Je me souviens de son odeur.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

 

C'était l'odeur qui me saisissait dès qu'elle envoyait la clé dans son petit étui cousu par ses soins du haut de son balcon du premier étage. Une fois la porte ouverte, l'odeur était plus forte . Elle se mélangeait à l'odeur de la cire qu'une fois de temps en temps son aide ménagère passait sur la rampe de cet immense escalier et sur la pendule si effrayante qui trônait sur le palier. Cette odeur se mélangeait à celle de la soupe qui mijotait sur son vieux gaz et puis elle se mélangeait à l'odeur de son eau de cologne à elle qui semblait imprégner tous ses vêtements. Je me souviens de cette odeur qui en fait, n'était qu'un mélange d'odeurs que l'on pouvait respirer dès que l'on franchissait la porte de la maison de mon arrière-grand-mère.

Guimaï

Les yeux.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux,
Et le soleil se lève encore.

Les nuits, plus douces que les jours,
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours,
Et les yeux se sont remplis d'ombre.

Oh ! qu'ils aient perdu leur regard,
Non, non, cela n'est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu'on nomme l'invisible ;

Et comme les astres penchants
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent.

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l'autre côté des tombeaux
Les yeux qu'on ferme voient encore.


René-François Sully Prudhomme.

Il a tout pour réussir mais...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Cet enfant a tout pour réussir. Il est tout aussi intelligent que ses frères et soeurs. Il est aimé. Il n'y a pas de problèmes particuliers dans sa famille. Il ne se drogue pas. Il est en bonne santé.  Mais il ne réussit pas à l'école. Plus il grandit plus il pose problème à tout le monde. Ses parents sont morts d'inquiétude. Ses frères et soeurs ne savent plus quoi faire pour lui. En tant que parents ou grands parents vous reconnaissez quelqu'un qui vous est cher dans ces quelques lignes alors le texte ci-dessous est pour vous. Puissiez-vous y trouver aide et réconfort.

 

"Lorsqu’un enfant présente naturellement un comportement sage et obéissant, et que la réussite scolaire lui est aisée, cela le place naturellement dans la position du héros à la maison. On le félicite pour ses succès, on souligne ses bons comportements, on le serre dans nos bras en s’exclamant à quel point on est fier de lui et on le récompense par des privilèges. L’autre enfant de la fratrie qui présente une personnalité plus téméraire, qui oublie les consignes plus souvent et pour qui la réussite scolaire est moins automatique regarde le héros (son frère ou sa sœur) et constate qu’il ne pourra jamais atteindre ce standard. Il ne lui sert à rien d’auditionner pour le rôle de héros dans la famille, celui-ci étant déjà pris par un autre qu’il se sait bien incapable de déloger. Ainsi, pour avoir une place aussi importante dans sa famille, il ne lui reste plus qu’à se diriger vers le rôle de vilain. Celui qui devient tout le contraire de l’autre. Désobéissant, excité et désagréable. Si l’enfant constate qu’il ne peut obtenir l’amour de ses parents par la réussite, il obtiendra au moins leur attention par l’échec. Il est bien plus valorisant d’obtenir une réaction forte des parents parce qu’on a mal fait quelque chose, que d’obtenir une réaction tiède parce qu’on a bien fait, mais pas autant que le héros dans la famille. Dans un film, celui qui fait bien, mais pas autant que le héros, c’est un figurant, ou tout au mieux, un second rôle. Aucun enfant ne veut être un second rôle, le rôle du méchant devient donc l’alternative pour obtenir un rôle principal. Tout ceci se passe bien inconsciemment et même insidieusement et sur plusieurs mois ou années. Mais graduellement les rôles se campent, se polarisent et chaque enfant agit en concordance avec son personnage."

 

Source: https://aqnp.ca/documentation/developpemental/le-trouble-dopposition-provocation/

 

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.

Le Cancre”, tiré du recueil “Paroles” paru aux éditions Gallimard.

 

Ou bien sur le tableau lumineux du bonheur familial il dessine le visage du malheur des personnes qui l'aiment.

 

Mais qu'en pensez-vous?

 

Colibri 47.

 

 

Humeur automnale.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« Le pessimisme est de nature, l’optimisme de volonté ». (Alain)

« Le pessimiste est un optimiste lucide ». Je ne sais plus de qui c’est.

J’ai longtemps pensé, dit, écrit que les accords de Yalta ne seraient pas éternels. Sans prévoir bien entendu comment cela finirait et quand cela finirait.

L’éclatement de l’ex-Yougoslavie m’a fait souvent me demander si l’Europe pouvait imploser comme l’ex-Yougoslavie?

Les frontières ont bougé en ex-Yougoslavie, en Ukraine, vont bouger au Moyen Orient. Quel sera le prochain pays concerné?

La multiplication des écrans de télés, des téléphones portables, des ordinateurs, des tablettes, la multiplication des antennes satellites, le développement d’internet et des robots vont modifier le monde comme l’ont fait en d’autres temps l’invention de l’imprimerie et de la machine à vapeur.

« Le monde a commencé sans l’homme et s’achèvera sans lui. » (Claude Lévi-Strauss)

Colibri 47

 

666660

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

6 heures du matin.

6°C.

6 secondes pour penser au passé.

6 minutes pour poser un joli colis précieux à la crèche.

Puis 60 minutes à regarder le jour se lever sur Casteljaloux et plus particulièrement sur les crocus de la maison paroissiale.

Quel dommage de ne pas savoir décrire la beauté de la vie en paix.

 

André Lugardon.

Fil RSS des articles de cette catégorie