Lu sur le blog de Koz

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Porter secours aux migrants en danger de mort va-t-il devenir un délit? Une faute morale? Une faute politique?

Sur son blog Koz donne son point de vue:

 

"L’idée de reprocher aux secours une complicité active avec les réseaux de passeurs a eu ses partisans. Moins radicale, l’idée d’une complicité objective  a refait son chemin à l’occasion de la dérive de l’Aquarius, y compris dans des milieux que l’on aimerait voir épargnés. Ainsi, les navires de secours seraient le maillon irresponsable entre le continent européen et les passeurs pour permettre à ces derniers de se livrer à la traite des migrants. On peut certes penser que si ces navires n’étaient pas là, les migrants n’arriveraient pas. Mais cesseraient-ils pour autant de partir ? Suffirait-il de laisser la mer faire son office pour dissuader les migrants de partir ?"

Lire la suite sur le lien suivant: http://www.koztoujours.fr/migrations-la-faute-aux-secours

 

Météo politique

Rédigé par yalla castel - - 5 commentaires

Les personnes qui acceptent de parler politique avec moi me disent:

– « Je ne veux pas Marine Le Pen présidente ». Quand je demande pourquoi ils me répondent qu’elle n’est pas à la hauteur de la fonction.
– D’autres me disent « Je ne veux pas Mélanchon président ». Quand je demande pourquoi ils me répondent qu’il y a quelque chose qui les gêne dans sa façon d’être, de dire, de faire.
– Celles et ceux qui votaient PS me disent qu’ils sont déçus des années Mitterrand, Jospin, Hollande, Valls. Ils ajoutent qu’ils ont l’impression qu’il n’y a plus de leader au PS. Et plus d’idées.
-Celles et ceux qui votaient LR me disent qu’ils en ont marre des querelles des petits chefs et qu’ils ont l’impression que le parti s’il n’est pas en panne de candidats est par contre en panne d’idées.
– Celles et ceux qui sont de sensibilité écolo me disent qu’ils ne se reconnaissent pas dans les responsables politiques écologistes de notre pays.
– Beaucoup me disent qu’ils ne votent plus et certains me disent qu’ils votent encore mais blanc ou nul.

C’est pour moi une situation nouvelle que je n’avais jamais connue avant.

André Lugardon

De l'inégalité du bien-être

Rédigé par sadys - - 3 commentaires

"Si le bien-être économique mondial s’est indubitablement accru au cours de la seconde moitié du XX e  siècle, avec une mesure et une rapidité jamais perçues auparavant, il faut cependant noter que, parallèlement, les inégalités se sont amplifiées au sein des différents pays ,comme aussi entre les nations. Un grand nombre de personnes continue de vivre dans l’extrême pauvreté."

"Un égoïsme aveugle semble parfois prévaloir, limité au court terme ; faisant fi du bien commun, il exclut de ses horizons la préoccupation non seulement de créer mais aussi de partager la richesse et d’éliminer les inégalités aujourd’hui si aiguës."

"Ce qui est en jeu, c’est le véritable bien-être de la plupart des hommes et des femmes de notre planète, qui risquent d’être mis de plus en plus en marge, sinon « exclus et rejetés »  du progrès et de la prospérité réelle, tandis que certaines minorités exploitent et se réservent les immenses ressources et richesses, dans l’indifférence à la condition du plus grand nombre. L’heure est donc venue de favoriser la reprise de ce qui est authentiquement humain, d’élargir les horizons de l’esprit et du cœur, pour reconnaître loyalement ce qui vient des exigences de la vérité et du bien, ce sans quoi tout système social, politique et économique est destiné, à la longue, à l’échec et à l’implosion. Il est toujours plus clair que l’égoïsme n’est finalement pas payant, mais fait payer à tous un prix trop élevé ; si donc on veut le bien réel de tous, « l’argent doit servir et non pas gouverner !"

Source: https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Saint-Siege/OEconomicae-pecuniariae-quaestiones-approche-ethique-finances-2018-05-17-1200939694

Revue de blog du mois de Mai

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Danielle Moyse tient un blog sur le site du journal La Croix. Elle est professeur agrégée de philosophie, enseignante, chercheuse associée à l’Iris (Institut de recherche sur les enjeux sociaux, CNRS, EHESS),
 
Elle a écrit à la mi-Mai un blogon qui a pour titre "Paradoxal sens de la sécurité".
 
En voici un extrait:

Chers amis lecteurs,

J’ai une excellente nouvelle pour vous : il y a très peu de risques que vous mourriez dans un ascenseur ! Du moins, du fait de l’ascenseur. À vrai dire, je n’ai pas de données scientifiques sur la question, mais la plupart des immeubles ayant sans doute désormais honoré l’obligation légale de mettre tous ces moyens de transport domestique « aux normes », le risque létal y sera désormais réduit au minimum ! Notre société veille en effet avec une conscience scrupuleuse à notre sécurité.La « mise aux normes » de notre quotidien fait rage !

Lire la suite ici...

 

A lire et faire lire sans modération

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

"Promenade autour d'Hoan Kiem" est un livre de Philippe Mary. Jean est le personnage fil conducteur de ce roman historique.  Son père, Français de Normandie, perd dans un bombardement anglo-américain une partie importante de sa famille. Il se retrouve un peu perdu à la libération. Il erre un peu paumé dans un pays ravagé par 5 ans de guerre. Il finit par s'engager dans l'armée française. Il participe à la guerre d'Indochine. Et c'est dans ce pays qu'il rencontre une jeune femme. Ils se marient. Ils ont des enfants. La guerre d'Indochine terminée: retour en France. Jean y naît, y grandit, va à l'école. Très vite s'installe en lui un sentiment de différence avec les enfants de son âge. Il n'est pas tout à fait pareil. Il est très "eurasien". En dedans et au dehors, il y a en lui de la France et de l'Indochine. Le livre est donc une quête d'identité, un chemin de réconciliation avec les siens appartenant à deux mondes différents, deux cultures différentes. J'ai aimé dans ce livre les faits historiques rapportés par l'auteur, les descriptions des êtres humains emportés par les tourmentes de l'Histoire. Ce livre n'est pas un règlement de compte, il n'y a pas les bons et les méchants. Il y a des hommes et des femmes qui font face des deux côtés à des drames historiques. Ils choisissent la liberté de s'aimer malgré tout, de se sauver mutuellement. Jean sauve la vie d'une jeune femme qui plus tard sauve le jeune homme qui l'a sauvée. A eux deux, ils ne sombrent pas dans l'inhumanité des guerres. Ils sont emportés par la tourmente des événements qui leur échappent mais ils sauvent leurs âmes. Ils fabriquent de la vie, de l'espoir, de l'espérance. La vie l'emporte sur tout. Parce qu'ils ont choisi la liberté de s'aimer. Et ont su s'y tenir jusqu'à leur dernier souffle. Ce livre est bon pour le moral. Il nous invite à porter un autre regard sur le monde d'hier et d'aujourd'hui. A lire et faire lire sans modération.

 

Colibri Cx

 

Fil RSS des articles