De l'Algérie d'aujourd'hui

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Au désastre de la guerre des années 1990 se sont ajoutées des catastrophes naturelles dans les années 2000; des séismes à répétition, dont l'un a provoqué plus de 2000 morts, et des inondations tout aussi destructrices. Ces éléments sont importants, puisque chaque catastrophe se trouve reliée à la précédente, bien que de nature différente. Ces catastrophes sont associées par une commune appartenance à la sphère du tragique. (...)

Dans les discours des personnes en analyse se retrouve tel quel cet aspect du tragique, au point d'entendre parler "d'acharnement du sort", de "condamnation à la catastrophe" voire de "punition divine", ce qui évoque "la colère des dieux" dans la mythologie grecque. Cette collusion entre les monstruosités humaines des années de guerre et les ravages de la nature a eu pour effet une accentuation de la religiosité: prières, re-voilement des femmes, etc..., pour tenter de limiter "la colère des dieux".

Dans les deux cas, entre ciel et terre, Dieu était de mise: un Dieu obscur contre une nature peu clémente qui conduisait à faire appel à la protection du divin. Les cris silencieux de détresse lors des massacres et des meurtres durant ce que nous qualifions de "guerre intérieure" sont restés sans fin. Ils furent relayés par d'autres pertes humaines liées au dérèglement du ciel et de la terre. L'insensé de la barbarie des hommes se renforçait et se consolidait par les imprévus de la nature. Une étrange puissance de l'aléatoire régnait, alors que les sources et les causes échappaient à l'entendement.

Les questions relevant du "comment en sommes-nous arrivés là? " et "pourquoi ce déferlement de pertes hémorragiques?" - les morts, les disparus, les massacres et la barbarie - restaient lettres en souffrance.

Un désarroi massif s'est répandu, à partir de la dimension collective d'une détresse envahissante et insaisissable. Les bords du dedans et du dehors, si protecteurs habituellement, devenaient fragiles et poreux. Le tissu social s'est fragmenté et cela a propulsé les sujets dans des sentiments d'insécurité et de danger permanents. Cette situation nous conduit à penser que nous avons affaire à des subjectivités qui véhiculent un grave "trauma social" dont les causes et les remèdes se cherchent encore."

Source: "Le trauma colonial" de Karima Lazali aux Editions la découverte pages 19/20.

Karima Lazali est psychologue clinicienne et psychanalyste à Paris depuis 2002 et à Alger depuis 2006.

La girouette

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

"Ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent." Edgard Faure

Le vent de l’Histoire a tourné. Les Américains et leurs alliés ont gagné la guerre froide. Et ce qui nous avait été annoncé comme la promesse d’un avenir radieux de bonheur et de prospérité a tourné au cauchemar dans certains pays. Depuis 1989 nous assistons à une multiplication de conflits dans le monde dont les principales victimes sont les civils. Un vent mauvais semble souffler sur toute notre planète. Les atrocités, les crimes contre l’humanité sont de retour ici et là.

Les droites françaises sont divisées, les gauches aussi, l’Europe aussi, le monde aussi. Les temps sont devenus incertains. Chacun de nous doit revoir sa copie intérieure, ré initialiser le disque dur de ses convictions personnelles.

L’existence de nombreuses bombes atomiques dissuadent les chefs d’états d’un conflit nucléaire mondial mais paradoxalement favorise toutes les autres formes de guerres. L’homme est inventif en la matière.

Pour le moment Trump n’est pas Hitler ou Mussolini, Poutine n’est pas Lénine ou Staline. La Corée du Nord n’a pas été envahi, ni le Mexique ni le Vénézuela. Mais il est difficile de discerner comment va s’organiser le monde de demain.

Malgré les doutes, les craintes, des femmes et des hommes aujourd'hui enocre conservent au corps et au coeur l’espoir d’un avenir meilleur à ré inventer.

Depuis la nuit des temps il y a une chose qui n’a jamais changé: tout change tout le temps. Et « Rien n’est jamais acquis à l’homme sauf sa peine ».

Michel Serres

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Photo Yam Bamb

« Il est arrivé dans nos pays une grande transformation produite par des causes que nous connaissons bien : l’augmentation de l’espérance de vie, la disparition progressive de la culture rurale – nous étions 50 % de paysans et nous ne sommes plus que 2 % -, les nouvelles technologies, la mondialisation de l’économie, les problèmes environnementaux tragiques, et surtout 70 ans de paix, ce qui n’est jamais arrivé dans notre histoire. Et nous sommes entrés par conséquent dans une période en rupture totale avec ce que l’on a connu. Ce n’est plus le même homme, ce n’est plus la même vie, ce n’est plus la même mort, ce n’est plus le même espace, ce ne sont plus les mêmes relations. »

Michel Serres (1er septembre 1930/1er juin 2019)

https://www.letemps.ch/societe/michel-serres-lespece-humaine-constituee-braves-gens

Morceaux choisis

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

« Ma conviction est que nous restons pleinement humain, que nous soyons âgés ou malades. Je forme le vœu que notre monde se donne les moyens d’accompagner, avec le plus de délicatesse et de compassion possible, la vie humaine jusque dans ses derniers moments. Gardons-nous de la tyrannie de la normalité qui voudrait que nous soyons tous beaux, capables, forts. Ce n’est pas la réalité ! Apprenons à ne plus avoir peur de la différence et de la fragilité. J’ai confiance en notre époque pour oser un chemin d’espérance et redonner le goût de vivre à ceux qui l’ont perdu. »

Jean Vannier dans « Panorama » de novembre 2018 en page 8.

 

« Ce que nous voudrions faire, c’est changer le monde – faire en sorte que les gens puissent plus facilement se nourrir, se vêtir et avoir un toit, selon le projet même de Dieu. Il s’agit de se battre pour de meilleures conditions, s’insurger sans trêve pour honorer les droits des travailleurs, des pauvres, des indigents – les droits des pauvres quels qu’ils soient, qu’ils soit jugés « digne » ou « indigne » - afin de changer le monde, jusqu’à un certain point. Nous pouvons oeuvrer pour une oasis, une petite cellule de joie et de paix dans un monde tourmenté. Nous pouvons jeter notre petit caillou dans la mare, convaincus que chaque cercle, en s’élargissant pourra atteindre le monde. Je le répète, il n’y a rien d’autre que nous puissions faire que d’aimer et prier Dieu pour qu’il creuse nos coeurs afin de nous aimer les uns les autres, aimer notre voisin, notre ennemi comme notre ami. »

Dorothy Day le 2 juin 1946 citée dans « Panorama » de novembre 2018 page 46.

Non à une humanité inhumaine.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Par la fraternité nous sommes tenus d’arracher à la misère nos frères les hommes. (...) j’espère qu’on s’arrangera toujours ( pour le faire); pourvu qu’il y ait vraiment une cité, c’est-à-dire pourvu qu’il n’y ait aucun homme qui soit banni de la cité, tenu en exil dans la misère économique, tenu dans l’exil économique. (...) Il suffit qu’un seul homme soit tenu sciemment, ou, ce qui revient au même, sciemment laissé dans la misère pour que le pacte civique tout entier soit nul ; aussi longtemps qu’il y a un homme dehors, la porte qui lui est fermée au nez ferme une cité d’injustice et de haine."

 

Charles Péguy

 

"La saloperie des autres est aussi en nous. Et je ne vois pas d'autres solutions, vraiment aucune autre solution que de rentrer en soi-même et d'extirper de son âme toute cette pourriture. Je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur que nous n'ayons d'abord corrigé en nous."

Etty Hillesum

 

Avant c'était bien vu de quitter l'Allemagne de l'Est communiste. C'était bien vu de dénoncer l'inhumanité du mur de Berlin. Avant c'était bien vu de quitter le Viet-Nam communiste et de nombreux pays ont accueilli les "Boat people" sans problème.

Depuis la fin du communisme, la chute du mur de Berlin, des femmes et des hommes fuient les zones de guerre, de non-droits, de misère et cherchent à rejoindre le monde libre par tous les moyens mais ils se heurtent à une multiplication de murs et de barrières de fil de fer barbelé: à la frontière entre le Mexique et les USA, au Sud de l'Espagne, à Calais et en Hongrie. Et ne parlons pas de la multiplication des murs dans les territoires occupés par l'armée israélienne.

J'aimerais que monte de partout la même indignation contre le mauvais sort fait aujourd'hui à des femmes et des hommes qui, comme hier, cherchent tout simplement à sauver leur peau.

 

J'aimerais re-vivre dans les mois et les années à venir des manifestations de masse contre la guerre, contre toutes ces guerres qui depuis 1989 font surtout des victimes civiles. S'il y de l'argent pour faire la guerre j'aimerais qu'il y en ait aussi pour faire la paix.

 

J'aimerais croire que l'Humanité d'aujourd'hui et de demain ne sera pas, ne sera plus, inhumaine.

 

"Les infortunes d'autrui ne nous font pas comprendre qu'elles sont communes à toute l'humanité." (...) "Ce qui peut frapper l'un peut frapper tous les autres."

Sénèque

 

Fil RSS des articles de cette catégorie