Je viens d'un monde qui n'en finit pas de finir

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Le monde que nous avons connu était celui des accords de Yalta. C’est fini. Un nouvel ordre mondial se prépare dont personnellement j’ai du mal à percevoir ce qu’il sera.

L’informatique et le téléphone portable bouleversent l’ordre établi comme la machine à vapeur en son temps, comme l’imprimerie en son temps.

Je viens d’un monde où, à chaque passage à niveau,il y avait un ou une garde barrière logé(e) dans une maison pourvue d’un petit jardin potager, d’un clapier et d’un poulailler. C’est fini. Aujourd’hui les barrières sont automatiques.

Je viens d’un monde où les hommes se groupaient en équipes pour abattre des pins au passe-partout. Quelques hommes équipés de tronçonneuses les ont remplacés. Aujourd’hui quelques tracteurs équipés de bras de coupe remplacent 50 hommes équipés de tronçonneuses.

Les chantiers publics de notre enfance grouillaient d’une importante main d’oeuvre. Tout ou presque tout se faisait à la force des bras. Aujourd’hui les pelles mécaniques et les tracto-pelles ont remplacé les équipes de terrassiers à la main, à la pioche, à la pelle.

Je viens d’un monde pas si lointain que ça où, dans les stations services, des employés nous servaient. Aujourd’hui les pompes automatiques sont ouvertes 7 jours sur 7 jour et nuit.

Dans les banques des employés nous donnaient de l’argent. Aujourd’hui il y a des distributeurs de billets partout et à toute heure.

Dans les grandes surfaces les caisses automatiques ont fait leur apparition.

Tout ce progrès de l’informatique et de la robotique et de la mécanisation crée des emplois. Mais est-ce qu’il en crée plus qu’il n’en supprime?

Je nous vois mal revenir en arrière. Donc qu’allons -nous faire désormais de celles et ceux qui n’auront pas de travail?
 
Je viens d'un monde qui n'en finit pas de finir et je distingue mal celui qui vient.

Louis Aragon

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« La Rose et le Réséda »

À Gabriel Péri et d’Estienne d’Orves comme à Guy Môquet et Gilbert Dru

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fût de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
A la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

Louis Aragon, « La Rose et le Réséda », mars 1943.
Repris dans La Diane française, Paris, Éditions Seghers, 1944.
© Éditions Seghers, 1944

Serge Halimi (3)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

L'historien n'a pas pour rôle d'exalter ou de condamner, il explique.

Il est devenu habituel d'imputer à Lénine et à Staline les millions de victimes des réquisitions agricoles des années 1920 et 1930. On rappelle moins souvent que le furent le libre-échange et le marché, pas la collectivisation des terres, qui provoquèrent le décès d'un million et demin d'Irlandais entre 1846 et 1849. Sait-on aussi que Churchill porte une lourde responsabilité dans la mort de 3 milions de Bengalis en 1943, à qui il avait reproché de "se multiplier comme des lapins" ? Il préféra en effet envoyer les réserves alimentaires vers les troupes britaniques, déjà largement pourvues, plutôt que vers les populations faméliques. La faminequi décima ces "indigènes" ne le troubla pas: le gouverneur britanique avait assuré Londres qu'elle "ne représentait pas une menace sérieuse pour la paix puisque ses victimes sont entièrement passives" .  L'oubli progressif de ces faits permet de mesurer qui a gagné la bataille des idées.

En décembre 2005, excédés par d'incessantes interventions politiques et judiciaires  dans l'appréciation des événements du passé, y compris sous forme de "lois mémorielles" , plusieurs grands historiens, au nombre desquels Pierre Vidal-Naquet, ont rappelé quelques principes essentiels: "L'historien n'accepte aucun dogme, ne respecte aucun interdit, ne connaît pas de tabous. Il peut être dérangeant. L'Histoire n'est pas la morale. L'historien n'a pas pour rôle d'exalter ou de condamner, il explique. L'Histoire n'est pas l'esclave de l'actualité. L'historien ne plaque pas sur le passé des schémas idéologiques contemporains et n'introduit pas dans les événements d'autrefois la sensibilité d'aujourd'hui."  De tels principes définissent l'ambition de cet ouvrage ( Manuel d'Histoire critique, numéro spécial hors série du Monde diplomatique).Par les temps qui courent, ils donent toute la mesure du sa liberté.

Serge Halimi dans "Manuel d'Histoire critique", numéro hors série du "Monde diplomatique".

Classé dans : histoire - Mots clés : aucun

Serge Halimi (2)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Il n'y a pas d'Histoire universelle susceptible d'être récitée par tous les habitants de la terre.

Les grands tyrans et les petits maîtres aiment réécrire le roman national afin de le voir épouser les plis de leur projet du moment. On veut encourager l'apaisement consumériste, le compromis modéré, l'ordre tiède, le fédéralisme européen? On insistera donc, d'un ton consensuel et froid, sur les désastres qu'auraient provoqués toutes les grandes révolutions, les déferlements totalitaires, les haines nationalistes. On s'inquiète au contraire du désenchantement politique, de l'absence de cohésion nationale, du désamour présumé des jeunes pour leur nation? On ripolinera alors avec ferveur les héros d'antan, l'union sacrée, les "missions civilisatrices" (coloniale, néo-impériale, religieuse...)  . Opposés en apparence, ces deux types de récits partagent une même structure mentale conservatrice. L'Histoire décaféinée des fédéralistes, dont la grand marché et la fin des frontière constituent l'acmé, ne perçoit plus du passé qu'un enchaînement de castastrophes qui devrait avoir enseigné aux peuples le caractère destructeur des passions politiques. La nostalgie nationaliste ou religieuse préfère exhalter la fraternité des tranchées, mais elle déteste autant que les modérés les mutineries et les barricades de la lutte sociale, qu'elle assimile à une dissolution du front intérieur, à une intelligence avec l'ennemi.

Pourtant, les extraits de manuels scolaires de divers pays publiés dans cet ouvrage (Manuel d'histoire critique du Monde diplomatique) le rappellent: il n'y a pas d'histoire universelle susceptible d'être récitée par tous les habitants de la Terre faisant une ronde auour du monde. Si nul ne discute de la date du martyre de Hiroshima ou du pacte germano-soviétique, c'est ensuite que tout commence. Au moment où Harry Truman  fit larguer la bombe, pensait-il uniquement terroriser les Japonais, alors que pour lui cette guerre était déjà gagnée? Et Joseph Staline, signa-t-il son pacte avec l'Allemagne pour s'emparer d'une moitié de la Pologne ou pour rendre la monnaie de leur pièce aux Français et aux Britanniques qui, moins d'un an plus tôt à Munich, avait offert la Tchécoslovaquie à Hitler?  Une chose est presque certaine en tout cas: aucun de ces dirigeants n'arrêta son choix à partir de considérations morales très raffinées. Du genre de celles qui viennent spontanément à l'esprit de leurs juges exquis d'aujourd'hui.

Serge Halimi dans "Manuel d'Histoire critique", numéro hors série du "Monde diplomatique".

 

Classé dans : histoire - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie