De la France éternelle

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Joseph a 71 ans. Il a été maçon - tailleur de pierres pendant 45 ans. Son père était maçon - tailleur de pierres. Son fils est maçon - tailleur de pierres.

 

Comme beaucoup de femmes et d'hommes de sa génération il a quitté très jeune son village natal, son département natal pour aller travailler en ville, dans un département voisin plus riche que celui qui a été le berceau de sa famille pendant plusieurs générations.

 

Dès qu'il a pu mettre un peu d'argent de côté, il a racheté à un vieil oncle une maison où il a passé une partie de son enfance dans un village de l'Aveyron aux portes de l'Aubrac.

 

Elle était en très mauvais état et pour ce qui est du confort du monde moderne vraiment d'une autre époque.

 

Patiemment et sans compter son temps, Joseph a restauré de ses propres mains ce bien familial centenaire pour en faire une très belle résidence secondaire en respectant son cachet initial. Elle est parfaitement intégrée au paysage. Elle est surtout très fonctionnelle et "moderne": eau froide eau chaude à l'évier, chauffage efficace avec un  vieil insert récupéré dans une déchetterie, salle de bains, wc intérieurs. Epaisse isolation aux plafonds et sous les toits. Pour les murs nul besoin d'isolation vu leur épaisseur et la qualité des pierres utilisées pour la reconstruction. Tous les arbres trop près de la maison ont été abattus par sécurité avant même que de grandes tornades refassent leur apparition dans notre pays. Ils ont été transformés en bois de chauffage.

 

Joseph nous a invité à venir passer le week-end pascal dans son petit paradis terrestre.

 

Nous avons fait connaissance avec Elisabeth, 75 ans, sa compagne depuis 28 ans. Tous deux font partie d'une génération qui ne se raconte pas. Les épreuves de la vie qu'ils ont traversées avant de se connaître et depuis qu'ils se connaissent, il n'en sera pas question durant notre séjour chez eux. Ils ont appris dès leur enfance qu'il fallait être dur au travail et dur à la peine. Ne jamais se plaindre, ne jamais geindre.

 

Joseph est droit, physiquement, moralement, comme les pierres d'angle de sa maison. Il peut sembler rugueux de caractère comme les pierres des murs qu'il a remis d'équerre. Mais en fait il est lisse de paroles comme certaines belles pierres taillées qu'il a récupérées et ré-utilisées à bon escient. Il ne dit de mal de personne. Les événements extérieurs semblent glisser sur lui.

 

La télé est allumée dans la cuisine mais le son est baissé. Les images du monde rentrent dans son univers familial mais ne semblent pas l'atteindre, le concerner. Il est d'un autre monde: celui de l'Aveyron immuable, éternel depuis des millénaires.

 

Joseph et Elisabeth n'ont pas pour autant des coeurs de pierre. Ils sont depuis leurs jeunes années bénévoles dans un grand club sportif bien connu dans le milieu du rugby. Ils continuent  régulièrement de  "donner la main" pour faire vivre et rayonner ce sport qu'ils aiment et qui les réunit encore avec passion.

 

Nous avons passé un week-end pascal très calme et enrichissant, loin du tumulte du monde d'aujourd'hui.

Joseph et Elisabeth ne sont pas des personnages médiatiques. Ils ne font pas la une des journaux et des émissions télés. Ils n'en existent pas moins. Avec beaucoup d'autres Joseph et Elisabeth de France ils sont les racines toujours vivaces de nos régions au riche passé et au présent porteur d'avenir.

 

Les âges de la vie

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Les Ages de la vie" est un livre de Christiane Singer.

En voici quelques extraits:

 

"Ce n'est pas la vieillesse qui nous détruit mais l'image que nous nous en sommes faite. (...) Pour qui s'attend à la déchéance, il n'y a pas d'illusion possible: elle sera au rendez-vous. Celui qui, sa vie durant, a creusé le tombeau de son âme l'y couchera. Rien d'heureux ni de malheureux ne nous advient jamais dont nous n'ayons préparé le nid."  (page 180 livre de poche collection "espaces libres")

"Vieillir est cruel." (page 190)

"Vieillir me permet enfin, sans visée de conquêtes et sans intentions, de fréquenter  les femmes si j'ose dire pour le plaisir." (page 191)

"La vieillesse est une révolution mentale." ( page 193)

Ce qui doit être fait tout de suite

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

À peine la journée commencée et il est déjà six heures du soir.
À peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.
Et le mois est déjà fini.
Et l'année est presque écoulée.
Et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
Et nous nous rendons compte que nous avons a perdu nos parents, des amis.
Et nous nous rendons compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière .
Alors essayons malgré tout de profiter à fond du temps qu'il nous reste.
N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent.
Mettons de la couleur dans notre grisaille.
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste.
Essayons d'éliminer les "après" .
Je le ferai après .
Je le dirai après .
J'y penserai après .
Nous laissons tout pour plus tard comme si "après" était à nous.
Car ce que nous comprenons pas c'est que :
Après, le café se refroidit .
Après, les priorités changent .
Après, le charme est rompu .
Après, la santé passe .
Après, les enfants grandissent .
Après, les parents vieillissent .
Après, les promesses sont oubliées .
Après, le jour devient la nuit .
Après, la vie se termine .
Et après c'est souvent trop tard....
Alors ne laissons rien pour plus tard.
Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments.
Les meilleures expériences.
Les meilleurs amis.
La meilleure famille.
Le jour est aujourd'hui.
L'instant est maintenant.
Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain
Ce qui doit être fait tout de suite.

Vieillir c'est...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Vieillir c'est garder sa jeunesse comme un beau souvenir
C'est s'habituer à vivre un peu au ralenti
Réapprendre son corps pour pouvoir s'interdire
Ce que la veille encore on se savait permis

Vieillir ce n'est plus faire l'amour mais c'est faire la tendresse

Se dire à chaque fois lorsque l'aube se lève
Que quoi que l'on y fasse on est plus vieux d'un jour
A chaque cheveux gris se séparer d'un rêve
Et lui dire tout bas un adieu sans retour

Vieillir c'est se résigner à rester sur le rivage
Espérer pour ses fils un avenir heureux
C'est vivre dans son coin sans devenir sauvage
Se laisser ignorer tout en restant près d'eux
Et c'est pouvoir enfin apprivoiser l'amour
Faire une symphonie aux accords de sagesse
C'est aimer une femme pouvoir lui faire la cour
Pour d'autres raisons que la plastique de ses fesses

Ce n'est plus dire encore c'est murmurer toujours
 
C'est sentir dans sa main une main qu'on caresse

Et trembler à l'idée qu'elle vous quittera un jour
Vivre dans un jardin où l'on peut s'attendrir
Se prendre par le cœur et lui dire je t'aime
Avouer qu'on l'a trompée mais osera-t-on lui dire
Quand on sait maintenant qu'on s'est trompé soi-même

Vieillir c'est s'inquiéter soudain du salut de son âme
Entrer dans une église sans bien savoir pourquoi
De tous les Saints Patrons devenir polygame
Et avoir des frissons en regardant la croix
C'est ignorer la fin d'un sketch qu'on a écrit
Vouloir rejouer encore devant ses spectateurs

En cherchant une réplique ou bien un mot d'esprit
Tout en sachant très bien qu'on en n'est pas l'auteur

Vieillir c'est s'en aller un jour sans jamais faire de vagues
En une heure, un endroit qu'on ne choisira pas
Sentir un soir quelqu'un qui souffle votre flamme

Disparaître doucement parce que c'est comme ça
 
Vieillir... Vieillir...
 
Jean Marie Vivier
 
 
 
Fil RSS des articles de cette catégorie