Espérer

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Vivre

 

Vivre ensemble

Respirer ensemble

Respecter l'autre

son silence,

vivre ensemble.

 

Essayer de ne pas juger,

Essayer de ne pas essayer de comprendre .

 

Vivre

 

Accepter son corps tel qu'il est

gros, gras

diforme ou trop petit

trop grand,

trop vieux, trop vieille.

 

Accepter de subir les outrages du temps

en riant

en souriant

en partageant

sans penser que le temps est trop court.

 

Espérer sans le dire que le meilleur arrive

car tout arrive

même le meilleur .

 

Marie-Christine Queyreur

Automne 2022

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Le bruit du chaos

n’empêchera pas l’automne

de rougeoyer

BP 26/10/22

Classé dans : poésie - Mots clés : aucun

Il restera de toi ce que tu as donné

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Il restera de toi ce que tu as donné

Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.

Il restera de toi de ton jardin secret

Une fleur oubliée qui ne s'est pas fanée.

Ce que tu as donné

en d'autres fleurira

celui qui perd sa vie

un jour la trouvera.

Il restera de toi ce que tu as offert

Entre tes bras ouverts un matin au soleil.

Il restera de toi ce que tu as perdu

Que tu as attendu plus loin que tes réveils.

Ce que tu as souffert

en d'autres revivra

celui qui perd sa vie

un jour la trouvera.

Il restera de toi une larme tombée

Un sourire germé sur les yeux de ton coeur.

Il restera de toi ce que tu as semé

Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.

Ce que tu as semé

en d'autres germera

celui qui perd sa vie

un jour la trouvera.

Simone Weil est une philosophe humaniste française, née à Paris le  et morte à Ashford (Angleterre) le .

Quand la chute du sable dans le sablier s'accélère...

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Lu ce matin sur Messenger:

J’ai compté mes années et j’ai découvert qu’à partir de maintenant, j’ai moins de temps à vivre que ce que j’ai vécu jusqu’à présent.


Je me sens comme ce petit garçon qui a gagné un paquet de friandises: la première il la mangea avec plaisir, mais quand il s’aperçut qu’il lui en restait peu, il commença réellement à les savourer profondément.


Je n’ai plus de temps pour des réunions sans fin où nous discutons de lois, des règles, des procédures et des règlements, en sachant que cela n’aboutira à rien.


Je n’ai plus de temps pour supporter des gens stupides qui, malgré leur âge chronologique n’ont pas grandi.


Je n’ai plus de temps pour faire face à la médiocrité.


Je ne veux plus assister à des réunions où défilent des égos démesurés.


Je ne tolère plus les manipulateurs et opportunistes.


Je suis mal à l´aise avec les jaloux, qui cherchent à nuire aux plus capables, d’usurper leurs places, leurs talents et leurs réalisations.


Je déteste assister aux effets pervers qu’engendre la lutte pour un poste de haut rang.


Les gens ne discutent pas du contenu, seulement les titres.


Moi, mon temps est trop précieux pour discuter des titres.


Je veux l’essentiel, mon âme est dans l’urgence… il y a de moins en moins de friandises dans le paquet.


Je veux vivre à côté de gens humains, très humains, qui savent rire de leurs erreurs, qui ne se gonflent pas de leurs triomphes, qui ne se sentent pas élu avant l’heure, qui ne fuient pas leurs responsabilités, qui défendent la dignité humaine, et qui veulent marcher à côté de la vérité et l’honnêteté.


L’essentiel est ce que tu fais pour que la vie en vaille la peine.


Je veux m’entourer de gens qui peuvent toucher le cœur des autres, des gens à qui les coups durs de la vie leurs ont appris à grandir avec de la douceur dans l’âme.


Oui, je suis pressé de vivre avec l’intensité que la maturité peut m’apporter.


J’ai l’intention de ne pas perdre une seule partie des friandises qu´il me reste.


Je suis sûr qu’elles seront plus exquises que toutes celles que j´ai mangées jusqu’à présent.


Mon objectif est d’être enfin satisfait et en paix avec mes proches et ma conscience.


J’espère que la vôtre sera la même, parce que de toute façon, vous y arriverez.


"Le temps précieux de la maturité" de Mário Raul De Morais Andrade, (1893 – 1945) Poète, Romancier, Musicologue Brésilien.

Estampas de Platero y yo

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Estampas de Platero y yo" est un livre en Espagnol édité par la maison d'édition espagnole Vicens Vives (1). Imprimé pour la première fois en 2005, il a été ré-imprimé 14 fois depuis sa première parution. C'est dire le succès de ce livre en Espagne mais aussi hors d'Espagne.

Il intéressera les parents, les grands-parents qui parlent, écrivent, lisent l'Espagnol pour eux-mêmes mais aussi pour leurs enfants, leurs petits- enfants. Il intéressera aussi les élèves des collèges et des Lycées qui étudient l'Espagnol.

"Platero y yo" a été écrit par Juan Ramón Jiménez (2), en 1914. C'est le plus célèbre de ses textes. En 1956 l'auteur a reçu le prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son oeuvre poétique.

Juan Ramón Torregosa a choisi d'éditer 35 textes de l'oeuvre originale. Jesús Gabán les a magnifiquement illustrés de ses très beaux dessins. 

Le groupe d'hispanisantes et d'hispanisants de la paroisse Notre Dame de l'Avance de Casteljaloux, animé par Marie-Christine Queyreur, professeur d'Espagnol, a traduit le texte espagnol de présentation d' "Estampas de Platero y yo".

En voici la traduction:

Images de Platero et moi.

Platero et moi, l'oeuvre la plus universelle de Juan Ramón Jiménez (1881-1958), est un de ces livres qui, dans son apparente simplicité, enferme les plus profonds secrets de l'âme humaine. Le poète, dans ses promenades dans Moguer (3)), son beau village natal, partage avec son attachant âne Platero, ses impressions et sentiments, et, ensemble, ils s'immergent dans la vie quotidienne des gens du village, dont Juan Ramón fait le portrait avec affection, tendresse et sympathie.Son regard bon et tendre s'arrête, surtout sur les plus humbles et déshérités, et, à contempler la cruauté, la misère et l'injustice, le poète de Moguer se révolte. Mais la nature est aussi protagoniste de l'oeuvre. Animaux, fleurs, oiseaux, sons, couchers de soleil, parfums, couleurs ...défilent devant nos sens, et dans la beauté du paysage combleront le poète et Platero, le plus humain des animaux, leurs plus pures et élevées aspirations: une vie spirituelle riche et intense, un désir de paix et d'harmonie, de fraternité et de tolérance, une soif, en somme, de bonheur.La présente sélection de Platero et moi a pour but d'approcher une nouvelle génération de jeunes lecteurs du riche univers poétique de cette oeuvre singulière. Les illustrations lyriques de Jesús Gabán et les notes sur le texte de Juan Ramón Toregrosa contribueront de manière décisive à changer la lecture de ce livre en une expérience inoubliable.

 

André Lugardon

(1) Maison d'Edition Vicens Vives: https://www.vicensvives.com/ "Estampas de Platero y yo". ISBN/EAN: 9788468278919. Prix: 9€98.

(2) Juan Ramón Jiménez, né en Andolousie en 1881, est mort en 1958. à Porto Rico. Plusieurs tragédies ont marqué sa vie: la mort de son père lorsqu'il était enfant qui a plongé sa famille dans la misère, la guerre civile d'Espagne qui l'a contraint à l'exil, la mort d'un cancer de la femme qu'il a aimé. Dans son oeuvre poétique il y a souvent une quête de Dieu. 

(3) Moguer est une commune de la province de Huelva dans la communauté autonome d'Andalousie.

 

 

Citation:



« Je te porterai, Moguer, dans tous les lieux et dans tous les temps, tu seras pour moi immortel, mon pauvre village, en dépit de ceux qui t'exploitent. »

« Je t'ai dit, Platero, que l'âme de Moguer c'était le vin, j'avais dit une stupidité, n'est-ce pas ? Non, l'âme de Moguer c'est le pain. Moguer est comme un pain de froment, blanc à l'intérieur comme de la mie, et doré autour — oh soleil qui brunit ! — comme la tendre croûte. »

(Source fiche Wikipédia sur l'auteur)

Fil RSS des articles de cette catégorie