Pour quoi? Pour qui?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Voici un conte de Noël inspiré par des écrits de William Chesterton:

« Il y a un petit peu plus d’un siècle, dans un quartier populaire d’une grande ville européenne, une foule très en colère s’est réunie autour du seul lampadaire à gaz du quartier. Ils n’en voulaient plus de cet unique lampadaire à gaz.

Pour justifier leur colère, lui donner un sens, ils ont demandé à un moine très savant, très érudit, très connu, très intelligent de venir leur parler pour les cautionner.

Ce que le brave homme a fait: «Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, calmez-vous, Dieu vous aime, réfléchissons ensemble, prions ensemble, à quoi ça sert la lumière?»

La foule en colère l’a alors chassé du quartier à grands coups de pieds dans les fesses. Encore un intellectuel qui comprend rien au peuple!

Ivre de colère la foule a alors cassé l’unique lampadaire à gaz du quartier.

Certains l’ont fait pour avoir enfin l’obscurité toute la nuit pour pouvoir commettre leurs mauvaises actions en toute impunité. Pas vu pas pris. Certains l’ont cassé pour le plaisir de casser. Certains l’ont cassé parce qu’ils voulaient un plus grand nombre de lampadaires à gaz. Certains l’ont cassé par qu’ils voulaient des lampadaires électriques gratuits pour tout le monde. Certains l’ont cassé pour ramasser les morceaux et les vendre.

Lorsque tout le quartier s’est retrouvé dans l’obscurité totale la foule s’est calmée et chacun est rentré chez soi.

Les jours, les nuits, les semaines, les mois ont passé. La colère est retombée. Les ténèbres se sont installées dans le quartier.

Ici et là quelques femmes, quelques hommes ont repensé au vieux moine. Qu’avait-il voulu dire en leur demandant  "A quoi ça sert la lumière" ?

Oui à quoi ça sert le progrès? A qui ça sert? »

Colibri Cx

L’Agriculture moderne a tué les petits paysans. Le commerce moderne a tué les petits commerçants et les petits artisans. Demain le commerce par internet tuera-t-il les grandes surfaces? Dans beaucoup de villes françaises les centres-villes sont à l’agonie.

La France est à son tour touchée par un phénomène venu des Etats-Unis, d’Amérique du Sud, d’Afrique, du Moyen Orient: de plus en plus d’enfants, de femmes, d’hommes vivent sur notre territoire sans terre, sans toit, sans travail. Vient s’ajouter à ce problème celui du nombre de plus en plus important de travailleurs pauvres. Tant que nous n’aurons pas réglé ces deux problèmes nous aurons des jours difficiles devant nous et une multiplication de conflits. Et la tentation sera grande de chercher des boucs émissaires plutôt que des solutions politiques et économiques.

Classé dans : société - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot bevsuf ?