I have a numeric dream (j'ai fait un rêve à propos du numérique)

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

J'avoue faire appel à un titre accrocheur, mais j'espère m’élever un peu à la hauteur d'un fameux discours prononcé par Martin Luther king. J'utilise ce titre afin de présenter à la fois ma vision d'une utilisation idéale des outils numériques et les voies à explorer pour y parvenir.

 

La situation actuelle du numérique n'est pas très satisfaisante. Et c'est un doux euphémisme. En effet, je fais une comparaison avec l'histoire. Malgré l'image de modernisme que l'on nous vend à coup de publicités glamours, je pense que nous sommes dans le moyen-âge de l'informatique. Je m'explique. Si l'on considère les leaders de ce domaine (GAFAM = Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), on peut les assimiler aux nouveaux seigneurs, maîtres absolus de véritables royaumes, assistés de leurs vassaux (les start-up du web : Uber ; RbnB, ….).

 

En face, des utilisateurs de plus en plus serviles (CF : les Cluf que l'on signe sans même les consulter laissant ces entreprises s'introduire dans l'intimité de nos vies). Ces comportements auraient d’ailleurs été impensables y il a quelques années. Je n'aimerais pas que le facteur lise mon courrier. Malgré la virtualité de l'envoi d’émail, c'est pourtant exactement ce qu'il se passe (Yahoo poursuivi par la Communauté Européenne pour utilisation du corps du message à des fins de publicités). Toutes ces entreprises s'y mettent. Dernier en date Microsoft, avec son dernier système Windows 10, soupçonné par la CNIL (Commission Nationale Internet et Liberté) d'intrusion afin de profiler les utilisateurs. Mais bon, c'est pour améliorer notre expérience de l'informatique. Donc, on devrait laisser faire?.

 

Dans cette présentation de l'existant, je vois quand même quelques chevaliers solitaires luttant avec peu de succès contre ces nouveaux rois. Je parlent en effet des partisans du logiciels libres ( APRIL, AFUL, Framasoft, La quadrature du net,…). Leur buts étant de rendre les utilisateurs plus libres et maîtres de leurs destins informatiques. Je reviendrai plus tard dans un autre article sur la philosophie du logiciel libre. Pour débuter la riposte. Il faudra fourbir nos armes. D'abord la formation des utilisateurs. C'est essentiel. Dans toute l'histoire, tous les peuples se sont libérés par l'éducation et le partage de la connaissance. Je reviendrai également sur un projet de club informatique  que je veux porter permettant de faire progresser les utilisateurs dans tous les domaines de l'informatique.

 

Pour cela, j'aurais besoin de bonnes volontés. L'idée ressemble à celle développée récemment par quelques personnes motivées dans un petit village de Bretagne, Damgan ( https://framablog.org/2016/10/27/une-initiative-deducation-populaire-au-numerique-a-damgan/ ). L'objectif au bout du compte est de créer un sens du partage des savoirs et un niveau de culture informatique favorables pour la création de projets locaux.

 

Je pense par exemple à la création d'un site web portail permettant de présenter un catalogue des producteurs locaux, d'artisans, de commerçants avec un accès vers le site internet de ceux-ci et également grâce à des webreportages. Si ils n'ont pas de site internet, nous pourrions leur proposer d'en construire un avec des technologies modernes ( Wordpress, Prestashop, bootstrap,…) à des conditions très intéressantes. On pourrait construire un Hackerspace, éventuellement un Fablab. Qui sait, peut-être un jour un jeune issu de ces projets pourrait construire une start-up positive locale.

 

Bon, pour l'instant, ce n'est qu'un rêve. Mais qu'est-ce qui nous empêche de nous lancer dans ce type de projet au lieu de subir la loi des nouveaux rois.

 

Commentez s'il vous plaît et posez des questions, proposez des suggestions.

 

Didier Le Jallé

 

Fil RSS des articles de ce mot clé