La vie oubliée

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Crise d'extinction: agir avant que tout s'effondre.

Aux cours des quarante-cinq dernières années, les populations d'animaux sauvages ont fondu de moitié. Des dauphins d'Extrême-Orient jusqu'aux moineaux de nos rues, la vie animale et végétale se retire à grande vitesse de notre globe terrestre dans un profond silence.  Accoutumés aux environnements façonnés par la technique, nous oublions trop souvent qu'à la base de toute notre économie, de toutes nos productions, se trouvent les écosystèmes. Moins connue que le dérèglement climatique, la crise d'extinction biologique pourrait elle aussi ébranler toutes les sociétés humaines.

Face à ce défi, une responsabilité particulière incombe aux chrétiens. L'encyclique Laudato Si du pape François rappelle que le souci des créatures vivantes non humaines s'enracine dans les plus anciens récits de l'Ecriture. Il n'est pas en contradiction ou en compétition avec la défense de la vie humaine mais en relation avec elle. L'homme et "les petits oiseaux" survivront ensemble ou pas du tout.

Ne craignons pas d'être radicalement écologique et écologiquement radicaux! Ce livre revient aux origines de l'écologie et à la naissance de cette science. Il n'est pas seulement un appel vigoureux à la conversion. Il est aussi tout entier  un poème et une ode à la Création.

Johannes Herrmann travaille pour l'association LPO-Agir pour la biodiversité. Mahaut Herrmann est journaliste spécialisé dans l'écologie à l'hebdomadaire La Vie. Ils sont tous les deux membres de la revue Limite.

 

 

Ce jour là était un dimanche

Rédigé par yalla castel - - 6 commentaires

Ce jour là, c'était le dimanche 13 mai 2018. Ce matin là, je me suis levé à 6 h. Je voulais avoir un entretien avec le plus jeune de mes enfants engagé volontaire dans un régiment de parachutiste. Car j’avais lu l’info d’un nouvel attentat à Paris le samedi soir avant de me coucher. Pendant qu’il se préparait pour rejoindre son régiment, je lui ai dit  de faire attention à lui et à ses camarades. Dans le cadre des opérations sentinelles auxquelles ils participent. Je sais que certains de son régiment se sont portés volontaires pour le Mali, le Niger et la Syrie. Et que probablement il les suivra. Beaucoup de jeunes comme lui sont déterminés et prêts à défendre notre pays et son mode de vie. Je ne lui ai pas dit que Macron c’est nous. Que notre nouveau président est le fruit amer de la gauche divisée et de la droite divisée. Je ne lui a pas dit que le terrorisme c’est nous. Le résultat des politiques Américaines, Anglaises que nous avons suivies et auxquelles nous avons même participé militairement. Il m’aurait répondu  "Papa j’étais pas né, on peut pas laisser faire ça!". Et bien entendu je ne lui ai pas parlé du philosophe Alain. Ni de l'écrivain Jean Giono. Je l’ai regardé partir: heureux,debout, vivant, prêt à rejoindre son régiment après un week-end paisible en famille avec son frère, ses soeurs, son neveu,ses nièces et nous. Ainsi soit-il.

Colibri Cx

Da la nouvelle loi sur l'immigration

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

 

Lu sur internet la remarque suivante: « La nouvelle loi sur l’immigration présente le défaut majeur de faire peser la responsabilité de la crise migratoire sur le dos des migrants eux-mêmes. »

 
 


J'ai découvert ces jours derniers un mot que je ne connaissais pas:
 

apotropaïque

adjectif

(grec apotropaios, qui détourne les maux)


 

  • Se dit d'un objet, d'une formule servant à détourner vers quelqu'un d'autre les influences maléfiques.

  Tout mettre sur le dos des immigrés c'est une manoeuvre politique apotropaïque pour ne pas parler des causes de l'immigration, pour ne pas affronter les maux qui conduisent à l'immigration. Et pour détourner sur le dos des immigrés les influences maléfiques des politiques menées depuis Reagan, Tatcher, Bush père et fils etc...etc...

Détestation d’en bas, détestation d’en haut.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Une partie de la droite française déteste une partie de la gauche qui le lui rend bien.

Une partie de la droite déteste aussi une partie de la droite qui le lui rend bien. Et c’est parail à gauche: une partie de la gauche déteste une partie de la gauche qui le lui rend bien.

Où tout cela va-t-il nous mener?

Faut-il une nouvelle constitution? Une nouvelle république? Une nouvelle monarchie?

Il n’y aura jamais d’organisation politique et économique humaine satisfaisante parce que nous sommes des êtes humains fondamentalement « imparfaits ».

Face aux périls qui nous menacent, nous nous sauverons ensemble ou nous périrons ensemble. Car nous avons au fil des siècles bâtie une civilisation où les individus, les personnes, les êtres humains que nous sommes sont en interdépendance.

De grands changements sont en préparation. Puisse l’accouchement du nouveau monde en gestation ne pas trop se faire dans la douleur. Et que nous n’y perdions pas notre humanité. Espérons le monde de demain sans maître et sans esclave. C’est pas gagné mais nous pouvons toujours  rêver à un monde meilleur. Sinon à quoi bon vivre encore?

 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie