Et après tout ça?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Et tout s’est arrêté…

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu’il courait à sa perte mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d’urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stoppée net. A cause d’une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l’œil nu, un petit virus de rien du tout… Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bouger et à ne plus rien faire. Mais que va t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? A quoi ressemblera notre vie après ?

Après ? Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d’un jour dans la semaine où nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s'arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appellerons cela le dimanche.

Après ? Ceux qui habiteront sous le même toit, passeront au moins  3 soirées par semaine ensemble, à jouer, à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papi qui vit seul de l’autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

Après ? Nous écrirons dans la Constitution qu’on ne peut pas tout acheter, qu’il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu’un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l’homme n’a jamais été et ne sera jamais tout-puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu’elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

Après ? Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20 h mais aussi les éboueurs à 6 h, les postiers à 7 h, les boulangers à 8 h, les chauffeurs de bus à 9 h, les élus à 10 h et ainsi de suite. Oui, j’ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l’Etat, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

Après ? Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d’attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l’a donné ne nous a rien fait payer et que décidément, non, le temps ce n’est pas de l’argent ! Le temps c’est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à goûter. Et nous appellerons cela la patience.

Après ? Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d’entraide pour aller faire les courses où amener les enfants à l’école. Et nous appellerons cela la fraternité.

Après ? Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions tombés dans esclavage d’une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l’homme au centre de tout parce qu’aucune vie ne mérite d’être sacrifiée au nom d’un système, quel qu’il soit. Et nous appellerons cela la justice.

Après ? Nous nous souviendrons que ce virus s’est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l’espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l’humanité.

Après ? Dans nos maisons, dans nos familles, il y aura de nombreuses chaises vides et nous pleurerons celles et ceux qui ne verront jamais cet après. Mais ce que nous aurons vécu aura été si douloureux et si intense à la fois que nous aurons découvert ce lien entre nous, cette communion plus forte que la distance géographique. Et nous saurons que ce lien qui se joue de l’espace, se joue aussi du temps ; que ce lien passe la mort. Et ce lien entre nous qui unit ce côté-ci et l’autre de la rue, ce côté-ci et l’autre de la mort, ce côté-ci et l’autre de la vie, nous l’appellerons Dieu.  

Après ? Après ce sera différent d'avant mais pour vivre cet après, il nous faut traverser le présent. Il nous faut consentir à cette autre mort qui se joue en nous, cette mort bien plus éprouvante que la mort physique. Car il n'y a pas de résurrection sans passion, pas de vie sans passer par la mort, pas de vraie paix sans avoir vaincu sa propre haine, ni de joie sans avoir traversé la tristesse. Et pour dire cela, pour dire cette lente transformation de nous qui s'accomplit au cœur de l'épreuve, cette longue gestation de nous-mêmes, pour dire cela, il n'existe pas de mot. 

Père Pierre-Alain Lejeune

POUR QUE CE NE SOIT PLUS APRÈS, COMME C’ÉTAIT AVANT

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Nous voilà confinés dans nos gîtes et dans nos maisons.

 

C’est un commandement « Restez chez vous » qui nous est intimé par les responsables politiques et sanitaires de notre Etat, nous sommes appelés à obtempérer afin de barrer la route à cette pandémie du coronavirus.

 

Le confinement est une grande épreuve pour nous tous. Mais rester chez soi appelle aussi à « penser ». Le vieux La Fontaine disait dans une de ses fables « Que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe ? »

 

Confiné à Dampierre dans ce petit bout de gîte réparé par des mains et des bras solidaires, je viens partager avec vous ce à quoi je songe."

 

Lire la suite ici...

Confinement 15

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA  SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

 

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d'invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l'ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n'ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, ...ce petit machin l'a obtenu (cessez-le-feu, trêve...).

Ce que l'armée algérienne n'a pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (remise d'impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d'investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats  n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée...).

 

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu'ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n'est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d'une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité. 

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l'argent n'a  aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus. 

 

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l'univers pour établir l'égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

 

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour cloner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l'intelligence humaine face à la force du ciel.

 

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l'Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l'humanité prenne conscience qu'elle n'est que souffle et poussière.

 

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l'évidence en attendant la providence.

Interrogeons notre "humanité" dans cette "mondialité" à l'épreuve du coronavirus.

 

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !

 

Moustapha Dahleb

La peste soit de ce virus

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Photo Michel Queyreur

H nous a fait découvrir le blog suivant auquel il a fait plusieurs fois référence, voici la publication d' aujourd’hui:

https://insolentiae.com/le-president-masque/

Depuis le 12 mars je respecte à la lettre les consignes exigées et je m’enferme dans l’isolement et le silence en me demandant comment avons-nous pu en arriver là?

J’ai du mal à considérer que mes voisins sont des bombes humaines qui peuvent me tuer. Que mes enfants et petits enfants sont des bombes humaines qui peuvent me tuer.

J’ai du mal à croire aussi que c’est un complot, que tout ça a été voulu, que les méchants ce sont les Chinois ou les Américains qui ont empoisonné les Chinois.

La peste soit de ce virus!

Disque dur à ré-initialiser

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

Nous devons apprendre à ré initialiser le disque dur de nos certitudes.

L’effondrement de l’ex URSS nous a été annoncé comme la fin de l’Histoire et le triomphe de la démocratie.

L’élection démocratique de Poutine, Trump, Erdogan, Bolsaro, Johnson et bien d’autres élections démocratiques par ailleurs dans le monde nous invitent à tempérer notre enthousiasme démocratique.

L’effondrement de l’ex URSS s’est fait sans violence, sans guerre civile, sans massacres de masse, sans déportations de masse vers la Sibérie. La réunification de l’Allemagne s’est faite elle aussi sans violence sans guerre civile sans camp de ré éducation. Les partis communistes d’Europe se sont considérablement affaiblis ainsi que les partis socialistes par ricochet.

Les questions qui se posent aujourd’hui en France sont par exemple les suivantes:

Jusqu’où les droites vont-elles se déchirer entre elles?

L’Europe peut-elle imploser comme l’ex URSS et l’ex Yougoslavie?

Les débats publics de notre époque sont souvent sur l’immigration, l’insécurité, le chômage, le trou de la sécu, les retraites, l’école, le terrorisme, l’islamo-fascisme, la burqa, le voile, le nikab, le burkini, le grand remplacement.

Et puis voilà soudain qu’un virus de la grippe plus méchant que celui que nous connaissions jusqu’à présent envahit nos écrans de télé, nos écrans d’ordi, nos écrans de smartphone. Il se répand à une vitesse incroyable.

L’Evêque nous donne de nouvelles consignes pour nos rencontres et nos messes: ne vous touchez pas, ne vous embrassez pas, ne vous prenez pas dans les bras. Nous observons le prêtre: il tousse beaucoup, il se mouche, il n’a pas de gants. Est-il bien prudent d’aller communier?

Depuis quelques jours je fais les courses en grande surface entouré de personnes de plus en plus nombreuses à porter des masques, des gants. De plus en plus de personnes refusent de me serrer la main, de m’approcher. Des écoles ferment et renvoient les enfants chez eux. Des Epahd refusent aux adultes de rentrer voir leurs parents. D’anciens élèves me disent « ils vont fermer ma salle de sport, mon salon de coiffure, mon magasin ». D’anciens collègues se demandent s’il faut poursuivre les activités chorale.

Israël refuse que notre prêtre et ses pélerins viennent en Terre Sainte. Le voyage est annulé.

Est-ce que tout cela va faire pschittt et s’arrêter aussi vite que c’est parti ou prendre encore plus d’ampleur? Comment dois-je me comporter avec mes enfants et petits enfants? Est-ce bien prudent d’aller voter le week-end prochain?

Ce soir je suis inscrit à un grand repas organisé par une association humanitaire dois-je y aller ou annuler?

Je suis en âge de mourir de cette nouvelle grippe. Ah zut de zut je commençais à aimer la vie que j’ai. Je suis pas prêt à la quitter . Mon Dieu laissez-moi vivre encore un peu.

Voilà que moi aussi je suis obligé de ré initialiser le disque dur de mes convictions.

Mais vous qui me lisez que pensez-vous de tout cela?

Papi 2.0

Fil RSS des articles de cette catégorie