2 commentaires

#1  - Marie a dit :

On peut comprendre la colère , la frustration voire la révolte . Il n'en est pas moins vrai que l'exposé me semble outrancier dans son rejet global des propositions gouvernementales . On peut être hostile à ce gouvernement , il ne faut pas oublier qu'ils sont les gardiens de la sécurité et de la santé publique . Il est faux de dire que le président décide tout seul : il s'appuie sur ceux dont la formation fait les plus éclairés , même si eux mêmes sont partagés . Faudrait-il , pour satisfaire une opinion libertaire laisser aller sans contrôle , anarchiquement ? Où irait-on dans ce cas ? Quel avenir attendrait la population française ? OUI , les mesures sont impopulaires , contraignantes . A quoi sert-il de revenir sans cesse sur les erreurs passées ? C'est négatif , dangereux et faux , car les leçons semblent avoir été tirées de ces erreurs . Bien sûr , on protège les ressources vitales ! Quelle drôle d'idée ce serait d'agir autrement ! il s'agit là de l'avenir de toute une nation . Il est indispensable de rester tous solidaires , lucides et sans utopie ! Ce n'est qu'en protégeant ce qui doit l'être des énergies vitales qu'on pourra retrouver nos libertés de penser , vivre et aller de l'avant . On est dans l'urgence , protégeons ce qui est le plus urgent pour survivre , car c'est là la situation réelle . On pourra revivre après !!!!

Répondre
#2  - link deposit sv388 a dit :

Wow, that's what I was searching for, what a information! present
here at this web site, thanks admin of this web site.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot zkfppx ?