Gaël Giraud (4)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Gaël Giraud est jésuite, prêtre et économiste. Lors des dernières élections présidentielles, il a proposé aux candidats douze mesures économiques à prendre. Voici la septième proposition:

Poser le premier jalon d’une protection sociale alimentaire

Éradiquer définitivement la faim dans notre pays

Un quart des Français sont aujourd’hui en difficulté financière pour se procurer une alimentation saine trois fois par jour, selon le baromètre de la pauvreté 2019 réalisé par Ipsos et le Secours populaire français. En 2017, ce sont 5,5 millions de personnes qui ont bénéficié d’une aide alimentaire – deux fois plus qu’en 2009. L’austérité budgétaire et la destruction progressive de nos services publics entamée il y a plus de vingt ans promettent d’aggraver ce phénomène. Or tous les Français, toutes les Françaises ont droit à une alimentation saine.

Pour éradiquer la faim dans notre pays et améliorer la santé publique, je propose la création d’une protection sociale alimentaire. Elle permettrait de distribuer à celles et ceux qui le nécessitent 150 euros par mois de budget personnel destiné aux produits de base, issus de l’agriculture locale et biologique, pour un coût global compris entre 30 et 50 milliards d’euros par an qui viendrait assurer un complément de revenu aux citoyens et un débouché majeur pour nos agriculteurs engagés dans le bio. Cette aide sera accessible à toute personne vivant en dessous du seuil de pauvreté et attribuée de manière automatique pour éviter les non-recours. Elle prendrait la forme d’un chéquier, sur le modèle du ticket restaurant. Nul besoin d’ouvrir un compte en banque. Ces dépenses budgétaires supplémentaires seront financées par la réforme fiscale proposée dans la troisième mesure. À terme, toutefois, la sécurité sociale devrait bénéficier de baisses substantielles des indemnisations grâce à la lutte contre les maladies environnementales et la malbouffe. Cette protection sociale alimentaire devra donc ultimement être financée par la Sécurité sociale sans qu’il y ait besoin d’augmenter les cotisations. Elle constituera alors une branche supplémentaire de la Sécurité sociale à la française, prolongeant de manière décisive le souffle prophétique du Comité National de la

Pour faire la guerre

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Pour déclencher une guerre il ne faut pas en donner les vraies raisons.

Il faut cacher l’Histoire, la déformer, la tordre pour justifier la guerre.

Il faut diaboliser l’adversaire.

Il faut toujours se présenter comme le défenseur des victimes et présenter la guerre comme « humanitaire ».

Il faut empêcher les opposants à la guerre de s’exprimer et les faire disparaître du débat politique.

Gaël Giraud (3)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Gaël Giraud est jésuite, prêtre et économiste. Lors des dernières élections présidentielles, il a proposé aux candidats douze mesures économiques à prendre. Voici la sixième proposition:

Créer une banque publique de l’eau

Faire de l’eau un commun

En France, environ 20 % de l’eau potable est perdue durant la phase d’adduction, car notre réseau de canalisation est vétuste. Cette situation est particulièrement dramatique dans les Outre-mer où le taux de déperdition peut monter à 50 ou 60 %. 20 à 40 %, c’est aussi la quantité d’eau douce disponible que la France pourrait perdre d’ici 30 ans à cause du changement climatique. La préservation de la ressource passe donc par de grands travaux qui permettent de ne pas gaspiller cette ressource vitale et de la redistribuer à ceux qui en ont besoin pour vivre ou pour mener leur activité professionnelle. Malgré les promesses des Assises de l’eau, les agences de l’eau n’ont pas les moyens d’aider les collectivités à réaliser ces grands travaux, tant nous avons laissé nos infrastructures se dégrader faute d’investissements. Les grands acteurs privés qui couvrent aujourd’hui par leurs services la majeure partie de la population n’ont que peu d’incitations à investir dans ces grands travaux, quand ils en ont encore les moyens. L’effort budgétaire supplémentaire devrait se monter à au moins 7 milliards d’euros supplémentaires par an pendant dix ans, dont une bonne partie pour les territoires d’Outre-mer, où le service public de l’eau n’est pas toujours assuré.

En collaboration avec l’ensemble des acteurs de chaque bassin, une Banque publique de l’eau pourrait assumer ces coûts tout en veillant à la bonne gestion de ce bien commun. Pour la financer, une tarification progressive de l’eau serait mise en place : les premières dizaines de mètres cubes seront gratuits, mais le prix augmenterait au-delà d’un certain seuil. Un prix stable ainsi qu’une bonne qualité d’approvisionnement seraient garantis pour nos agriculteurs et nos industriels, conditionnés à une recherche de l’économie maximale de leur côté.

Source: https://gael-giraud.fr/12-mesures-pour-les-candidats-a-la-presidentielle/

 

Gaël Giraud (2)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Gaël Giraud est jésuite, prêtre et économiste. Lors des dernières élections présidentielles, il a proposé aux candidats douze mesures économiques à prendre. Voici la deuxième:

Inscrire la reconstruction écologique au cœur de l’enseignement et de la formation

Revaloriser d’urgence le métier d’enseignant et adapter l’enseignement aux nouveaux enjeux

La reconstruction écologique de la France et, plus généralement du monde, ne relève pas seulement de l’ingénierie environnementale ou de l’économie. Elle touche au cœur même de nos représentations et de nos pratiques. Elle concerne donc tous les champs du savoir. Je propose une refonte transversale de l’ensemble des programmes d’enseignement secondaire et supérieur de manière à y mettre au centre la reconstruction écologique. Il s’agit bien sûr d’apprendre aux prochaines générations les processus impliqués dans le réchauffement climatique et la dégradation du vivant, mais aussi les responsabilités des différents acteurs, les sciences de l’ingénieur adaptées à une chimie sans pétrole, le creusement des inégalités environnementales, la sociologie et la géopolitique de l’adaptation au réchauffement ou encore les mécanismes financiers qui sont l’une des causes de la crise écologique. 

Il s’agit aussi d’aider nos jeunes générations à connaître les leviers d’action accessibles et à les pratiquer : réorganisation sociale du travail, transformation des modes de vie et des façons de produire (agroécologie, communs, technologies bas carbone, etc.)… Ces transformations doivent pouvoir être appréhendées de manière très concrète par les enseignants et les élèves au sein d’établissements écologiques d’enseignement.

Cette refonte des programmes doit s’accompagner d’une revalorisation salariale du métier d’enseignant : la société française doit honorer l’école à sa juste valeur, car elle est le creuset républicain et écologique est de l’avenir de tous. La modification des programmes doit aussi pouvoir se faire en redonnant des marges de manœuvre pédagogiques aux professeurs, dans un nouveau contrat social où les Français sont invités à réapprendre à faire confiance à celles et ceux d’entre nous qui ont choisi d’exercer « le plus beau métier du monde ».

https://gael-giraud.fr/12-mesures-pour-les-candidats-a-la-presidentielle/

Gaël Giraud (1)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Gaël Giraud est jésuite, prêtre et économiste. Lors des dernières élections présidentielles, il a proposé aux candidats douze mesures économiques à prendre. Voici la première:

Sortir l’hôpital de la marchandisation grâce au « paiement à la population”

La santé est un bien commun qui ne saurait être tarifé à l’acte

Depuis que la T2A – la tarification à l’activité – a été mise en place par Xavier Bertrand, le déficit de l’hôpital public a doublé et nos établissements hospitaliers sont entrés dans une véritable course à la rentabilité, expédiant les patients à peine soignés. Exiger la rentabilité d’un soin de santé, c’est tôt ou tard condamner les patients à la maltraitance. C’est un des éléments qui, avec la suppression de quelque 100 000 lits en 20 ans et du personnel qui va avec, a fait rétrograder notre système hospitalier de l’un des meilleurs du monde à un niveau préoccupant, malgré la dévotion héroïque du personnel soignant. Plutôt que d’applaudir nos soignants à la fenêtre, nous proposons donc le « paiement à la population », c’est-à-dire la dotation en moyens de chaque hôpital en fonction de la population desservie, en tenant compte de ses caractéristiques d’âge et d’état de santé, et du niveau de service assuré. Ainsi, c’est la qualité du soin, et non uniquement la quantité, qui sera le critère principal de financement, loin d’une logique indigne de marchandisation.

La revalorisation des rémunérations des soignants est également un préalable à toute autre évolution compte tenu des difficultés de recrutement. La France se situe au 23e rang sur 33 parmi les pays de l’OCDE pour la rémunération des infirmiers : un infirmier français est payé 42 400 dollars par an, contre 49 000 en moyenne OCDE, 50 800 au Royaume-Uni, 53 600 en Allemagne et 56 300 en Espagne. Il est donc essentiel de revaloriser par étapes les rémunérations des professionnels hospitaliers, en augmentant notamment les infirmiers de 500 euros par mois pour atteindre la moyenne de l’OCDE.

Enfin, pour lutter contre les déserts médicaux, il faudra instaurer le conventionnement sélectif pour les médecins (pas de remboursement par la sécurité sociale si les médecins s’installent dans des zones déjà trop dotées), comme c’est déjà le cas pour les infirmiers, les sages-femmes et les masseurs-kinésithérapeutes.

Source: https://gael-giraud.fr/12-mesures-pour-les-candidats-a-la-presidentielle/

Fil RSS des articles de cette catégorie