C'est un petit matin

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

C'est un petit matin, doux ensoleillé et si simple

odeur de linge frais édredon

rassérénée

tiédeur et cocon

et pourtant

il vient m'enserrer

le monde

m'encercle, me prend dans ses filets,

me malmène

me perce et m'agresse

de ses flèches

me griffe

m'envahit

m'accable et m'assourdit

Ne pas se perdre

écouter, sentir

la brise et le souffle

le vent les nuages

la caresse de ta main

l'azur l'herbe et

le violon

le roulis des vagues

et le rire

Les fruits sont mûrs

Brigit Descot

Aimer

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Voici donc le court précepte qui t'est donné une fois pour toutes:

Aime, et ce que tu veux, fais-le.

Si tu te tais, tais-toi par amour,

si tu parles, parle par amour,

si tu corriges, corrige par amour,

si tu pardonnes, pardonne par amour,

aie au fond du cœur la racine de l'amour,

de cette racine ne peut naître que le bien.

Saint Augustin

Le vieillard

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Pour en savoir plus sur le tableau ci-dessus :

https://www.musee-jacquemart-andre.com/fr/oeuvres/tete-vieillard-0

"Le vieillard hésite, mais avance encore: il avance en âge. Il va vers la mort, vers cette chose qui clôture toutes les choses qui peuvent lui arriver. (...) La mort qui est devant le vieillard - quelque part, assez près - est devenue un destin personnel. Le vieux se rapproche de la vérité; il est de plus en plus lui-même. Dans sa façon de bien moins se souvenir des jours passés et bientôt des jours présents,il simplifie sa vie jusqu'à la quintessence. Il se dit que la prochaine fois - la prochaine élection présidentielle, la prochaine Coupe du Monde de football, les prochaines vacances estivales en famille -, que la prochaine fois, peut-être, il ne sera plus là. (...) Les gềnes meurent de froid un peu en avance. Les gènes ne savent plus quoi faire du corps, mais le corps est encore là. Un navire construit il y a longtemps, dont il ne vaut pas la peine de changer les planches, et sur lequel on peut seulement faire des calfetrages de fortune. Les gènes quitteront bientôt le navire, c'est entendu, mais ils le quitteront dans la mesure où le navire est incontrôlable, et vogue vers une direction inconnue. Le vieux n'est pas un naufragé, mais le navigateur qui approche la liberté totale: c'est son dernier port - droit devant. Ce n'est pas le souffle glacé du caveau que le vieux sent passer sur lui, mais le vent du large."

Source: "Lieux de vie" de Paul Munier aux éditions VGAS pages 90/91.

Fil RSS des articles de cette catégorie