Lourdes, le film.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Nérac, lundi 8 juillet 2019. Il est 20h30. Il fait très chaud, très lourd, orageux. Nous sommes devant l'entrée du cinéma " Le Margot". Nous sommes en avance. La séance est prévue pour 21h. Le titre du film: "Lourdes". Nous pensions faire la queue, raison de notre arrivée "de bonne heure". En fait à 21h lorsque la projection commence nous sommes 17 dans la salle de cinéma très confortable, très bien sonorisée et... à bonne température.
 
Dès les premières images nous entrons dans une autre dimension, un autre monde. Fini notre petit confort douillet du moment. Nous nous tassons dans nos fauteuil, nous nous y enfonçons, écrasés par le poids de la réalité de la souffrance humaine sous toutes ces formes. Balayé notre petit confort intérieur, nos certitudes de tous les jours, nos bonnes raisons de ne rien faire, de ne pas trop penser et voir le malheur des autres.
 
Les images chocs, les prises de paroles "vraies" et sans détour vont se multiplier pendant une heure trente.
 
Lorsque la projection du film s'achève personne ne bouge dans la salle. Tout le monde reste assis dans son fauteuil KO de ce que nous venons de voir et d'entendre.
 
Ce n'est que lorsque l'écran s'éteint définitivement et que la lumière de la salle se rallume que les uns et les autres en ordre dispersé nous finissons par nous lever de nos sièges et quitter la salle.
 
Attention ce film ne nous déprime pas, ne nous anéantit pas, nous ne sortons pas de la salle avec le moral à zéro. C'est un hymne à la vie, à l'amour, à l'altruisme, au partage. Un antidote aux dérives du monde d'aujourd'hui.
 
"Lourdes" est un film à voir et revoir. Seul mais mieux encore en famille, avec les enfants et les petits enfants.
 
Yalla Castel
 
Françoise Delbecq dans le journal "Elle":
 
"Le point fort de ce documentaire repose sur la pudeur dans le traitement des images, des cadrages. La caméra est soucieuse de préserver la dignité de ces hommes et de ces femmes. Lourdes n'est alors plus qu'un berceau d'humanité et nous, spectateurs, sommes submergés par l'émotion."
 
Gwénola Trouillard pour "Télé Loisirs":

"Une claque émotionnelle, un concentré d'humanité dont on ressort bouleversé."

 
Christophe Caron de "La Voix du Nord":
 
"Pudique et bouleversant."
 
Xavier Leherpeur dans "Le Nouvel Observateur":
 
"Les réalisateurs distinguent avec finesse la religion et ses dogmes discutables de la croyance intime, éminemment respectable. Pari réussi."
 
Philippe Rouyer pour "Positif" :

"S’en dégage un grand respect qui rend l’ensemble impressionnant d’autant que les auteurs savent capter la photogénie d’un lieu ou d’une procession, ce qui fait de ce documentaire un vrai film de cinéma."

 
 
 
 

Tu ne tortureras pas

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire
Curieuse époque que la nôtre, qui se voit amenée à formuler un nouveau commandement que Dieu n'imaginait même pas en confiant à Moïse les tables du Décalogue! Tu ne tortureras pas: c'est donc que l'on torture aujourd'hui, et en grand; c'est donc que l'on a besoin de réveiller nos consciences... peu torturées par le fait de la torture.
 
La torture est en pleine expansion de par le monde. Dans certains pays, elle s'institutionnalise; elle devient même une façon de gouverner, camouflée sous des traitements psychiatriques ou des slogans de sécurité nationale. On invente des systèmes raffinés pour torturer proprement sans laisser de trace. On exporte du matériel sophistiqué de torture tout autant des des appareils ménagers. Auprès de cette rationalisation de la torture, l'Inquisition de Pierre Emmanuel, n'était qu'un "conte de nourrice".
 
Notre esprit, hélas s'habitue à voir les choses les plus monstrueuses. On refuse d'abord d'y croire, on réagit ensuite par saccades et mollement. Et bientôt, on glisse sur une pente faire de tous les abandons, de toutes les complicités. Le moindre signe par lequel nous méprisons notre semblable peut, de mépris en mépris, faire de nous un bourreau impassible et même souriant.
 
Curieuse époque que la nôtre, qui peut se vanter de voir la torture interdite par les constitutions et les déclarations universelles et qui s'ébahit d'apprendre qu'elle prolifère avec les pseudo-justifications les plus subtiles! Le pape Paul VI en a parlé comme d'une dangereuse "épidémie"
 
"Les tortures, dit-il, sont à condamner absolument, elles ne sont jamais admissibles, pas même sous prétexte d'exercer la justice et de défendre l'ordre public..."  Il nous faut radicaliser le combat contre la torture, ne pas accepter de demi-mesures, en faire une question de principe pour dénoncer la torture quel qu'en soit le motif en quelque lieu que ce soit.
 
Une magnifique mission appelle les chrétiens à l'avant-garde de la lutte pour l'abolition de la torture. Avec le même élan que d'autres générations ont combattu l'esclavage. Méfions-nous, ce mal est comme l'hydre à sept têtes. Il repousse vite, partout, en nous-mêmes.
 
Courage et persévérance.
 

Cardinal Roger Etchegaray

L'ACAT Marmande-Casteljaloux

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
En Lot-et-Garonne, six groupes ACAT se réunissent régulièrement: à Agen, Miramont-de-Guyenne, Villeneuve-sur-Lot, Marmande-Casteljaloux, Nérac et Clairac.
 
Cette année, le groupe Marmande-Casteljaloux, s'est réuni régulièrement, les troisièmes mardis du mois, au presbytère de Casteljaloux au 38 rue de Veyries de 14h30 à 17 h.
 
Le programme de nos rencontres est basé autour de trois grands axes: Partage, Action, Prière.
 
Les actions principales de notre groupe cette année ont été de distribuer la lettre du mois de l'ACAT dans les paroisses de notre secteur pour mobiliser les chrétiens, d'organiser une rencontre ouvert à tous qui a eu lieu le 6 avril à Fauguerolles, d'écrire à un condamné à mort et soutenir Joseph en prison depuis trente ans.
 
Nous prions ensemble pour tous les condamnés et pour ceux qui sont torturés.
 
Nous vous proposons de rejoindre notre groupe à la rentrée de Septembre.
 
Appelez ou mettez vous en relation avec Marie-Thérèse Marchand:
 
Tel: 05 53 89 17 26 ou 06 07 96 00 76
 
 
44, rue de la République à MONTPOUILLAN

La nuit des veilleurs.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
Partout dans le monde, les chrétiens sont appelés à veiller en soutien à 10 victimes de la torture. Dans le cadre de la journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture.Lors d’événements organisés près de chez eux, ou seuls en tout autre lieu, ils accompagnent les actions de plaidoyer et les relaient jusqu’au cœur de Dieu, dans une nuit où la prière se fait cri. Un cri mobilisateur.
 
Vingt-cinq personnes ont répondu à l'invitation du groupe ACAT Marmande-Casteljaloux le mercredi 26 juin de 18h30 à 19h45 en l'Eglise Notre Dame de l'Avance de Casteljaloux.
 

L’ACAT est une ONG oecuménique de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d'utilité publique et d'éducation populaire. 

L'ACAT a pour but de combattre partout dans le monde les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la torture, les éxécutions capitales judiciaires ou extra-judiciaires, les disparitions, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les génocides.
Elle assiste les victimes de tous ces crimes, notamment en se constituant partie civile devant les juridictions pénales et elle concourt à leur protection notamment par toutes actions en faveur du droit d'asile et de la vigilance à l’égard des renvois qui s’avéreraient dangereux.

L'ACAT fonde son action sur un réseau actif de 28 000 membres adhérents, donateurs et salariés.
 

Aimer la vie malgré tout.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Chant pour la belle saison

Rien ne ressemble plus à l’inspiration
Que l’ivresse d’une matinée de printemps,
Que le désir d’une femme.
Ne plus être soi, être chacun.
Poser ses pieds sur terre avec agilité.
Savourer l’air qu’on respire.

Je chante ce soir non ce que nous devons combattre
Mais ce que nous devons défendre.

Les plaisirs de la vie.
Le vin qu’on boit avec des camarades.
L’amour.
Le feu en hiver.
La rivière fraîche en été.
La viande et le pain de chaque repas.
Le refrain que l’on chante en marchant sur la route.
Le lit où l’on dort.

Le sommeil, sans réveils en sursaut, sans angoisse du lendemain.

Le loisir.

La liberté de changer de ciel.

Le sentiment de la dignité et beaucoup d’autres choses

Dont on ose refuser la possession aux hommes.

J’aime et je chante le printemps fleuri.

J’aime et je chante l’été avec ses fruits.

J’aime et je chante la joie de vivre.

J’aime et je chante le printemps.

J’aime et je chante l’été, saison dans laquelle je suis né.

Robert Desnos

https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Desnos

Fil RSS des articles de cette catégorie