Si les gens...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

En 2017 Brigit Descot a écrit le texte ci-dessous. Publié sur Facebook il a été commenté favorablement. Au fil des ans le message qu'il contient est de plus en plus important et d'actualité. 

"Si les gens étaient mûs par leur couardise, leur peur, leur frilosité, leur repli sur eux-mêmes, si la population réagissait avec ignorance, alignant préjugés sur idées reçues, prévoyant désordres certains et innombrables, si les habitants de ce pays étaient plus soucieux de leur petite personne que de l’autre, qu’il soit blanc, noir ou jaune, si le peuple se montrait totalement et tranquillement égoïste, récalcitrant à l’accueil, fermé à la compassion, moins aimant et plus haineux, si le cerveau reptilien régnait, si les pays étaient gouvernés par des sots, peut-être alors verrions-nous des hordes d’immigrés, de réfugiés de toutes sortes, de pauvres, de souffreteux déambuler dans les rues des villes, quémander de la nourriture, être à l’affût d’un abri, dormir par terre sur le macadam ou dans la boue parce que rien ne serait prévu pour eux, peut-être même seraient-ils repoussés brutalement hors de notre territoire par la police, sans vergogne, des membres de mêmes familles seraient séparés, des enfants , des mineurs deviendraient orphelins, seraient perdus, introuvables, maigres, loqueteux, corvéables à merci, brimés, humiliés, ni affection, ni amour pour ceux-là, que la faim, le froid, la violence, pire, sur leur chemin d’immigration, hommes, femmes, enfants mourraient par dizaines, centaines, milliers, sur les routes, écrasés par des véhicules, pourris à l'intérieur de camions, noyés dans la mer, épuisés, des murs seraient élevés, nombreux tenteraient de les franchir qui finiraient emprisonnés.
 

Mais Dieu merci, il n’en est pas ainsi. Car l’être humain est raisonnable et porte en lui une part de tout autre, alors il lui importe que cet autre vive et vive bien; il lui sied que chacun comme il se doit soit épargné autant qu’il se peut par la souffrance ou l’injustice; il est porté par sa compassion, son empathie qui lui montre la vérité des choses du monde; alors, des femmes, des hommes à l’intelligence aiguisée, à la raison juste sachant repousser les mauvais affects, à la sensibilité non débordante réfléchissent à l’organisation de la cité afin qu’elle puisse intégrer les nouveaux venus; et d’autres s’activent, planifient, orchestrent et harmonisent, d’autres encore écoutent, soignent, pansent, enseignent, rencontrent et partagent, et voilà les arrivants qui s’installent, parlent de ce qu’ils sont, chantent, écrivent, créent et leurs enfants jouent dans les cours de récréation des écoles et les plus grands travaillent de leurs mains ou étudient; ils façonnent le monde de demain, peut-être plus beau encore que celui d’ aujourd’ hui tant les sourires, mots et regards partagés l’illuminent et l’illumineront."

Septembre 2017

Penser le monde de demain et...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

... panser le monde d'aujourd'hui voilà ce que nous pourrions essayer de faire en 2019.

Qu'en pensez-vous?

Sur son blog Koz a écrit:

« There is no society. » Ces derniers temps, cette phrase de Margaret Thatcher m’obsédait. Peut-on nier l’existence de la société ? Vérification faite, elle fustigeait surtout le réflexe consistant à attendre les solutions de la société, de l’État : « Ce que vous appelez société n’existe pas. Il y a des hommes et des femmes individuels, et il/ y a des familles. » J’assume d’y lire paradoxalement un appel à former une société, contre les héritiers proclamés de Thatcher et contre ses adversaires assumés. Contre ceux qui, au nom de la responsabilité individuelle, laissent chacun à son sort. Contre une gauche qui a scindé notre société en autant d’identités, de communautés et de minorités créancières. Contre ceux qui renvoient nos rapports, et jusqu’à la notion même de justice, à des échanges de consentements, résumant notre vie commune à un agrégat d’arrangements individuels.

Lire la suite ...

 

Pour quoi? Pour qui?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Voici un conte de Noël inspiré par des écrits de William Chesterton:

« Il y a un petit peu plus d’un siècle, dans un quartier populaire d’une grande ville européenne, une foule très en colère s’est réunie autour du seul lampadaire à gaz du quartier. Ils n’en voulaient plus de cet unique lampadaire à gaz.

Pour justifier leur colère, lui donner un sens, ils ont demandé à un moine très savant, très érudit, très connu, très intelligent de venir leur parler pour les cautionner.

Ce que le brave homme a fait: «Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, calmez-vous, Dieu vous aime, réfléchissons ensemble, prions ensemble, à quoi ça sert la lumière?»

La foule en colère l’a alors chassé du quartier à grands coups de pieds dans les fesses. Encore un intellectuel qui comprend rien au peuple!

Ivre de colère la foule a alors cassé l’unique lampadaire à gaz du quartier.

Certains l’ont fait pour avoir enfin l’obscurité toute la nuit pour pouvoir commettre leurs mauvaises actions en toute impunité. Pas vu pas pris. Certains l’ont cassé pour le plaisir de casser. Certains l’ont cassé parce qu’ils voulaient un plus grand nombre de lampadaires à gaz. Certains l’ont cassé par qu’ils voulaient des lampadaires électriques gratuits pour tout le monde. Certains l’ont cassé pour ramasser les morceaux et les vendre.

Lorsque tout le quartier s’est retrouvé dans l’obscurité totale la foule s’est calmée et chacun est rentré chez soi.

Les jours, les nuits, les semaines, les mois ont passé. La colère est retombée. Les ténèbres se sont installées dans le quartier.

Ici et là quelques femmes, quelques hommes ont repensé au vieux moine. Qu’avait-il voulu dire en leur demandant  "A quoi ça sert la lumière" ?

Oui à quoi ça sert le progrès? A qui ça sert? »

Colibri Cx

L’Agriculture moderne a tué les petits paysans. Le commerce moderne a tué les petits commerçants et les petits artisans. Demain le commerce par internet tuera-t-il les grandes surfaces? Dans beaucoup de villes françaises les centres-villes sont à l’agonie.

La France est à son tour touchée par un phénomène venu des Etats-Unis, d’Amérique du Sud, d’Afrique, du Moyen Orient: de plus en plus d’enfants, de femmes, d’hommes vivent sur notre territoire sans terre, sans toit, sans travail. Vient s’ajouter à ce problème celui du nombre de plus en plus important de travailleurs pauvres. Tant que nous n’aurons pas réglé ces deux problèmes nous aurons des jours difficiles devant nous et une multiplication de conflits. Et la tentation sera grande de chercher des boucs émissaires plutôt que des solutions politiques et économiques.

Classé dans : société - Mots clés : aucun

Lu sur Facebook

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Claudine Onfray-ménez

Jacques Noyer
3 décembre, 11:35
Dimanche 2 Décembre 2018, au petit matin
J’ai trouvé !

J’ai trouvé ce que l’Eglise de France devrait dire devant cette insurrection des fins de mois que nous connaissons.

Elle devrait annoncer qu’on ne fêtera pas Noël cette année. Le 25 décembre sera un jour comme un autre. Rien dans les églises : pas d’office, pas de crèche, pas d’enfants. On va revenir aux dimanches ordinaires car l’Avent n’aura pas lieu.
Elle dira que notre peuple n’est pas dans un état d’esprit qui lui permet de fêter Noël. Le cri de désespoir qui le traverse est incompatible avec le mystère de Noël, avec l’espérance de l’Avent, avec l’accueil d’un enfant étranger.

Je suis peut-être vieux jeu mais je me souviens des Noël de mon enfance. Il n’y avait pas que les fins de mois qui étaient difficiles. Mais à Noël on oubliait tout pour se réjouir de ce qu’on avait. Les familles les plus modestes se retrouvaient avec le peu qu’elles avaient. Dans la nuit, les pauvres se sentaient riches du toit sur leur tête, du repas amélioré de leur assiette, de la bûche supplémentaire qui chauffait la maison et surtout de la chance d’avoir un papa, une maman, des frères et sœurs qui s’aimaient. On échangeait des petits riens qui étaient pleins de choses. On allait voir le Jésus de la Crèche, l’enfant démuni, étranger, dont la seule richesse était l’amour que nous lui manifestions. Et on prenait conscience qu’il y avait plus pauvres que nous, des ouvriers sans travail, des enfants sans papa, des familles sans maison. Et s’il restait un peu de gâteau on allait en donner une part au voisin malheureux.

Qu’on rappelle à notre société qu’il y a des pauvres qui ont difficulté à vivre, voilà qui va bien à Noël. Qu’on dise aux nantis que les pauvres ont des droits, qu’on redise le projet d’un monde plus juste pour tous, voilà qui s’accorde bien à Noël.
Mais ce que j’entends, n’est pas l’amour des pauvres, le souci de ceux qui n’ont rien, l’amour qui appelle au partage et à la justice.

J’entends une population qui a peur de devenir pauvre, une population qui n’aime pas les pauvres. Tout le monde se dit pauvre pour avoir le droit de crier ! Les pauvres riches sont obligés de quitter le pays puisqu’on les gruge. Les pauvres pauvres ferment leur maison à plus pauvres qu’eux. J’ai connu un pays pauvre qui se pensait assez riche pour accueillir le pauvre. Je vois un pays riche qui se dit trop pauvre pour ouvrir sa porte à moins riche que lui.
Voilà sans doute bien des années que Noël est devenu le lieu de cette mutation. On invite l’enfant à désirer tous les biens de la terre et il se croit tout puissant jusqu’au moment où la limite de l’appétit ou de l’argent va faire de lui un frustré. On voulait en faire un riche comblé et il se retrouve un pauvre déçu.

Le Père Noël est devenu beaucoup trop riche et ne peut plus s’arrêter à l’étable où vient de naître l’Enfant-Dieu. Il me vient l’envie de lui arracher la barbe et de bloquer son traîneau au carrefour ! Pardon, je deviens violent. Empêchez moi de faire un malheur !

Revue de presse décembre 2018

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Mi bémol nous a fait parvenir le texte suivant:

"10 décembre 1948 - 10 décembre 2018 = 70 ans des Droits de l'Homme.

Grands engagements ou vœux pieux, voire promesses trahies ?

Égalité, Fraternité, Dignité, Parité ; droit à la Citoyenneté, à la Démocratie, à la libre pensée, Droits à l'Instruction, au Travail, à la Santé physique et mentale,

Droit à l'Assistance médicale, à la Nourriture suffisante ;

Droit à la justice, à l’équité, au libre Mouvement ;

Mais du Bengladesh au Mexique, du Zimbabwe à la Cisjordanie, des Balkans au Sahara occidental, sans nommer l’Afghanistan, la Syrie, l’Iraq, le Yémen et bien d’autres pays du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, que voyons-nous ? Qu’entendons-nous ?

Des cris et des pleurs, des ventres affamés et des seins éventrés, des enfants torturés, des adultes incarcérés arbitrairement, des femmes malmenées, des adolescentes kidnappées, des journalistes embastillés ou supprimés, des journaux interdits car témoins gênants pour certains pouvoirs.

Solitudes, indifférences, racismes, misères infinies si nous écoutons Amnesty International ou les ONG qui avec courage luttent contre ces tendances mortifères et indignes !

Alors une grande Charte ou un vulgaire chiffon de papier bon pour le feu ou la poubelle malgré les 48 États signataires ?

70 ans de paix relative dans les cinq pays du Conseil Permanent, mais si la Shoah est loin, parfois oubli ée et même reniée, d’autres foyers de par le monde montrent que les idéaux de 48 restent lettre morte, voire prétexte à la guerre (Lybie après l’Iraq), un comble !

Nos pays fournisseurs d’armes prospèrent sur les cadavres et la misère d’autres peuples.

Civilité ? Compassion, dialogue, écoute, justice : espoirs trahis. La pollution des cœurs est aussi néfaste que celle du climat, les rancœurs sont devenues méchancetés, les migrants et émigrés sont victimes des souverainismes ou égoïsmes nationaux. Les populismes se développent même en Europe et risquent de nous replonger dans une politique de funambules oubliant la justice sociale et économique, prônant le retour d’hommes providentiels, autoritaires et repliés sur la débrouille nationale quand ce n’est pas sur les seuls intérêts privés, l’enrichissement personnel sans limites. Bref une politique déjà vue au siècle dernier avec ses ravages et ses millions de victimes.

En l’absence des ouvertures nécessaires et coopérantes, malgré l’intoxication du consumérisme dressé au rang d’idéal pour nos pays nantis mais dont on voit les méfaits et les très grands disfonctionnements, les sociétés civiles ont su régulièrement reprendre l’initiative et imposer d’autres perspectives de développement  :

- en 1963 pour la suppression de la politique raciale en Amérique 

-en 1989 pour la chute du mur de Berlin 

-en 1994 pour la victoire de l’Afrique du Sud sur l’apartheid

- ou encore en 1998 pour l’institution d’une Cour Pénale Internationale 

- en 2000 pour l’effacement de la dette des pays les plus démunis

- et plus récemment, en 2015, pour les laborieux accords de Paris sur le climat

Le capitalisme croyait avoir vaincu ces idéaux-là. C’était sans compter sur la grande soif des citoyens d’un monde non pas de consommateurs éternellement et dangereusement insatisfaits, mais d’un monde de citoyens vigilants, co-responsables et donc solidaires du bonheur de chacun, capables de se battre les mains nues."

D'après un article de Eraldo Affinati dans AVVENIRE du 10 décembre 2018

https://www.avvenire.it/

 

Fil RSS des articles de cette catégorie