Nauplie, Grèce.

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Impérissables colonnes

De chair et de pierres

Passe le temps qui se fige

 

Brigitte Papleux

 

 

 

 

Fragrance d'un père.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Quand je croise ta bouteille de parfum dans la rue je crois que c’est toi.
Je crois que c’est toi sur le trottoir qui marche aisément, magistralement, chemise blanche et pantalon chino beige. Quelle classe… surtout avec ce parfum.
Cette bouteille de parfum dont j'aime caresser le verre sculpté et froid… Ce bel objet olfactif. Ce flacon posé sur la commode que j'ouvre de temps en temps et repose avec précaution. Juste le temps de se souvenir.
Cette senteur…un peu enivrante, qui monte soudainement à la tête et puis s’apaise comme la force d’un brutal souvenir qui vient, et s’en va, s’estompe.
Cette odeur de parfumerie qui me renvoie aux dimanches matins, avant de partir chez Papi et Mamie.
Ces jours de fête où tu te faisais beau, nous montions dans la voiture et puis la journée passait. Le temps a passé.
Mais la bouteille, j’en fais quoi puisque tu n’en sors pas ?
 
Inès Bourgeois.
 
 

Je voudrais être une Africaine.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Je voudrais être une africaine

aller les pieds nus, les seins hauts,

la bouche charnue et hautaine

je voudrais être une africaine.

 

Je voudrais avoir ta peau d'ombre

ce brun qui brille dans la nuit.

 

 

La cruche que l'on porte...eau

esclave au port de souveraine

je voudrais être une africaine

 

J'aurais mon enfant dans le dos

ou tétant … et toujours on rit,

dansant, chantant, parlant sa vie,

mystique que le rythme entraîne,

je voudrais être une africaine

avoir ta peau couleur de nuit.

 

Marie-Chrystine

A deux mains.

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires
Elle appuyait sa tête contre l’épaule de Léo, les yeux plein de larmes, regard brouillé, perdu dans le vide. Elle avait un air triste, accablé sous le poids d’un malheur trop grand. Et ce chagrin immense…une immensité aux contours imperceptibles, à la profondeur d’un océan.
 
J’avais envie de lui dire combien les mots pouvaient soulager ses maux. Je voulais lui souffler, non pas un remède miracle mais un chemin de réconfort sur lequel elle trouverait un peu de force, un peu de douceur au long périple qui l’attendait.
 
J’ai pensé qu’au fond de cette cuisine il y avait peut être un bol pour récolter ses larmes. J’ai pensé qu’au fond de ce tiroir il y avait peut être un couteau pour trancher sa peine en morceaux et la distribuer aux oiseaux. J’ai pensé qu’il y avait sans doute une fourchette pour défaire les nœuds de colère face à l’injustice. J’ai pensé qu’un éplucheur aurait pu retirer sa peau de chagrin si solide et résistante.
 
J’aurais aimé qu’il soit possible de concocter une recette contre cette tristesse, j’aurais aimé lui faire boire ce remède puis croquer un biscuit miracle pour qu’elle reprenne joie. Je n’avais ni bol ni couteau, ni fourchette et encore moins d’éplucheur.
 
Je lui ai simplement tendu ma main, elle l’a prise et m’a souri.
 
Inès Bourgeois.
 
 
Fil RSS des articles de cette catégorie