Eteindre la télé rallumer les livres (2)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« Je vais t’aider mon dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne peux rien garantir d’avance. Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire: ce n’est pas toi qui peut nous aider, mais nous qui pouvons t’aider et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes. »

Etty Hillesum, « Une vie bouleversée », Journal 1941/1943.

Elle est née le 15 janvier 1914 à Middelbourg (Pays-Bas) et elle est morte le 30 novembre 1943 au camp de concentration d’Auschwitz; c' est une jeune femme juive et une mystique chrétienne connue pour avoir, pendant la Seconde Guerre mondiale, tenu son journal intime (1941-1942) et écrit des lettres (1942-1943) depuis le camp de transit de Westerbork aux Pays-Bas.

« Dieu n’était pas Auswitchz ». 

Il n’est pas non plus à Bagdad, à Damas, à Tripoli.

Elie Wiesel était un écrivain, philosophe et professeur d'université américain né le 30 septembre 1928 à Sighetu Marmației, en Roumanie, et mort le 2 juillet 2016, à New York. Il a eu une enfance heureuse à Sighet, petite ville des Carpates longtemps épargnée par la guerre. Puis à 17 ans il est plongé dans la fureur et les ténèbres d’Auschwitz et de Buchenwald . Il en sort exsangue, l’esprit muet, sans patrie. Il raconte son chemin de vie dans son livre "Tous les fleuves vont à la mer". Et dans son livre "La Nuit" il décrit les camps de la mort où il s'est retrouvé prisonnier.  La présentation du livre par les Editions de Minuit nous dit que le véritable thème de La Nuit est celui du sacrifice d'Isaac, le thème fondateur de l'histoire juive. Abraham veut tuer Isaac, le père veut tuer son fils, et selon une tradition légendaire le père tue en effet son fils. L'expérience de la génération d'Elie Wiesel est, à l'inverse, celle du fils qui tue le père, ou plutôt qui survit au père. "Le Nuit" est l'histoire de cette expérience. Ce livre est paru en 1958 aux éditions de Minuit et c'est le premier ouvrage d'Elie Wiesel qui en écrira plus de quarante par la suite. Elie Wiesel a reçu le prix Nobel de la paix en 1986.

Pour terminer cette rapide présentation de livres qui rallument la vie en nous quelques vers de Victor Hugo:

"Moi , j'admire , ébloui , la grandeur des petits ...
Que voulez-vous ? L'enfant me tient en sa puissance
Moi , je suis fait pour la société des enfants .
Ils trébuchent , encore ivres du paradis ...
Cette terre est si laide alors qu'on vient du ciel...
Car , les petits enfants étaient hier encore
Dans le ciel, et savaient ce que la terre ignore !"
 
 

De Gaulle et Israël

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Juin 1967, une guerre de six jours qui n’en finit pas · Dès l’éclatement de la guerre de juin 1967, le chef de l’État français, le général Charles de Gaulle condamne Israël pour avoir attaqué. Cette position, prise à rebours de l’essentiel des responsables politiques, des médias et de l’opinion publique lui vaudra bien des critiques, et l’accusation d’antisémitisme.

 

Lire la suite ici...

Les Arabes, leur destin et le nôtre

Rédigé par sadys - - 2 commentaires

Je partage ce matin avec qui voudra pourra le lire le lien suivant:

https://www.academia.edu/28888461/Compte_rendu_de_lecture_Les_Arabes_leur_destin_et_le_nôtre_Histoire_dune_libération_Jean_Pierre_Filiu?email_work_card=thumbnail

En espérant que le lien s’ouvrira et ne sera pas payant.

C’est le compte-rendu d’un livre que je n’ai pas lu. Mais par contre j’ai lu le compte-rendu en entier. Il aide à la compréhension du Moyen Orient d’aujourd’hui.

« Les Arabes, leur destin et le nôtre. Histoire d’une libération » de Jean-Pierre Filiu.

Professeur spécialiste du Moyen-Orient à Sciences Po Paris et historien arabisant, Jean-Pierre Filiu s’efforce dans cet ouvrage de questionner la nature des liens entre Européens et Arabes depuis Charlemagne jusqu’aux Révolutions de 2011-2015 en passant par la Nahda du XIXe siècle. Livrant une excellente synthèse de l’histoire contemporaine du Moyen-Orient, l’auteur considère que l’aspiration arabe à l’autodétermination a été détournée de multiples fois par colonisateurs, dictateurs et islamistes.

Notons au passage, mais ce n’est pas le sujet du livre, que notre mode de vie à nous européens dépend du pétrole et du nucléaire. Demain matin plus de pétrole, plus d’électricité et c’est le chaos. Mais inutile de nous faire peur de si bon matin. Cela n’arrivera jamais bien entendu.

 

Capharnaüm un film qui ne laisse pas indifférent

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
 

Révolté par son sort, un enfant des quartiers pauvres de Beyrouth veut attaquer ses parents en justice. Un saisissant mélodrame, entre réalisme et romanesque, signé Nadine Labaki ("Caramel"). 

Zain, âgé d’une douzaine d’années, veut intenter un procès à ses parents. Il ne leur pardonne pas sa vie de misère dans les bidonvilles de Beyrouth, ni la vente de sa sœur de 11 ans à un homme plus âgé. Après s’être échappé du foyer familial, l’adolescent rencontre Rahal, une Éthiopienne qui l’héberge en échange de la garde de son bébé, Yonas. Mais quand, à l’expiration de ses papiers, la jeune femme est arrêtée par les autorités libanaises, les deux enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes. S’ensuivent des mois d’errance dans les rues de Beyrouth où Zain se bat pour garder Yonas en vie.

(Source: le texte de présentation du film sur le site d'Arte)

Enfants sans parents

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Destinés aux enfants dont le père a été tué ou blessé pendant la guerre, la qualité de pupille de la nation a été instaurée en France le 27 juillet 1917.

 

Bilan de la première guerre mondiale en France: 1,35 millions d’hommes tués, 600 000 veuves de guerre, 986 000 orphelins. La loi du 27 juillet 1917 adopte les orphelins dont le père , la mère ou le soutien de famille a été tué ou déclaré disparu.

 

En Belgique, le 16 mars 1915, le Comité National de Secours et d’Alimentation crée l’Oeuvre nationale des orphelins de guerre pour venir en aide aux enfants qui ont perdu leurs parents à cause de la guerre. Des « Foyers des orphelins » ont été crées pour mettre les enfants à l’abri de la misère et leur assurer une éducation.

 

En Russie, la révolution ne va pas épargner les enfants. En 1922, 4 500 000 enfants russes n’ont ni père ni mère ni famille les prenant en charge. Des bandes d'orphelins errants, les bespryzorniki, vont sillonner les routes de Russie pendant des années. La famine de 1920-1921 fait elle-même plusieurs millions de morts parmi des paysans déjà très éprouvés par la guerre et par la violence des collectes forcées. L'épidémie très meurtrière de typhus ajoute au drame. 

 

Durant la guerre civile d’Espagne, les Républicains évacuent 30 000 enfants sans leurs parents des zones de combats vers des pays comme la France, la Belgique, le Mexique, l’Urss, le Royaume Uni, la Suisse.Une fois la guerre civile terminée et gagnée par Franco celui-ci va faire adopter par son gouvernement des lois permettant le placement d’enfants de Républicains dans des institutions religieuses catholiques et l’adoption de ces enfants par des familles franquistes. Afin qu’ils reçoivent une bonne éducation qui les mette définitivement à l’abri du communisme. Le juge Garzon qui a enquêté sur eux dans les années 2000 estime leur nombre à 30 960.

 

A la fin de la seconde guerre mondiale, les combats entre l’Armée rouge et l’Armée allemande sont d’une grande violence en Allemagne de l’Est. Des milliers d’enfants fuient les villes, errent sur les routes de campagne en direction de la Lituanie livrés à eux-mêmes en mode survie par tous les moyens possibles. A partir de 1991 les Historiens s’intéressent à ce qu’ils ont vécu. Il leur a été donné le nom « d’enfants loups ».

 

Au Japon, à la fin de la seconde guerre mondiale, les orphelins sont très peu pris en charge par la société japonaise. Leurs conditions de vie sont très dures. Il y a peu de place pour eux dans les orphelinats. Leur nombre est estimé par certains historiens à plus ou moins 125 000. Il leur est reproché d'avoir survécu à la guerre. Mais le sort des orphelins japonais abandonnés en Chine dans les territoires occupés par l'armée japonaise a été encore plus dur après la défaite du Japon.

 

Les êtres humains ont fait beaucoup de progrès en 2000 ans mais nous ne sommes toujours pas parvenus à supprimer les guerres, à épargner les civils et les enfants. 

 

Si nous voulons la paix ne serait-il pas temps de préparer la paix?

 

Le premier janvier 2002, lors de la journée mondiale de la paix, le pape Jean Paul II avait affirmé: « Il n’y a pas de paix sans justice. Il n’y a pas de justice sans pardon. »

 

Sources consultées: 

 

https://www.centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/les-orphelins-de-la-grande-guerre-et-la-loi-du-27-juillet-1917

 

https://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_orphelins-en-14-18-la-guerre-en-heritage?id=8275150

 

https://www.laliberte.ch/dossiers/histoire-vivante/articles/le-drame-des-enfants-loups-allemands-344730

 

https://wikirouge.net/wr/index.php?title=Guerre_civile_russe&mobileaction=toggle_view_desktop#Bilan_et_cons.C3.A9quences

 

https://journals.openedition.org/ccrh/3530

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfant-loup_(Seconde_Guerre_mondiale)

 

https://fr.euronews.com/2020/08/16/l-enfer-des-orphelins-rejetes-par-le-japon-apres-la-guerre

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/en-chine-le-terrible-destin-des-orphelins-de-guerre-japonais_3064929.html

Fil RSS des articles de cette catégorie