L'époque

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

 

"Pendant deux ans, de novembre 2015 à mai 2017, Mathieu Bareyre et Thibaut Dufait, son ingénieur du son, ont arpenté les rues de Paris pour y capter l'esprit de "l'époque". Chaque nuit, inlassablement, ils ont interrogé des jeunes de dix-huit à vingt-cinq ans." (...)

" "L’Époque" ne raconte pas une histoire. Il ne raconte pas non plus l'Histoire." (...)

" "L’Époque" filme des fragments poétiques de nuit. C'est ce qui fait sa beauté. C'est ce qui fait aussi sa limite. Au son de Nekfeu et de Vivaldi, "L’Époque" est une accumulation kaléidoscopique de courtes saynètes, de rencontres improbables, sans autre fil conducteur que celui de cette nuit et des substances euphorisantes qu'on y consomme. Parmi toutes ces silhouettes s'en distingue une, inoubliable. Sous ses couches de vêtements, on hésite sur son sexe. Rose a la langue bien pendue, un humour à toute épreuve. Française d'origine africaine, elle vomit les contrôles d'identité à répétition qui foulent au pied sa citoyenneté. Place de la République, face aux CRS impassibles, ce Gavroche du vingt-et-unième siècle a les traits d'une Marianne en colère."

Source: http://www.allocine.fr/film/fichefilm-262956/critiques/spectateurs/

Ce film d'une heure trente m'a confirmé ce que je ressens depuis longtemps maintenant: dans notre pays il n'existe pas une jeunesse mais des jeunesses différentes. Ces jeunesses sont minoritaires dans le pays, dans la pyramide des âges. Il y a beaucoup de jeunes en difficultés même dans des milieux favorisés. Les causes des difficultés sont multiples. Notre pays ne semble pas beaucoup se préoccuper des jeunesses qui sont notre futur et nos bâtons de vieillesse. Ils ont du mal à faire "leur trou", à trouver une place dans notre société, à accéder à des postes de responsabilités.

jfs

Au bord du monde

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

En 2017, Alice Gapail, jeune étudiante lot-et-garonnaise, demandait aux responsables de CFM Radio 47 de faire un stage dans notre radio associative locale. Et c'est là que nous nous sommes rencontrés. Aujourd'hui dans le cadre du programme d'étude Erasmus (1), Alice Gapail est actuellement  en Estonie. Elle prépare une licence de science politique et journalisme.Voici ce qu'elle a écrit en 2017 sur un film qui lui tenait à coeur et qui reste malheureusement d'actualité:

A Paris, la nuit, dans la rue, le métro, sous les ponts ou le périphérique, le réalisateur Claus Drexel (2) a tenté d’établir les portraits d’une dizaine de sans-abris, afin que face à la caméra ils racontent leur vie au bord de la société.

 Un long-métrage sur les sans-abris, pourquoi ?

« Au bord du monde », film aux multiples distinctions notamment présenté à Cannes en 2013 et nommé pour le prix Louis-Delluc, est sorti en 2014. Sur le modèle d’un documentaire, il s’agit avant tout de laisser la parole aux sans-abris, et ce sans commentaires afin de n’entendre que leur voix. C’est donc de bon cœur que 13 d’entre eux s’expriment en toute liberté sur la vie et le monde qui les entoure.

Durant 98 minutes, pas de misérabilisme ni de trash mais de la sincérité. Il ne s’agit pas d’un film militant mais humaniste, le but étant de remettre au centre de l’image des individus habituellement relégués au bord du monde.

Telle une longue épopée de nuit, à Paris, ce long métrage est l’occasion d’une remise en question, l’occasion de rencontrer des personnalités oubliées.

On les voit partout, mais on ne les entend nulle part

« Au bord du monde » c’est tout d’abord un film qui aborde le regard des autres. Dans l’ombre, les sans-abris sont souvent vus tels des « parasites » pour la société. Mais la plupart des gens oublient qu’en fait ils sont des êtres humains, des personnes dotées de sensibilité. Pourtant, certains détournent le regard, sont gênés en leur présence : pourquoi ?

« La société n’accepte pas la pauvreté. Ils sont terrifiés à l’image que cela leur renvoie d’eux-mêmes. Nous ignorer, c’est se protéger quelque part » confie Pascal, l’un des sans-abris interrogés.

Humiliation, infantilisation, perte de la dignité et de la confiance en soi, les sans-abris sont délaissés, comme s’ils n’avaient jamais existé.

Deux. C’est le nombre de fois où l’on parle d’eux pendant l’année : l’été, puis l’hiver. Le reste du temps, on fait comme s’ils n’existaient pas car les regarder, voir la vérité serait trop inconfortable.

« Les gens ne sont plus solidaires entre eux » avance Michel, Sans Domicile Fixe. Démonstration d’un individualisme grandissant, le film montre comment nous oublions progressivement l’autre. Comment nous nous octroyons le droit de le considérer comme inférieur, encouragés par notre indifférence égoïste.

Ce sont des naufragés de la société

Quelques habits, un duvet et parfois une tente : c’est tout ce qu’il leur reste.

Christine, à la rue depuis 4 ans confie : « J’ai tout perdu. Mes papiers, mes habits, la photo de mes enfants. J’avais un appartement et du jour au lendemain je me suis retrouvée dans la rue. Aujourd’hui, je ne sais pas quoi faire, je suis résignée ». Chacun de ces mots soulèvent des questions sans réponses : pourquoi sont-ils là ? n’ont-ils rien fait pour empêcher cela ? pourquoi restent-ils sans rien faire, à attendre ?

Claus Drexel exprimait à ce propos que jamais il ne leur posait l’une de ces questions, ne voulant d’aucune façon les embrasser, les diminuer. Il cite alors :

« La rupture avec la société est une bascule dans un autre monde.

Comment s’est-elle produite ? Comment a-t-elle eu lieu ?

Nul ne s’en souvient. C’est comme une autre naissance… »

(George Orwell)

Avant d’ajouter : « Je fais cela pour rencontrer la personne. Ces derniers m’intriguent. Ce qu’il s’est passé avant, je n’en ai pas grand-chose à faire. »

Face à la misère ambiante : quelques aides telles que les Restos du Cœur, la Croix rouge, des associations, mais rien qui ne leur permette de vivre décemment.

L’espérance de vie d’un SDF en France est de 48 ans. Les conditions de vie dans lesquelles ils évoluent sont à l’origine de ce chiffre alarmant. Pas d’hygiène, pas de nourriture, pas d’eau potable, c’est un retour à l’Age de pierre. Le sommeil, lui aussi est perturbé et difficile à trouver, certains ne dormant que quelques heures par nuit.

Marco explique quant à lui que :  « Le plus dur c’est l’hiver, on essaie de trouver des endroits isolés. On a pris nos habitudes et c’est le monde à l’envers, le mauvais rythme. On fait notre vie en fonction du froid , on dort très peu ».

Alors quand le soir nous rentrons dans nos maisons, eux restent seuls et ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Une bataille entre l’esprit et le corps s’impose, souvent. Le corps voudrait abdiquer mais l’esprit lutte, toujours. « Car c’est humain de ne pas vouloir mourir ». Christine déclare « être surprise de se réveiller l’hiver ». Avant, elle pensait « qu’aucun être humain ne pouvait survivre à ça ».

Durant l’hiver 2016, ce sont 501 sans-abris qui sont morts dans les rues. La moyenne d’âge était de 49,6 ans. Et 11 étaient des mineurs dont 6 avaient moins de 5 ans. Des chiffres alarmants, dénonciateurs d’une grande problématique restant, en vain, non résolue.

La vie dans le rue : toute une organisation 

Afin de se nourrir les sans-abris ne comptent pas exclusivement sur la manche, celle-ci n’étant pas pratiquée par tous et constituant un trop faible « revenu ».

Généralement, les invendus sont la première source d’alimentation des SDF. Wenceslas explique : « Vers 4-5 heures du matin je dois partir de l’endroit où j’ai passé la nuit. C’est juste avant que les gens partent travailler. Ensuite, je vais faire les poubelles des restaurants». Si de nombreuses personnes l’ignorent, c’est parce que la police s’assure que l’ensemble des lieux concernés soient libérés avant 6 heures. Une pratique qui dénonce à la fois la considération de la société envers ces derniers, ainsi que le manque de moyens pour leur venir en aide.

Dans la rue, il y a également une hiérarchie. Celle-ci peut être établie en fonction de différents critères : le logement, pouvant avoir plusieurs formes (Le squat, la cabane, la tente et ensuite le duvet), la propreté, qui est un facteur très important pour certains d’entre eux, ou encore la manche. L’un des SDF interrogés explique : « Faire la manche est aussi une humiliation. C’est donc une étape à franchir, tout le monde ne fait pas la manche ».

On se réconforte dans les souvenirs

Les souvenirs constituent souvent le premier des réconforts face à la solitude de la rue. Certains avancent aussi  : « Le bonheur ce n’est plus le matériel , c’est la nature, les situations tranquilles, les animaux, les espaces verts. »

D’autres expliquent : « La foi aide beaucoup et surtout, sourire malgré la difficulté ».

Leur situation fait que la plupart d’entre eux comprennent ce que d’autres ne comprendront jamais : « Le bonheur c’est l’amour, les amis, la santé. Le reste est sans importance ».

Le réalisateur explique avoir voulu filmer de nuit durant tout le documentaire afin d’imager la solitude de ces personnes, ainsi que le coté « fantomatique » de leur existence, de Paris la nuit. Il a décidé de réaliser ce documentaire dans la ville lumière afin de souligner le contraste entre sa beauté et la misère de ces gens, afin que le message soit plus fort, plus puissant.

Jamais il n’a filmé en contre plongé, mais toujours près du sol, à leur niveau afin d’éviter d’avoir « un regard d’en haut vers en bas ». Le but étant justement que le spectateur se mette à leur niveau. Le but étant, qu’ils rencontrent ces personnes et qu’ensemble ils s’assoient « Au bord du monde ».

 Alice Gapail.

 

(1) Le programme Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students), généralement appelé Erasmus, est un programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités, les grandes écoles européennes et des établissements d'enseignement à travers le monde entier.

 

(2) Claus Drexel, né le 24 juin 1968, est un scénariste, réalisateur et metteur en scène allemand, travaillant majoritairement en France.

Soif (1)

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

"Tout le plaisir des jours est en leurs matinées."

Amélie Nothomb dans son dernier livre "Soif" page 63

Mais aussi en leurs fins de journées au bord d'une rivière...

Lourdes, le film.

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire
Nérac, lundi 8 juillet 2019. Il est 20h30. Il fait très chaud, très lourd, orageux. Nous sommes devant l'entrée du cinéma " Le Margot". Nous sommes en avance. La séance est prévue pour 21h. Le titre du film: "Lourdes". Nous pensions faire la queue, raison de notre arrivée "de bonne heure". En fait à 21h lorsque la projection commence nous sommes 17 dans la salle de cinéma très confortable, très bien sonorisée et... à bonne température.
 
Dès les premières images nous entrons dans une autre dimension, un autre monde. Fini notre petit confort douillet du moment. Nous nous tassons dans nos fauteuil, nous nous y enfonçons, écrasés par le poids de la réalité de la souffrance humaine sous toutes ces formes. Balayé notre petit confort intérieur, nos certitudes de tous les jours, nos bonnes raisons de ne rien faire, de ne pas trop penser et voir le malheur des autres.
 
Les images chocs, les prises de paroles "vraies" et sans détour vont se multiplier pendant une heure trente.
 
Lorsque la projection du film s'achève personne ne bouge dans la salle. Tout le monde reste assis dans son fauteuil KO de ce que nous venons de voir et d'entendre.
 
Ce n'est que lorsque l'écran s'éteint définitivement et que la lumière de la salle se rallume que les uns et les autres en ordre dispersé nous finissons par nous lever de nos sièges et quitter la salle.
 
Attention ce film ne nous déprime pas, ne nous anéantit pas, nous ne sortons pas de la salle avec le moral à zéro. C'est un hymne à la vie, à l'amour, à l'altruisme, au partage. Un antidote aux dérives du monde d'aujourd'hui.
 
"Lourdes" est un film à voir et revoir. Seul mais mieux encore en famille, avec les enfants et les petits enfants.
 
Yalla Castel
 
Françoise Delbecq dans le journal "Elle":
 
"Le point fort de ce documentaire repose sur la pudeur dans le traitement des images, des cadrages. La caméra est soucieuse de préserver la dignité de ces hommes et de ces femmes. Lourdes n'est alors plus qu'un berceau d'humanité et nous, spectateurs, sommes submergés par l'émotion."
 
Gwénola Trouillard pour "Télé Loisirs":

"Une claque émotionnelle, un concentré d'humanité dont on ressort bouleversé."

 
Christophe Caron de "La Voix du Nord":
 
"Pudique et bouleversant."
 
Xavier Leherpeur dans "Le Nouvel Observateur":
 
"Les réalisateurs distinguent avec finesse la religion et ses dogmes discutables de la croyance intime, éminemment respectable. Pari réussi."
 
Philippe Rouyer pour "Positif" :

"S’en dégage un grand respect qui rend l’ensemble impressionnant d’autant que les auteurs savent capter la photogénie d’un lieu ou d’une procession, ce qui fait de ce documentaire un vrai film de cinéma."

 
 
 
 
Fil RSS des articles de cette catégorie