De l'Histoire de l'Algérie

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

 Jean Sévillia a écrit le livre « Les vérités cachées de la guerre d’Algérie ».

En voici un très court extrait:

« La tragédie n’est pas une solution. » Albert Camus, « Les justes », 1949

L’auteur nous dit dans les toutes premières pages:

« Ce livre est dédié à tous ceux qui ont aimé la France et l’Algérie, et que les déchirures de l’histoire ont placé dans des camps adverses. Parmi lesquels trois hommes et une femme dont il sera fait ici mémoire: Ferhat Abbas, le bachaga Saïd Boualam, le commandant Hélie de Saint Marc, Nafissa Sid Cara. »

Pour en savoir plus sur l’auteur: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_S%C3%A9villia

Pour en savoir plus sur le bachaga Saïd Boualam: https://fr.wikipedia.org/wiki/Sa%C3%AFd_Boualam

Pour en savoir plus sur Nafissa Sid Cara: https://fr.wikipedia.org/wiki/Nafissa_Sid_Cara

 

Soirée Migrants d'ici et de là-bas à Aiguillon.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Soirée réussie: la salle de cinéma d'Aiguillon était comble le vendredi 1 er février 2019 dès 20h.
 
Sur scène un homme seul avec sa contrebasse débute la soirée en racontant des histoires vraies de migrants, hisstoires qui finissent souvent mal.
 
Dans la salle de cinéma deux comédiens professionnels  circulent entre les sièges, les allées, la scène. Ils jouent, pour l'un, le rôle d'un homme venu d'ailleurs; pour l'autre, le rôle d'un homme d'ici. Tous deux sont perdus et ne se comprennent pas. L'homme venu d'ailleurs est perdu dans notre monde, l'homme d'ici est un peu perdu en lui-même et dérangé par cet homme qu'il ne comprend pas et qu'il ressent comme une menace venu perturber son mode de vie et son confort personnel. Il faut attendre la fin du spectacle pour voir poindre une lueur d'espérance et de  compréhension entre eux.
 
Le spectacle terminé l'homme à la contrebasse nous lit une longue liste de personnes et d'associations qui se démènent pour venir en aide aux migrants. Il nous fait ainsi la démonstration que nous ne vivons pas complètement dans un monde d'humains aux coeurs de pierre.
 
Sont montés ensuite sur scène un groupe de migrants d'origine soudanaise et irakienne. Ils ont témoigné de leur parcours pour venir en France et de leur situation actuelle. Un silence profond a envahi la salle de cinéma.
 
Lorsqu'ils ont eu terminé leurs témoignages une responsable régionale du CCFD Terre Solidaire a pris la parole pour nous faire un bref et précis exposé sur la situation mondiale des migrations par continents. Rien que des faits et la réalité des faits.
 
Lorsqu'elle a eu terminé son intervention nous nous sommes tous retrouvés dans une grande salle remplie de tables couvertes de pâtisseries et autres douceurs à partager tous ensemble. Ce dernier moment de la soirée a permis les échanges entre nous et d'approcher et rencontrer les migrants présents ce soir là parmi nous.
 
Une soirée réussie et bien organisée. Bravo au CCFD Terre Solidaire du Lot-et-Garonne de cette initiative.
 

Ce que nous devons défendre

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

J'écris ce matin sur Yalla Castel
Non pas ce que nous devons combattre
Mais ce que nous devons défendre:
Les plaisirs de la vie.
Le vin qu'on boit avec les camarades.
L'amour.
Le feu en hiver.
La rivière fraîche en été.
La viande et le pain de chaque repas.
Le refrain que l'on chante en marchant sur la route.
Le lit où l'on dort.
Le sommeil, sans réveils en sursaut, sans angoisse du lendemain.
Le loisir.
La liberté de changer de ciel.
Le sentiment de la dignité et beaucoup d'autres choses
Dont on refuse la possession aux hommes.

Robert Desnos.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Desnos

J'ajoute ce matin sur Yalla Castel ce que Robert Desnos pensait que nous penserions un jour de lui:

« Ce que j'écris ici ou ailleurs n'intéressera sans doute dans l'avenir que quelques curieux espacés au long des années. Tous les vingt-cinq ou trente ans on exhumera dans des publications confidentielles mon nom et quelques extraits, toujours les mêmes. Les poèmes pour enfants auront survécu un peu plus longtemps que le reste. J'appartiendrai au chapitre de la curiosité limitée. Mais cela durera plus longtemps que beaucoup de paperasses contemporaines. »

Et pour le mot de la fin parce qu'il aimait Paul Eluard, voici une citation de ce dernier:

"Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur, voilà tout."

Fil RSS des articles