Lu aujourd'hui sur Facebook

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire
18 hPublic
 
L'autre est mon ami
 
Il y a quelques jours, mon fils Matéo, sors de chez nous et ouvre la porte de l’appartement, il aperçoit la voisine d’en face, sur le palier qui est en train d’arriver et lui dit « bonjour », elle a complètement paniqué quand elle a vu Mateo et lui a demandé de rentrer chez nous jusqu’à ce qu’elle soit complètement rentrée chez elle.
 
Des situations comme celles-ci sont aussi arrivées à l’ile de Ré où plusieurs voitures immatriculées dans d’autres départements ont étés vandalisés et endommagés dans la nuit part des « Autochtones » de l’Ile. Cela nous montre que peut être la situation sanitaire que nous vivons a réveillé chez beaucoup de personnes la peur de l’Autre.
 
Le port du masque fait aussi partie de ces situations qui nous divisent, pour certains il est absolument nécessaire, pour d’autres c’est un signe d’obéissance. Il sépare la population en deux grands « clans ». Chacun jugeant et critiquant l’autre.
 
Cela fait des siècles qu’au niveau sociétal nous sommes en train de sortir peu à peu du racisme, de l’exclusion, de la xénophobie pour aller vers la paix, l’égalité, l’accueil de la différence. Je sais que cela n’est pas encore gagné; des expériences comme celles que nous avons vécus avec les migrants (Roumains, Syriens, etc) nous l’ont bien montrées.
 
Tous ces exemples me font croire que nous sommes en train de vivre une apogée de l’illusion de la séparation et que pour encore beaucoup d’êtres humains, l’Autre est l’ennemi et l’Autre peut être un virus, un voisin, une personne d’une autre religion ou d’un autre pays.
 
Je suis surprise qu’en 2020 nous parlions encore de cela et je trouve triste que l’illusion de la séparation soit malheureusement une terrible réalité.
 
Les neurosciences nous disent qu'au niveau de l’inconscient collectif nous sommes tous reliés et interdépendants. Plusieurs études l'ont montré (Le 100eme singe)
 
Pour ceux qui sont sur un chemin spirituel, nous sommes de plus en plus conscients que nous sommes UN, que l’autre est une partie de moi, que je l’accepte ou que je le rejette finalement cela me ramènera toujours à moi.
 
Et en même temps, le règne de la peur est de diviser pour mieux régner. Ne tombons pas dans ce piège.
 
L’autre jour, lors d’une séance, un client était exaspéré et dépassé par l’histoire du masque. Il va de partout avec et ne supporte pas de voir des gens sans. Il me dit qu’une bonne partie de sa journée il la passe à juger et pester sur ceux qui ne font pas comme lui et que cela génère en lui finalement beaucoup de souffrance.
 
Quand je lui ai demandé de se connecter profondément à lui et de me dire ce à quoi cela le renvoyait il a commencé à pleurer et m’a dit « Depuis tout petit je dois obéir aux ordres. Mes parents étaient très rigides et contrôlants avec moi. Je n’avais pas le choix de faire comme je voulais, j’obéissais, point. Ils étaient différents avec ma petite sœur, elle pouvait faire ce qu’elle voulais, et je trouvais ça très injuste ».
 
J’aurais pu rencontrer le cas inverse, un patient pour qui le porte du masque exaspérait, j’aurais fais la même chose et nous aurions sûrement trouvé quelque chose dans son histoire qui explique ses réactions.
 
Tout cela pour vous dire que les émotions que nous pouvons ressentir, les décisions que nous avons l’impression de prendre librement viennent souvent de nos conditionnements.
 
Ce moment unique que nous vivons est précieux car il réveille en nous beaucoup d’émotions, de réactivités qui finalement nous renseignent sur où nous en sommes sur notre chemin de vie, sur ce que nous avons besoin de voir, de traverser et de libérer.
 
Comme nous l’avons vu, nous nous racontons une histoire sur les autres, qui souvent vient de notre imaginaire personnel ou commun. Stephanie Birmann dit : "Quand l'imaginaire se substitue à la réalité, cela engendre la peur et de la peur la folie. Revenons à la réalité, faisons preuve d'intelligence et de discernement pour ne plus croire. Choisir le réel pour faire mourir toute illusion, notre propre prison."
 
Cette histoire peut être changée, elle peut devenir une histoire de paix, un récit d’unité, de quoi cela dépend ?
 
De pouvoir accueillir cette peur de l’autre en nous pour finalement l’apaiser.
 
Parce que depuis la perspective de l'unité, l’Autre, le voisin, l’étranger, est mon ami. L’Autre c'est moi.
 
Ana Sandrea
 
Via la page de Ana Sandrea
Fil RSS des articles