Lettre de Madame de Sévigné à sa fille

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

Jeudi, le 30ème d'avril de 1687

Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris !

Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements.

Monsieur Vatel, qui reçoit ses charges de marée, pourvoie à nos repas qu'il nous fait livrer,

Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille "Le Menteur", dont on dit le plus grand bien.

Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode.

Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ».

Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand'mode. tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,

Je vous embrasse, ma bonne, ainsi que Pauline.

 

Anselm Grün

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
"Aussi longtemps que nous négligeons de reconnaître nos maux, nous nous faisons du mal à nous-mêmes et nous refusons de nous ouvrir totalement à Dieu. En évitant d'avouer les blessures passées, nous nous condamnons soit à blesser les autres, soit à nous faire du tort à nous-mêmes. Je rencontre sans cesse des gens qui s'exposent inconsciemment à des situations où se répètent leurs blesseures d'enfance mal guéries."
 
"Exercices spirituels pour tous les jours" d'Anselm Grün.
 
Page 35 aux éditons Desclée de Brouwer.
 
ISBN 9 782220 051062

Que nous faudra-t-il construire demain?

Rédigé par yalla castel - - 4 commentaires

A la question que nous faudra-t-il construire, reconstruire demain posée sur Facebook, Messenger et par mails voici vos réponses dans l’ordre reçu :

 

- Un jour d’arrêt total par semaine, le dimanche comme avant, où tout le monde reste chez soi pour laisser la planète se reposer.

 

- Il va falloir reconstruire les rapports humains.

 

- La Bonté des uns envers les autres.

 

- Sortir des énergies carbonées par la planification écologique. Mise en place d’une assemblée constituante pour mettre en place la sixième république. Échelle des salaires de 1 à 20. Puis 1 à 10. Sortie des traités européens et collaboration sur des bases coopératives. Désarmement nucléaire et coopération pour la paix.

 

- Un abri anti-nucléaire sur un éco-lieu pour la survie de nos enfants.

 

- Ma maison avant toute chose !

 

- L'écoute, l'humilité, le droit de se tromper, en un mot construire l'Amour ,la confiance.

 

- Un monde meilleur serait pas mal ^^.

 

- Je ne crois plus en l’humain. On va repartir comme avant car il n’y a que le pognon qui compte. On est allé trop loin dans le système capitaliste. Je pense par contre que l’on peut faire de petites choses comme faire marcher l’économie plus locale en étant « consommacteur ». Mais impossible aujourd’hui de ne pas utiliser la voiture. Il faudrait tout réinventer et je pense que le fossé est trop grand.

 

- Un monde beaucoup plus fondé sur la solidarité et l’entraide.

 

- Un système économique plus soutenable socialement et écologiquement.

 

- La bonté des uns envers les autres. Est-ce utopique ? Je sais plus.

 

- La reconstruction et le renforcement des services publics malmenés ces dernières années.

 

- C'est une question qui mérite bien réflexion, mais j'ai peur que l'ensemble du monde souhaite un retour à la "normale" qui n'était pourtant pas forcément une situation idéale . En témoigne notre confinement et la prise de conscience sur la vulnérabilité de nos sociétés.

 

- La vie dans les quartiers pourrait s'améliorer beaucoup déjà avec des repas de quartiers, des boîtes à livre et à revues.

 

- Ré-inventer une monarchie constitutionnelle porteuse d’un projet de vie national et universel où l’humain serait roi. :-)

 

- Cela me semble tellement évident que ça en paraît presque inutile de le dire . Il nous faudra reconstruire un monde où l'être humain sera au premier plan des préoccupations de chacun , un monde où régnera une plus grande justice sociale , une entraide accrue , comme on sait si bien le faire quand la situation est dramatique . Interrogeons nous sur nos erreurs , nos manquements , notre indifférence parfois , notre égoïsme aussi qui sont notre plus grande pauvreté . Et si nous voulons que les choses changent dans le monde , commençons par changer nous mêmes : charité bien ordonnée commence par soi-même . Si chacun accepte de faire cet effort , le monde aura un autre visage . C'est le devoir de chacun , chrétien ou pas , mais à plus forte raison des disciples du Christ .

 

- Apprendre à vivre sobrement (et ça commence à l'école avec un relais par les médias), décentraliser l'état au maximum et donner une visibilité importante à la société civile .

 

- Construire l’Europe des hommes et de la solidarité.

 

- Construire un monde avec plus d’égalité des droits et de solidarité.

Cracher par terre... c'est pas bien

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires
Ce jour-là était le jeudi 23 avril 2020. Le 39 ième jour de confinement et de distanciation sociale pour nous. Il était 11h45. J'allais à pied par les rues de Casteljaloux, Lot-et-Garonne pour récupérer ma voiture laissée trente minutes plus tôt au contrôle technique. J'avais la sensation de marcher dans une ville morte comme dans certains westerns américains .
 
Je croise deux jeunes hommes. Je m'écarte d'eux et je m'arrête de marcher. Ils discutent entre eux. L'un des deux crache sur la route. Je ne fais pas de commentaire.
 
Je me contente d'un bonjour neutre sur un ton normal . Tous les deux me répondent gentiment:
 
-"Bonjour Monsieur".
 
-"Confinez-vous bien Monsieur".
 
Je ne réponds pas. Ils ajoutent:
 
-"Nous on sort juste pour aller faire les courses".
 
Je leur dis alors:
-"Vous n'avez pas à vous justifier, je ne suis pas policier. "
 
J'ai manqué de réparti, j'y ai pensé après en continuant mon chemin. J'aurais dû ajouter:
-"Vous ne devriez pas  cracher par terre."
 
J'ai été enfant à une époque où la tuberculose était mortelle et sans remède sérieux pour la soigner. Ma grand-mère maternelle est morte de la tuberculose à 33 ans.
 
J'aimerais des campagnes publicitaires à la télé et sur les réseaux sociaux pour encourager les jeunes et moins jeunes à ne pas cracher dans les rues ainsi que les joueurs de foot sur les stades pendant les matchs devant des millions de téléspectateurs.
 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie