Quand tu ne sais pas ...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Quand tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d'où tu viens" affirme un proverbe africain. Voici un livre qui va dans le sens de cette affirmation:

 

Demain la France

de Xavier Patier

204 pages - août 2020

18,00€

1970. Le 1er septembre meurt François Mauriac, la voix du catholicisme engagé. Le 9 octobre décède Edmond Michelet, la figure de la Résistance chevaleresque. Le 9 novembre s’éteint Charles de Gaulle, l’icône de la France éternelle. Âgé de douze ans, l’adolescent Xavier Patier vit en direct ces événements nationaux qui sont pour lui, en raison des liens du sang, d’abord des drames familiaux.

 

2020. L’écrivain Xavier Patier se souvient. Un demi-siècle a passé, et cette séquence funèbre a inauguré une crise historique des trois vertus théologales. La foi de Mauriac a cédé la place à la tentation identitaire. La charité de Michelet, à la confusion émeutière. L’espérance de De Gaulle, au culte décliniste. Ce que je crois a tourné à « D’où suis-je ? ». Contre la guerre civile, à « Vive l’incivilité ! » Et les Mémoires d’espoir, à « La France qui dévisse ». Les élites ont dès lors beau jeu d’incriminer le populisme. Le désarroi est là.

 

Et si aller de l’avant nécessitait de regarder en arrière ? Conjuguant au futur la remémoration du passé, Xavier Patier ouvre aujourd’hui les tombeaux qu’il a vu hier se fermer, afin que nous nous rouvrions aux vertus qu’ils recèlent et qui, elles, ne sauraient mourir.

 

Une exhortation à l’amour du pays entrelaçant une chronique intime et une méditation historique, servies par une écriture d’exception.

 

Écrivain engagé dans son temps, Xavier Patier est l’auteur d’une oeuvre remarquée qui comprend des romans, couronnés entre autres par le prix Chardonne et le prix Nimier, ainsi que des essais, dont au Cerf " Blaise Pascal, la nuit de l’extase et Heureux les serviteurs".

A mes enfants et petits enfants

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

A MES FILLES

Vous me lirez quand je serai mort et ce sera bien ainsi

Car tout ce que j'ai écrit je l'ai écrit dans cette ombre paisible

Juste à côté de vous dans le silence heureux

Où les mots se laissent entendre  dans une clarté

Qui n'existe plus

Et lorsque vous me lirez ce sera comme si une voix glissait

De l'autre côté des futaies et venait vous rappeler

Qu'il existe une autre manière de parler donc de vivre

Et que le monde n'est pas cette fête triste qu'on en fait

Pour vous empêcher de vivre toute la vie qui vous appelle.

 

Emmanuel Godo

Classé dans : poésie - Mots clés : aucun

Du Covid et du masque.

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires
Comme un train qui peut en cacher un autre…
 
Nous avons reçu hier par mail le texte ci-dessous. Nous ne savons pas qui l’a écrit et au fond ça n’a pas grande importance. Nous le partageons avec qui voudra bien le lire. A partager sans modération?
 
"Le Covid 19 élit domicile non pas dans des « foyers » de contamination mais dans des lieux étranges du nom anglais de « clusters ».
 
Le Covid 19 s’attaque aux jeunes dans leurs réunions festives mais pas aux 12 000 spectateurs du Puy du Fou.
 
Il s’attaque aux baigneurs sur les plages mais pas aux sans abris.
 
Sur certaines plages il est dangereux de 21 h à 7 h du matin mais il ne l’est plus dans la journée.
 
Il s’attaque aux petits commerces mais pas aux grandes surfaces ni aux multinationales.
 
Il menace les restaurants mais quadruple les profits d’Amazon.
 
Il met des salariés au chômage mais permet la fraude patronale au chômage partiel.
 
Il aide certains financièrement mais pas d’autres.
 
Il peut tuer votre grand mère de 70 ans si elle vient vous voir mais pas si elle garde vos enfants.
 
Il amène des scientifiques sur les plateaux télé mais leurs commentaires sont débridés et tournent à l’information spectacle.
 
Il permet le traitement à la chloroquine puis l’interdit mais, de décrets en décrets, l’autorise à nouveau en douce.
 
Il était inoffensif, une « simple grippe » et le masque était inutile quand on comptait les morts mais il est devenu extrêmement dangereux depuis le dé-confinement si vous n’avez pas de masque.
 
Il permet de s’asseoir côte à côte dans un train mais pas au théâtre.
 
Il autorise des matches de foot avec 5 000 spectateurs mais interdit de se réunir à plus de 10 sur la voie publique.
 
Sans oublier qu’il n’est plus contagieux quand t’es assis à ta table de restaurant ou dans ton siège au cinéma, il l’est seulement le temps de te rendre à ta place ou aller aux toilettes. Après c’est ok.
 
Étrange et vicieux ce virus, qui réagit différemment en fonction des gens, des lieux et . . . . des intérêts !!!"
 
 

Revue de Blog août 2020

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Interroger le masque

Depuis le 18 juillet dernier, le gouvernement du Québec exige le port du masque dans les lieux publics fermés. En France, le premier ministre Jean Castex a évoqué, lui, la nécessité d’étendre le port obligatoire du masque en extérieur.  

Quand toutes les études indiquent qu’aucun foyer de contagion n’est à signaler en plein air, quand on enregistre sur le territoire, québécois comme français, peuplé de millions d’habitants, moins d’une vingtaine de morts par jour depuis plusieurs semaines, il y a en effet de quoi se demander : « Que se passe-t-il ? » 

Sommes-nous, comme ces organismes vaillants pourtant gravement touchés par le coronavirus, en train de faire une surréaction morbide ? Oui, morbide, car si les immunologues s’accordent à dire, contrairement aux médias, qu’il n’y a actuellement aucune seconde vague (mais une première vague où le virus n’était pas passé), on sait aussi que les admissions en Hôpital Psychiatrique ont explosé, comme les séparations et les suicides.

Lire la suite du texte de  Martin Steffens sur le lien suivant:

https://le-verbe.com/idees/interroger-le-masque/?fbclid=IwAR1-ScOXcRw9KYD6xbTpvY-KieI8GdcYjTxTf1oAEmodwEOEKcHiWlX3svs

 

 

 

Fil RSS des articles