L'affiche rouge

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

L’« affiche rouge » contre la glu des origines

Mercredi 21 février, Missak et Mélinée Manouchian entreront au Panthéon. 

Bonne nouvelle, il aura fallu 80 ans mais bonne nouvelle.

Mais pourquoi pas les vingt-trois de l’« affiche rouge » ? Pourquoi seulement Mélinée et Manouchian ? Il ne fut leur chef que durant les trois derniers mois, avant qu’ils soient tous fusillés ensemble, ce matin du 21 février 1944 où tout avait la couleur uniforme du givre. Non pas 23, mais 22 ce jour-là, 22 hommes. Il y avait une femme condamnée à mort aussi, la roumaine Olga Bancic. Elle fut exécutée plus tard, le 10 mai 1944 à Stuttgart, le cou tranché à la hache.

Leurs noms figureront sur une plaque près des Manouchian au Panthéon. Mais pourquoi pas tous ensemble ? Ils n’avaient pas demandé tout ça, ni à figurer sur l’« affiche rouge », ni à figurer au Panthéon comme décor pour le grand show de la macronie. Ils n’avaient réclamé la gloire ni les larmes. On entend déjà Macron, avec sa voix de cabotin et sa fausse émotion, faire l’éloge de ces étrangers et nos frères pourtant, alors même que sa loi « immigration » exploite la pire xénophobie, alors que même la loi du sol est remise en question, alors que l’extrême droite qu’il a favorisée est déjà sur le palier. Aujourd’hui, avec sa gueule de métèque, Manouchian serait bloqué à la frontière.

Aujourd’hui, combien d’étrangers de ce genre ne viendront jamais nous réinventer la France ?

Ceux de l’« affiche rouge » étaient polonais, arméniens, hongrois, italiens, espagnols, roumains et même français, peu leur importait, ils n’étaient pas cloués à leurs origines. Ils n’avaient pas leur terre collée à la semelle de leurs souliers, ils n’étaient pas retombés dans ce que Daniel Bensaïd appelait la « glu des origines ».

Ils étaient d’abord internationalistes. L’Internationale était leur acte de foi, leur cantique et leur feuille de route. Antifascistes aussi, ils avaient combattu contre Mussolini, contre Franco dans les Brigades internationales. C’était des ouvriers, des artisans, des tailleurs, des poètes parfois, mais surtout des « partisans ». FTP, MOI. Francs-tireurs et partisans, main-d’œuvre immigrée. Certains étaient juifs. C’était déterminant mais surtout pour les nazis. Les autres, quelle religion ? On dit que Manouchian a communié le matin avant d’être fusillé. Mais surtout, presque tous étaient communistes, voilà leur conviction. Amoureux de vivre à en mourir. Et à tuer puisqu’il le faut. « Tu ne fais pas de mal, tu ne fais que tuer des tueurs », disait Manouchian, le héros que la macronie s’apprête à célébrer. On attend que la phrase résonne sous les voûtes illustres et qu’elle se répète jusqu’au fin fond du monde.

La justice viendra sous leurs pas triomphants.

La macronie, c’est ni droite ni gauche. « Les extrêmes » se rejoignent. Ils sont excessifs et dangereux. Ce qui est juste, c’est le juste milieu. C’est le « en même temps ». Ni pour ni contre, bien au contraire. C’est l’état d’esprit de la collaboration. On sait ce qui sort de ce ventre mou. L’« affiche rouge » remet les extrêmes en lumière, pas d’arrangement. On ne met pas dans le même sac Hitler et le Front populaire.

Et la France, eux « qui criaient la France en s’abattant » ?

Pour quelle France mouraient-ils, ces étrangers ? La France de Laval et de la rafle du Vél’d’Hiv ? La France qui faisait suer le burnous dans nos belles colonies ? Ou celle d’aujourd’hui, lâche devant le massacre des enfants de Gaza ?

Alors, qu’auraient-ils préféré les vingt et trois de l’« affiche rouge » si on leur avait demandé : être oubliés ou être empaillés ?

Avant qu’ils aient répondu, les fusils fleurirent.

Daniel Mermet (Emission "Là-bas si j'y suis")

Libération immédiate de tous les otages

Rédigé par sadys - - Aucun commentaire

 Guernica, fragment du tableau de Picasso

Carte postale de la France d’en-bas à gauche

Le samedi 26 novembre 2023 deux personnes âgées m’ont demandé de les emmener à Agen à 15h rejoindre la manifestation pour demander un cessez le feu immédiat en Palestine. Le rendez-vous était place Jasmin.

M… a quatre-vingt ans et marche toujours mais avec difficultés et sur de courtes distances. Elle est la fille d’un militaire qu’elle a suivi hors de France en fonction des endroits où son père a été envoyé. Elle est veuve d’un cadre supérieur, mère de trois garçons, grand-mère de trois petits enfants. Elle est catholique pratiquante et affirme qu’elle n’est ni de gauche ni de droite mais du Christ.

F…a soixante-quinze ans. Elle est la fille d’un catholique pratiquant qui toute sa vie durant a commencé sa journée en allant à la messe de 6h dans une grande ville bretonne. Il se marie en 1939. En 1940 il est mobilisé et combat dans une unité d’artilleurs dont les canons sont tirés par des chevaux. Après la débâcle il est démobilisé. Il rentre chez lui. Avec son épouse ils auront 8 enfants. Il reprend l’activité artisanale de son père. Michel Debré lui propose de devenir son secrétaire : il refuse. Il a écrit un livre où il raconte « sa » guerre qui a pour titre« Le cauchemard ». A la fin de sa vie il vote De Villiers.

Toutes les deux veulent faire acte de présence pour demander un cessez le feu immédiat et la libération immédiate des otages. En ne se faisant aucune illusion sur le peu de cas qui sera fait de leur demande.

Ma dernière participation à une manif à Agen remonte à la guerre du Golfe. Arrivé sur le lieu du rassemblement je remarque qu’il n’y a pas d’élus ni de notables des gauches du 47. Il n'y a pas d'élus de droite. Il n'y a pas de prêtre, pasteur, rabbin, imam. Les personnes qui sont là se connaissent. Depuis le 7 octobre elles se retrouvent tous les samedis à 15h. Un jeune homme de la France insoumise vient à mon contact. Je lui dis que Mélanchon ce n’est pas trop ma tasse de thé. Il me montre le badge au revers de son blouson: « Fakir ». Le journal de François Ruffin. Il me dit en souriant « les réunions avec Mélanchon et Roussel c’est fatigant ».Il m'a vu discuter avec trois vieux militants du PCF. 

A coté de moi deux jeunes lycéennes préparent sur un grand morceau de carton leur pancarte sur laquelle elles ont écrit aux stylos feutres:

«Pas d’eau, pas d’électricité, pas d’humanité » sur l’une et sur l’autre « Pourquoi faites-vous aux Palestiniens ce qu’Hitler vous a fait ». Un jeune homme passe à coté d’elles et dit à voix haute « Je ne valide pas ». Elles haussent les épaules et ne répondent pas.

Un peu à l’écart je remarque un vieil homme seul. Sur sa pancarte en carton d’emballage je lis « Antisémite non, anti-sioniste oui. » 

A 15h30 le maigre cortège de moins de 100 personnes part d’un pas tranquille sur les grands boulevards d’Agen. Et nous rentrons chez nous.

Ce jour là il n’y a pas eu de voitures, de poubelles incendiées ni de vitrines de magasins cassés et pas d’affrontements violents avec les forces de l’ordre.

 

Classé dans : guerre - Mots clés : aucun

Du conflit israélo-palestinien

Rédigé par sadys - - Aucun commentaire

                                                  L'enfer de Dante

Ce qui est nouveau dans le conflit israélo-palestinien qui dure depuis 1947 c’est qu’aujourd’hui il y a partout des téléphones portables qui filment et que partout il y a de plus en plus de caméras de vidéos surveillance qui enregistrent tout. Des images du conflit circulent ensuite sur internet et sur les chaînes de télévision par satellite. 

Au fur et à mesure que le temps passe s’efface, s’éloigne des mémoires collectives le souvenir de la Shoah et des pogroms. Des millions de personnes des générations montantes de par le monde n’en savent rien ou bien peu. 

Les images de l’attaque qui rappellent pour nous Oradour sur Glanne provoquent des réactions différentes:

de l’indifférence ou de l’empathie pour Israël ou pour la Palestine.
ou de la peur
ou de la colère
ou de la haine
ou la tentation de renvoyer la responsabilité des horreurs commises aux deux camps.

Les images de Gaza que nous voyons actuellement en boucles sur toutes les chaînes du monde et sur les vidéos qui circulent sur nos téléphones portables donnent l’impression que ce n’est pas Israël qui va disparaître mais la Palestine et les Palestiniens. Gaza devient un cimetière d'enfants à ciel ouvert

Je ne sais pas voir qui va mettre fin à ce conflit qui dure depuis 76 ans? 

J’ai souvent fait un rêve que je ne verrai sans doute pas se réaliser de mon vivant: Israël et la Palestine devenaient la Suisse du Moyen Orient.

jfsadys

 

Classé dans : guerre - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie