De la solitude

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Tout le monde va à la solitude. Tout le monde vieillit seul, meurt seul. La solitude attend chacun comme un paradis ou un enfer. Comme la mer attend le naufragé. S'il sait nager, elle le sauve. S'il ne sait pas nager, elle le noie. Mais au vrai, la solitude et la mer ne noient ni ne portent. On y est porté ou noyé selon soi et non selon elles."

"Frère Antoine, une bouffée d'ermite", collection livre de poche "Pocket", ISBN 2-266-09453-x

Découvrir le feu... de l'Amour.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

" Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents et les marées, nous exploiterons l'énergie de l'amour. Alors, pour la seconde fois, nous aurons découvert le feu."

Pierre Teilhard de Chardin

C'est un prêtre jésuite français, paléontologue, théologien et philosophe né en France en 1881 et mort aux Etats Unis en 1955.

« Sur le fait général qu'il y ait une évolution, tous les chercheurs sont désormais d'accord. Sur la question de savoir si cette évolution est dirigée, il en va autrement. »

Michel Serres

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Photo Yam Bamb

« Il est arrivé dans nos pays une grande transformation produite par des causes que nous connaissons bien : l’augmentation de l’espérance de vie, la disparition progressive de la culture rurale – nous étions 50 % de paysans et nous ne sommes plus que 2 % -, les nouvelles technologies, la mondialisation de l’économie, les problèmes environnementaux tragiques, et surtout 70 ans de paix, ce qui n’est jamais arrivé dans notre histoire. Et nous sommes entrés par conséquent dans une période en rupture totale avec ce que l’on a connu. Ce n’est plus le même homme, ce n’est plus la même vie, ce n’est plus la même mort, ce n’est plus le même espace, ce ne sont plus les mêmes relations. »

Michel Serres (1er septembre 1930/1er juin 2019)

https://www.letemps.ch/societe/michel-serres-lespece-humaine-constituee-braves-gens

Ce qui doit être fait tout de suite

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

À peine la journée commencée et il est déjà six heures du soir.
À peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.
Et le mois est déjà fini.
Et l'année est presque écoulée.
Et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
Et nous nous rendons compte que nous avons a perdu nos parents, des amis.
Et nous nous rendons compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière .
Alors essayons malgré tout de profiter à fond du temps qu'il nous reste.
N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent.
Mettons de la couleur dans notre grisaille.
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste.
Essayons d'éliminer les "après" .
Je le ferai après .
Je le dirai après .
J'y penserai après .
Nous laissons tout pour plus tard comme si "après" était à nous.
Car ce que nous comprenons pas c'est que :
Après, le café se refroidit .
Après, les priorités changent .
Après, le charme est rompu .
Après, la santé passe .
Après, les enfants grandissent .
Après, les parents vieillissent .
Après, les promesses sont oubliées .
Après, le jour devient la nuit .
Après, la vie se termine .
Et après c'est souvent trop tard....
Alors ne laissons rien pour plus tard.
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments.
Les meilleures expériences.
Les meilleurs amis.
La meilleure famille.
Le jour est aujourd'hui.
L'instant est maintenant.
Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain
Ce qui doit être fait tout de suite.

Je consomme donc je suis

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Nous avons souvent traité du bonheur comme s'il dépendait de facteurs matériels - la nourriture, l'hygiène ou la richesse. Et pourtant, le plus souvent, il est d'abord lié à nos attentes. Or, si notre situation s'améliore, nos attentes augmentent, ce qui ne rend pas les hommes plus satisfaits que leurs ancêtres.... Le capitalisme et le consumérisme, à la différence des systèmes religieux et idéologiques précédents, qui nous invitaient à nous satisfaire de notre condition, nous répètent que nous devons sans cesse en vouloir plus. Quels sont nos grands mythes actuels ? On pourrait citer Dieu, les Etats-Unis ou Apple.... Mais le mythe du "consumérisme" romantique, selon lequel il suffit d'acheter quelque chose pour résoudre ses problèmes, est sans doute l'un des plus puissants qu'Homo sapiens ait jamais inventé. De plus en plus d'hommes croient en cette histoire basique.

Celà peut être une nouvelle voiture, un cours de yoga, une place de cinéma, mais c'est toujours quelque chose que vous consommez. Acheter devient même une activité politique : on boycotte tel produit, venu de tel endroit, fabriqué par telle société, et on manifeste sa position citoyenne. Ce mythe du consumérisme transcende toutes les frontières. Peu importe que vous soyez chrétien, juif, musulman ou hindou, que vous viviez en France, en Israël ou en Chine."
 

Yuval Noah Harari dans "Sapiens, une brève histoire de l'humanité".

Fil RSS des articles de cette catégorie