Philippe Jaccottet

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Une solitude très entourée, et non un ermitage : c’est la vie qu’avait choisie Philippe Jaccottet, qui est mort le 24 février, à Grignan (Drôme), à l’âge de 95 ans. Il était l’un de nos très grands poètes, un des plus lus, étudiés et traduits dans le monde entier. Il était né le 30 juin 1925 à Moudon, en Suisse. De nombreux amis de passage sont venus dans la maison de Grignan – où il a vécu avec sa femme Anne-Marie depuis leur mariage en 1953, elle peignant, lui écrivant." (Source journal "Le Monde")

Une citation de lui envoyée par Philippe Jaminet:

" Cette sorte de sourire que sont parfois aussi les fleurs, au milieu des herbes graves."

 www.philippejaminet.com

 

Entendu et vu à la télé

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Hier soir sur Antenne 2 le documentaire "Nous  paysans" a évoqué le sort des récoltes en France à l'été 1914 et a rappelé la déclaration de René Viviani. Voici le texte de son discours:

 

«Aux Femmes françaises,

La guerre a été déchaînée par l’Allemagne, malgré les efforts de la France, de la Russie, de l’Angleterre pour maintenir la paix. A l’appel de la Patrie, vos pères, vos fils, vos maris se sont levés et demain ils auront relevé le défi.

Le départ pour l’armée de tous ceux qui peuvent porter les armes, laisse les travaux des champs interrompus: la moisson est inachevée le temps des vendanges est proche. Au nom du gouvernement de la République, au nom de la nation tout entière groupée derrière lui, je fais appel à votre vaillance, à celle des enfants que leur âge seul, et non leur courage, dérobe au combat. Je vous demande de maintenir l’activité des campagnes, de terminer les récoltes de l’année, de préparer celles de l’année prochaine. Vous ne pouvez pas rendre à la patrie un plus grand service.
Ce n’est pas pour vous, c’est pour elle que je m’adresse à votre cœur.

Il faut sauvegarder votre subsistance, l’approvisionnement des populations urbaines et surtout l’approvisionnement de ceux qui défendent la frontière, avec l’indépendance du pays, la civilisation et le droit.

Debout, donc, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie! Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur le champ de bataille. Préparez-vous à leur montrer, demain, la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés!

Il n’y a pas, dans ces heures graves, de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout! à l’action! à l’œuvre! Il y aura demain de la gloire pour tout le monde.

Vive la République Vive la France»

Pour le Gouvernement de la République: Le président du Conseil des ministres, René Viviani.

6 Août 1914

De la liberté

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

 

Photo de termitières

Extrait du discours du Général De Gaulle prononcé le 25 novembre 1941 à Oxford.

« […] Il faut convenir, en effet, que dans l’époque moderne, la transformation des conditions de la vie par la machine, l’agrégation croissante des masses et le gigantesque conformisme collectif qui en sont les conséquences battent en brèche les libertés de chacun. Dès lors que les humains se trouvent soumis, pour leur travail, leurs plaisirs, leurs pensées, leurs intérêts, à une sorte de rassemblement perpétuel ; dès lors que leur logement, leurs habits, leur nourriture, sont progressivement amenés à des types identiques ; dès lors que tous lisent en même temps la même chose dans les mêmes journaux, voient, d’un bout à l’autre du monde, passer sous leurs yeux, les mêmes films, entendent simultanément les mêmes informations, les mêmes suggestions, la même musique, radiodiffusées ; dès lors qu’aux mêmes heures, les mêmes moyens de transport mènent aux mêmes ateliers ou bureaux, aux mêmes restaurants ou cantines, aux mêmes terrains de sport ou salles de spectacle, aux mêmes buildings, blocks ou courts, pour y travailler, s’y nourrir, s’y distraire ou s’y reposer, des hommes et des femmes pareillement instruits, informés, pressés, préoccupés, vêtus, la personnalité propre à chacun, le quant-à-soi, le libre choix, n’y trouvent plus du tout leur compte. Il se produit une sorte de mécanisation générale, dans laquelle, sans un grand effort de sauvegarde, l’individu ne peut manquer d’être écrasé.

Et d’autant plus que les masses, loin de répugner à une telle uniformisation, ne laissent pas, au contraire, d’y pousser et d’y prendre goût. Les hommes de mon âge sont nés depuis assez longtemps pour avoir vu se répandre, non point seulement l’obligation, mais encore la satisfaction de l’existence agglomérée.

Porter le même uniforme, marcher au pas, chanter en chœur, saluer d’un geste identique, s’émouvoir collectivement du spectacle que se donne à elle-même la foule dont on fait partie, cela tend à devenir une sorte de besoin chez nos contemporains. Or, c’est dans ces tendances nouvelles que les dictateurs ont cherché et trouvé le succès de leurs doctrines et de leurs rites. Assurément, ils ont réussi d’abord parmi les peuples qui, dans l’espoir de saisir la domination sur les autres, ont adopté d’enthousiasme l’organisation des termitières. Mais il ne faut pas se dissimuler que l’évolution elle-même offre à l’ordre dit nouveau d’extraordinaires facilités et à ses champions de chroniques tentations.

Si complète que puisse être, un jour, la victoire des armées, des flottes, des escadrilles des nations démocratiques, si habile et prévoyante que se révèle ensuite leur politique vis-à-vis de ceux qu’elles auraient cette fois encore, abattus, rien n’empêchera la menace de renaître plus redoutable que jamais, rien ne garantira la paix, rien ne sauvera l’ordre du monde, si le parti de la libération, au milieu de l’évolution imposée aux sociétés par le progrès mécanique moderne, ne parvient pas à construire un ordre tel que la liberté, la sécurité, la dignité de chacun y soient exaltées et garanties, au point de lui paraître plus désirables que n’importe quels avantages offerts par son effacement. On ne voit pas d’autre moyen d’assurer en définitive le triomphe de l’esprit sur la matière. Car, en dernier ressort, c’est bien de cela qu’il s’agit […]. »

Revue de blogs 02/2021 suite et fin

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

De Domenico GHIRLANDAIO (Florence, 1449 - Florence, 1494). Au musée du Louvre.

 

 

Gardons-nous de transformer les difficultés de l’heure en source de conflit intergénérationnel. 

 

L’épuisement d’une année de mobilisation tous azimuts contre la Covid19 et l’épée de Damoclès d’un nouveau confinement aux contours imprécis sont venus durcir le discours idéologique. Le parti pris, commun à la plupart des pays européens, de protéger les populations plutôt que l’économie avait déjà ses détracteurs plus ou moins avoués. Mais l’aggravation de la crise, l’incertitude sanitaire née des nouveaux variants, le désarroi de secteurs économiques entiers privés de toute perspective de reprise et la désespérance de la jeunesse qui se sent « sacrifiée » ont pour effet de libérer la parole. Quelques penseurs libéraux en viennent à poser directement la question : faut-il sacrifier l’avenir et la jeunesse pour sauver des vieux ? Sauf qu’ils ne vont pas au bout de l’audace qu’ils revendiquent et du courage de « parler vrai » dont ils se prévalent. Il existe une solution pour résoudre l’équation telle qu’ils nous la présentent. Elle est radicale ! Qu’ils le disent clairement !

Lire la suite sur le lien suivant:

https://www.renepoujol.fr/covid-vous-savez-ce-quils-vous-disent-les-vieux/

 

Fil RSS des articles