Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il perd son âme?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Madeleine Delbrêl est née en 1904 en Dordogne. Elle est morte en 1964 en région parisienne. Elle grandit dans une famille qui n’est pas catholique. Jusqu’à l’âge de 20 ans elle est athée. Sa formation de scout puis d’assistante sociale lui fait découvrir des personnes pauvres à Ivry, ville proche de Paris, située dans le Val de Marne. C’est, à l’époque, une municipalité communiste qui gère la commune. Son travail, la vie de tous les jours au sortir de la seconde guerre mondiale, la rue, le métro la mettent en contact avec des femmes, des hommes, des enfants qui ont des conditions de vie difficiles. Pauvreté et misère sont une réalité dont elle ne se détourne pas. Elle met toute son énergie à venir en aide aux autres qu’ils soient Français ou immigrés espagnols et italiens; chrétiens ou pas. Elle le fait non pas au nom de l’Eglise catholique mais au nom du Christ et de son message: il faut aimer les autres même s’ils sont différents de soi. Le fil conducteur de sa vie est de dépasser le « je » pour construire du « nous ». Madeleine Delbert est une femme qui toute sa vie est allée au contact de toutes les personnes dont elle a croisé le chemin témoignant de sa foi et s’engageant activement dans toutes les actions collectives qui peuvent améliorer la vie de tout un chacun. 

 

Que disent de Madeleine Delbrêl les personnes qui l’ont connue?

 

« Une très attachante personnalité humaine, d'abord. D'une extraordinaire capacité d'empathie, elle noue des relations personnelles dans tous les milieux. Elle s'engage à fond. Elle cultive la joie. Son humour est délicieux. Elle est libre. Elle dit ce qu'elle pense avec délicatesse mais fermement. Elle fait preuve d'une grande sûreté de discernement, d'une pensée rigoureuse. Sa personnalité spirituelle, sa théologie ont le même caractère : de solides fondations, de la vigueur et toujours ce centre qui unit tout : La Charité de Dieu manifestée dans le Christ. » (Christophe Chaland)

 

« Vue de loin, c’est une silhouette mince, agile, frêle mais dont l’allure même, ainsi que tous les gestes, portent une marque d’énergie et de décision (…) L’ensemble crée un climat de calme, de force, de gaieté. » ( Krystyna)

 

 

« Madeleine Delbrêl est une des figures marquantes de la spiritualité française. (…) Elle témoigne avec originalité d’un christianisme de l’enfouissement et de la proximité aux plus pauvres. » (Jean Guéguen)

 

Que nous dit-elle à la fin de sa vie terrestre?

 

« J'ai été et je reste éblouie par Dieu. »

 

Pourquoi lire aujourd’hui Madeleine Delbrêl?

 

« Quand tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d’où tu viens » affirme un proverbe africain. Il pourrait devenir « Quand tu ne sais pas où tu vas, lis Madeleine Delbrêl ». Il y a des ressemblances dans ce que nous vivons aujourd’hui avec ce qu’elle a vécu dans les années 30/40/50/60. Tuberculose-covid. Pauvreté-misère. Phénomènes migratoires de masse. Guerres. Déplacement de populations. Déchristianisation de notre pays. Crises morale-spirituelle-politique-économique. Pertes de repères. Perte de libertés. Lire Madeleine Delbrêt c’est retrouver un peu de lumière, d’espérance dans des lendemains meilleurs.  Sa vie exemplaire au service des autres n’est pas à la portée de tous mais nous pouvons essayer de l’imiter. Le monde ne s’en portera que mieux.

 

Citations de Madeleine Delbrêl:

 

« Apprends l'art de la guerre sur toi; sur les autres l'art de la paix ».

« Fais avec tous ce qui fait du bien à tous, plutôt que de faire mieux ce qui ne ferait du bien qu'à toi ».

« La vie commune est faite de petits pardons et donc de petits oublis ». 

« Rentre tes angles : tu te cogneras moins ». 

 

 

Suggestions de lecture:

 

« Petite vie de Madeleine Delbrêl » de Jean Guéguen aux éditions Desclée de Brouwer.

« Alcide : guide simple pour simples chrétiens », Seuil, coll. « Livre de vie », no 133, Paris, 1980 

« Alcide et le petit Moine, maximes et conseils de vie spirituelle » (Œuvres complètes vol. 4), Nouvelle édition 2017, Nouvelle Cité 

« Ampleur et dépendance du service social », Bloud et Gay, Paris, 1937.

 

Classé dans : religion - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot xnovi ?