Ce qui doit être fait tout de suite

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

À peine la journée commencée et il est déjà six heures du soir.
À peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.
Et le mois est déjà fini.
Et l'année est presque écoulée.
Et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
Et nous nous rendons compte que nous avons a perdu nos parents, des amis.
Et nous nous rendons compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière .
Alors essayons malgré tout de profiter à fond du temps qu'il nous reste.
N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent.
Mettons de la couleur dans notre grisaille.
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste.
Essayons d'éliminer les "après" .
Je le ferai après .
Je le dirai après .
J'y penserai après .
Nous laissons tout pour plus tard comme si "après" était à nous.
Car ce que nous comprenons pas c'est que :
Après, le café se refroidit .
Après, les priorités changent .
Après, le charme est rompu .
Après, la santé passe .
Après, les enfants grandissent .
Après, les parents vieillissent .
Après, les promesses sont oubliées .
Après, le jour devient la nuit .
Après, la vie se termine .
Et après c'est souvent trop tard....
Alors ne laissons rien pour plus tard.
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments.
Les meilleures expériences.
Les meilleurs amis.
La meilleure famille.
Le jour est aujourd'hui.
L'instant est maintenant.
Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain
Ce qui doit être fait tout de suite.

Vieillir c'est...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Vieillir c'est garder sa jeunesse comme un beau souvenir
C'est s'habituer à vivre un peu au ralenti
Réapprendre son corps pour pouvoir s'interdire
Ce que la veille encore on se savait permis

Vieillir ce n'est plus faire l'amour mais c'est faire la tendresse

Se dire à chaque fois lorsque l'aube se lève
Que quoi que l'on y fasse on est plus vieux d'un jour
A chaque cheveux gris se séparer d'un rêve
Et lui dire tout bas un adieu sans retour

Vieillir c'est se résigner à rester sur le rivage
Espérer pour ses fils un avenir heureux
C'est vivre dans son coin sans devenir sauvage
Se laisser ignorer tout en restant près d'eux
Et c'est pouvoir enfin apprivoiser l'amour
Faire une symphonie aux accords de sagesse
C'est aimer une femme pouvoir lui faire la cour
Pour d'autres raisons que la plastique de ses fesses

Ce n'est plus dire encore c'est murmurer toujours
 
C'est sentir dans sa main une main qu'on caresse

Et trembler à l'idée qu'elle vous quittera un jour
Vivre dans un jardin où l'on peut s'attendrir
Se prendre par le cœur et lui dire je t'aime
Avouer qu'on l'a trompée mais osera-t-on lui dire
Quand on sait maintenant qu'on s'est trompé soi-même

Vieillir c'est s'inquiéter soudain du salut de son âme
Entrer dans une église sans bien savoir pourquoi
De tous les Saints Patrons devenir polygame
Et avoir des frissons en regardant la croix
C'est ignorer la fin d'un sketch qu'on a écrit
Vouloir rejouer encore devant ses spectateurs

En cherchant une réplique ou bien un mot d'esprit
Tout en sachant très bien qu'on en n'est pas l'auteur

Vieillir c'est s'en aller un jour sans jamais faire de vagues
En une heure, un endroit qu'on ne choisira pas
Sentir un soir quelqu'un qui souffle votre flamme

Disparaître doucement parce que c'est comme ça
 
Vieillir... Vieillir...
 
Jean Marie Vivier
 
 
 

Ce n'est point ma faute

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« Ce n’est point ma faute si le corps humain ne peut résister trois jours sans boire. Je ne me croyais pas prisonnier ainsi des fontaines. Je ne me soupçonnais pas une aussi courte autonomie. On croit que l'homme peut s'en aller droit devant lui. On croit que l'homme est libre... On ne voit pas la corde qui le rattache au puits, qui le rattache, comme un cordon ombilical, au ventre de la terre. »

Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, Paris : Gallimard, 1939.

Hier aujourd'hui demain

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Le point de vue de Bahram Saleh, président de la République d’Irak.

Dans son livre « Les vérités cachées de la guerre d’Algérie » aux éditions Fayard, Jean Sévilla fait la citation suivante: « Nous allons vers un Diên Biên Phu diplomatique ». Page 222. Remarque faite par Robert Lacoste le 8 mai 1958.

Plus loin dans le livre cette expression reviendra sous les deux formes suivantes: « Diên Biên Phu politique » et « Diên Biên Phu intellectuel ».

Ces trois remarques peuvent-elles s’appliquer à la situation présente de notre pays? à la situation présente en Algérie? Au Moyen Orient?

Depuis 1961 la télévision n’a pas cessé de prendre de l’importance dans notre vie et l’horreur, la violence, la barbarie y sont banalisées à longueur de journées, de semaines, de mois, d’années.

Nous nous habituons à tout. Surtout si ça arrive aux autres

Nous nous sommes habitués aux accidents de voitures, du travail, aux violences conjugales, aux cancers de plus en plus nombreux, aux suicides, aux états de guerre permanents de certains pays où les premières victimes sont les civils.

Nous nous sommes habitués à la troisième guerre mondiale en morceaux dans laquelle nous sommes entrés depuis 1989.

Nous sommes souvent habités par un grand sentiment d’impuissance devant le cours des événements tragiques du monde d’aujourd’hui.

Certains d’entre nous en mourront.

Beaucoup survivront.

Les êtres humains ont la vitalité du chiendent.

Fil RSS des articles