Du pouvoir bienfaisant de la beauté

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Authentique Rembrandt restaué et visible sous surveillance électronique dans l'Eglise du Mas d'Agenais.

 

"La Libre Belgique" appelée souvent aussi « La Libre », est un journal quotidien belge de langue française qui s'intéresse à l'ensemble de l'actualité nationale et internationale. Sa lecture est estimée chaque jour à 225 830 lecteurs, versions papier et internet confondues. Il est imprimé à 33 600 exemplaires.

Son site internet a publié en 2020 une chronique de Laura Rizzerio, professeur de philosophie à l'Université de Namur qui a pour titre "La beauté sauvera-t-elle le monde?"

En voici quelques extraits:

"L’amour du beau conduit au ciel, affirme Platon. Non parce qu’il fait oublier la terre et la pénibilité de la vie, mais parce qu’il ouvre les yeux de l’âme à ce qui a de la valeur." (...)

"L’expérience de la beauté a en effet ceci de particulier qu’elle fait appel à la gratuité et au désintérêt. Et si elle est subjective, elle demande cependant à être partagée en créant entre ceux qui l’éprouvent un lien qui unit et libère." (...)

"C’est en cela que la beauté peut nous venir en aide. Car, à travers la gratuité et l’impérieux besoin de se communiquer qui la caractérisent, elle nous invite, nous qui sommes les seuls vivants à pouvoir la percevoir, à prêter attention à la réalité qui nous entoure de manière désintéressée, dans le respect de ce qu’elle est." (...)

" Ce n’est pas sans la beauté, ni sans l’art ni sans la spiritualité que l’humain pourra perdurer et s’accomplir. L’histoire nous l’a enseigné : les civilisations qui ont survécu aux catastrophes sont aussi celles qui ont été les plus spirituelles, celles qui ont laissé derrière elles une trace indélébile de beauté. Oui, la beauté sauvera le monde. Elle nous unit et nous rend plus résiliants, et nous devons en prendre soin." (...)

Source: https://www.lalibre.be/debats/opinions/2020/06/28/la-beaute-sauvera-t-elle-le-monde-227UQAPNCZDUNC42PN65NAOQ7I/

Voici ce que Laura Rizzerio dit d'elle-même sur son blog:

"Italienne d'origine, je suis arrivée en Belgique il y a désormais plus de 20 ans. J'ai adopté ce pays, où j'ai fondé une famille. Mes trois enfants y sont nés et se réjouissent d'avoir un papa belge et une maman italienne.

Mon métier, c'est d’enseigner la philosophie. C’est ma passion aussi, en même temps que la musique… Mais ce que j’aime le plus c’est …. l’amitié !

J'ai suivi ma formation de base à Gênes, j'ai étudié la philosophie à l'Université sous la direction du professeur Battegazzore qui m’a donné le goût pour la culture ancienne. Après ma licence, je suis arrivée en Belgique où j’ai poursuivi mes études de doctorat à l'Université Catholique de Louvain. Pendant la préparation de ma thèse, j’ai été engagée comme assistant et j’ai pu collaborer aux recherches du professeur Mc Evoy qui a été pour moi un maître et un professeur d’exception. Depuis 1996, j'enseigne à l'Université de Namur, Université fondée par les Jésuites, renommée pour ses recherches et son encadrement des étudiants. Là j'assure les enseignements d'histoire de la philosophie ancienne et médiévale, ainsi que d'esthétique et de philosophie de l'art.

Mon domaine de recherche concerne surtout l'histoire de la philosophie et plus particulièrement la philosophie ancienne et médiévale.

Depuis l'âge de l'adolescence, grâce à la rencontre avec une communauté chrétienne vivante et jeune, j'ai découvert dans la foi en Jésus un chemin d’accomplissement de ma personne, la source de toute énergie créatrice en moi, et le lieu de la paix du coeur. Jésus Christ est devenu pour moi un véritable ami, vivant, dont l'histoire n'a cessé de me toucher et de me faire accéder aux profondeurs de l'être, de mon être. Je l'ai suivi en suivant la communauté chrétienne dans la quelle il continue à être présent depuis les origines: son Église."

Source: http://www.laurarizzerio.be/a-propos-de-l-auteur-de-ces-pages

A propos de l'avenir

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Qui veut bien juger de l’avenir doit consulter les temps passés. (Bossuet)

L’art de la prophétie est extrêmement difficile, surtout en ce qui concerne l’avenir. (Marc Twain)

On crie qu’on veut façonner un avenir meilleur, mais ce n’est pas vrai. L’avenir n’est qu’un vide indifférent qui n’intéresse personne, mais le passé est plein de vie et son visage irrite, révolte, blesse, au point que nous voulons le détruire ou le repeindre. On ne veut être maître de l’avenir que pour pouvoir changer le passé. (Milan Kundera)

Jean-François Colosimo (3)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

" La guerre inique, fratricide et criminelle que Vladimir Poutine a déclenchée contre l'Ukraine le 24 février 2022 est venue réveiller les stigmates de l'expérience totalitaire sur lesquels notre nature oublieuse avait jeté un voile. Subsistant enfoui dans les livres, le trou noir est réapparu béant sur le devant de la scène planétaire. Si vif a été notre sentiment de vertige qu'il nous manque encore aujourd'hui l'explication qui le dissiperait."

 

© Editions Albin Michel, 2022.

ISBN: 978-2-226-47779-8

Jean-François Colosimo (2)

Rédigé par sadys - - 4 commentaires

Jean-François Colosimo, né le 19 novembre 1960 à Avignon, est un théologien orthodoxe, historien, éditeur, documentariste et essayiste français. Il est le directeur général des éditions du Cerf depuis 2013, après avoir été président du Centre national du livre.

Voici les premières lignes de son dernier ouvrage "La cruxifixion de l'Ukraine":

"Nous avons pensé qu'il suffisait de le savoir pour qu'il n'en soit plus jamais ainsi. Que les moins de cent ans écoulés entre le génocide des Arméniens d'Asie Mineure et le génocide des Tutsis du Rwanda, avec le génocide des juifs d'Europe en leur mitan, relevaient de la parenthère maudite et qu'il nous revenait de la clore une fois pour toutes. Nous avons été détrompés. Ou, plutôt, la créance que nous avions accordée à l'impératif moral, pariant qu'il creuserait le vide parmi le silence divin,nous a illusionnés. Non pas que le sursaut éthique soit insignifiant mais il est impuissant, par lui-même, à surmonter le mal extrême. Il peine à transcender la terreur qui accompagne son irruption. Ne se satisfaisant pas d'immoler les corps, la violence absolue garde pour but ultime d'annihiler les esprits. La soumission qu'elle réclame est illimitée. Et n'a donc pour antidote que la liberté inaccessible que seule donne la promesse d'une forme ou l'autre d'immortalité. Celle qui fait défaut à notre âge désemparé, hanté par la crainte que le monde se consumme sans que se profile un quelconque jour d'après."

Jean François Colosimo(1)

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

"Nous sommes les enfants du siècle, vingtième de l'ère chrétienne, qui a semé conflits,  camps et charniers sur toutes les faces de la Terre. Innombrables ont été les soldats tués sur le champ d'honneur et inhumés dans des nécropoles sacrées auxquelles tournent les cimetières militaires avant que l'ombre ne les recouvre et que leurs dormants ne trouvent définitivement la paix. Incommensurable demeurent le nombre de civils assassinés, anonymes, privés de sépulture, jetés dans des fosses obscures, dont on ignore où et comment ils périrent, quelle fut leur dernière heure, si leurs ossements seront demain exhumés et si leurs manes connaîtront finalement le repos.Comme à aucune autre période de l'histoire, l'extermination a pris force de loi universelle. De manière abyssale, nos aïeux ont appris que nul être humain ne peut se déclarer indemne de l'inhumanité."

Fil RSS des articles de cette catégorie