Notes de lecture

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

"Le problème n’est pas pourquoi ou comment la mondialisation est inévitable, mais pourquoi ou comment tout le monde, ou presque, est d’accord pour dire que c’est inévitable. Une réponse : « La technologie du faire-croire (...). Le pouvoir de l’information... In-former : donner forme, formater. Con-former : donner conformité. Trans-former : modifier une situation ."

"Dans la mondialisation fragmentée, les sociétés sont fondamentalement des sociétés médiatiques. Les médias sont le grand miroir montrant non ce qu’est une société, mais ce qu’elle doit être. Débordante de tautologies et d’évidences, la société médiatique est avare de raisonnements et d’arguments. Pour elle, répéter c’est démontrer. Et ce sont les images qui se répètent, comme ces images grises de l’écran mondial."

"La mondialisation se vend comme le meilleur des mondes possibles, mais puisqu’elle manque d’exemples concrets sur ses bienfaits pour l’humanité, elle doit recourir à la foi et aux dogmes néolibéraux."

"Un fait irréfutable : la mondialisation est là. Je ne la juge pas, je constate une réalité. Mais, puisque nous avons parlé d’oxymoron, il faut signaler qu’il s’agit d’une « mondialisation fragmentée ".

"La mondialisation a été rendue possible par deux révolutions : technologique et informatique. Elle est dirigée par le pouvoir financier. Main dans la main, technologie et informatique (plus le capital financier) ont balayé les distances, brisé les frontières. Il est désormais possible d’avoir une information sur une quelconque partie du monde à tout moment. L’argent a maintenant le don d’ubiquité ; il va et vient de manière vertigineuse, comme s’il était partout à la fois. Et donne un nouvel aspect au monde, celui d’un marché, d’un méga-marché."

"Dans une époque marquée par deux nouveaux paradigmes, communication et marché, l’intellectuel de droite (et l’ex-de gauche) comprend qu’être « moderne » signifie obéir à la consigne : Adaptez-vous ou perdez vos privilèges !"

"Il n’est pas nécessaire que l’intellectuel de droite soit original, il suit la pensée unique. Une pensée qui trouve ses principales « sources » dans la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’Organisation mondiale du commerce, « qui, par leur financement, enrôlent au service de leurs idées, à travers toute la planète, de nombreux centres de recherche, des universités et des fondations, qui, à leur tour, développent et diffusent la bonne nouvelle   »."

"Ainsi fleurissent des élites qui, « depuis des années, se consacrent totalement à faire les éloges de la « pensée unique » ; qui exercent un authentique chantage contre toute réflexion critique au nom de la « modernisation », du « réalisme », de la « responsabilité » et de la « raison » ; qui affirment le « caractère inéluctable » de l’évolution actuelle des choses ; qui prédisent la capitulation intellectuelle, et qui jettent dans les ténèbres de l’irrationnel tous ceux qui refusent d’accepter que « l’état naturel de la société soit le marché »."

"Loin de la réflexion, de la pensée critique, les intellectuels de droite deviennent les pragmatiques par excellence, bannissent la fonction intellectuelle et se font l’écho des messages publicitaires qui inondent le mégamarché de la mondialisation fragmentée. Ils acquièrent de nouvelles « vertus » (l’oxymoron en fait partie) : une audace couarde et une banalité profonde. Ils brillent par leurs « analyses » du présent globalisé, et leur révisionnisme à l’égard de l’histoire. Les tours en verre blindé de l’hégémonie de l’argent les protègent. La droite intellectuelle est particulièrement sectaire et bénéficie, en outre, de l’appui de certains médias et de gouvernements. Mériter les faveurs du Prince n’est pas facile ; il faut renoncer à l’imagination critique et à l’autocritique, à l’intelligence, à l’argumentation, à la réflexion, et opter pour le nouveau dogme : la théologie néolibérale."

2 commentaires

#1  - Colibri Cx a dit :

https://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/MARCOS/1936

Répondre
#2  - Mi bémol a dit :

Pour s'échapper il faut dépasser le fameux plafond de verre dont parlent les chères élites des soirées électorales !

J'avoue que je ne sais pas quoi dire sinon que je fais plus confiance aux acteurs du CCFD Terre Solidaire et ses partenaires ainsi qu'aux journalistes de La Vie et de La Croix qu'aux super stars F. Bourdin de BFM-TV et Plenel de Media part .

( Je partage le point de vue de Bruno Frappat dernièrement, à propos de l'interview de E Macron,pardon de "M. le Président", à qui ils faisaient la leçon, sans honte ni retenue ou modestie mais sans le le déstabiliser ni l'énerver malgré leurs efforts).

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot guvb ?