Ce qui doit être fait tout de suite

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

À peine la journée commencée et il est déjà six heures du soir.
À peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.
Et le mois est déjà fini.
Et l'année est presque écoulée.
Et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
Et nous nous rendons compte que nous avons a perdu nos parents, des amis.
Et nous nous rendons compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière .
Alors essayons malgré tout de profiter à fond du temps qu'il nous reste.
N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent.
Mettons de la couleur dans notre grisaille.
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste.
Essayons d'éliminer les "après" .
Je le ferai après .
Je le dirai après .
J'y penserai après .
Nous laissons tout pour plus tard comme si "après" était à nous.
Car ce que nous comprenons pas c'est que :
Après, le café se refroidit .
Après, les priorités changent .
Après, le charme est rompu .
Après, la santé passe .
Après, les enfants grandissent .
Après, les parents vieillissent .
Après, les promesses sont oubliées .
Après, le jour devient la nuit .
Après, la vie se termine .
Et après c'est souvent trop tard....
Alors ne laissons rien pour plus tard.
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments.
Les meilleures expériences.
Les meilleurs amis.
La meilleure famille.
Le jour est aujourd'hui.
L'instant est maintenant.
Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain
Ce qui doit être fait tout de suite.

Je consomme donc je suis

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Nous avons souvent traité du bonheur comme s'il dépendait de facteurs matériels - la nourriture, l'hygiène ou la richesse. Et pourtant, le plus souvent, il est d'abord lié à nos attentes. Or, si notre situation s'améliore, nos attentes augmentent, ce qui ne rend pas les hommes plus satisfaits que leurs ancêtres.... Le capitalisme et le consumérisme, à la différence des systèmes religieux et idéologiques précédents, qui nous invitaient à nous satisfaire de notre condition, nous répètent que nous devons sans cesse en vouloir plus. Quels sont nos grands mythes actuels ? On pourrait citer Dieu, les Etats-Unis ou Apple.... Mais le mythe du "consumérisme" romantique, selon lequel il suffit d'acheter quelque chose pour résoudre ses problèmes, est sans doute l'un des plus puissants qu'Homo sapiens ait jamais inventé. De plus en plus d'hommes croient en cette histoire basique.

Celà peut être une nouvelle voiture, un cours de yoga, une place de cinéma, mais c'est toujours quelque chose que vous consommez. Acheter devient même une activité politique : on boycotte tel produit, venu de tel endroit, fabriqué par telle société, et on manifeste sa position citoyenne. Ce mythe du consumérisme transcende toutes les frontières. Peu importe que vous soyez chrétien, juif, musulman ou hindou, que vous viviez en France, en Israël ou en Chine."
 

Yuval Noah Harari dans "Sapiens, une brève histoire de l'humanité".

Revue de blog du mois de Mai

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Danielle Moyse tient un blog sur le site du journal La Croix. Elle est professeur agrégée de philosophie, enseignante, chercheuse associée à l’Iris (Institut de recherche sur les enjeux sociaux, CNRS, EHESS),
 
Elle a écrit à la mi-Mai un blogon qui a pour titre "Paradoxal sens de la sécurité".
 
En voici un extrait:

Chers amis lecteurs,

J’ai une excellente nouvelle pour vous : il y a très peu de risques que vous mourriez dans un ascenseur ! Du moins, du fait de l’ascenseur. À vrai dire, je n’ai pas de données scientifiques sur la question, mais la plupart des immeubles ayant sans doute désormais honoré l’obligation légale de mettre tous ces moyens de transport domestique « aux normes », le risque létal y sera désormais réduit au minimum ! Notre société veille en effet avec une conscience scrupuleuse à notre sécurité.La « mise aux normes » de notre quotidien fait rage !

Lire la suite ici...

 

Etre ou ne pas être...soi-même.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« L’effondrement de l’absolutisme, le développement du libéralisme et de la démocratie, la montée d’une civilisation technique qui triomphe de tous ses ennemis et voit naître les signes avant-coureurs de sa propre désintégration, tels sont les traits sociologiques dominants de cette troisième période d’angoisse. Ce qui domine dans tout cela, c’est l’angoisse du vide et de l’absurde. Nous sommes sous la menace du non-être spirituel. La menace du non-être moral. »

(Extrait du livre « Le Courage d’être » de Paul Tillich aux éditions « Labor et fides », page 91)

Fil RSS des articles de cette catégorie