Serge Halimi (2)

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Il n'y a pas d'Histoire universelle susceptible d'être récitée par tous les habitants de la terre.

Les grands tyrans et les petits maîtres aiment réécrire le roman national afin de le voir épouser les plis de leur projet du moment. On veut encourager l'apaisement consumériste, le compromis modéré, l'ordre tiède, le fédéralisme européen? On insistera donc, d'un ton consensuel et froid, sur les désastres qu'auraient provoqués toutes les grandes révolutions, les déferlements totalitaires, les haines nationalistes. On s'inquiète au contraire du désenchantement politique, de l'absence de cohésion nationale, du désamour présumé des jeunes pour leur nation? On ripolinera alors avec ferveur les héros d'antan, l'union sacrée, les "missions civilisatrices" (coloniale, néo-impériale, religieuse...)  . Opposés en apparence, ces deux types de récits partagent une même structure mentale conservatrice. L'Histoire décaféinée des fédéralistes, dont la grand marché et la fin des frontière constituent l'acmé, ne perçoit plus du passé qu'un enchaînement de castastrophes qui devrait avoir enseigné aux peuples le caractère destructeur des passions politiques. La nostalgie nationaliste ou religieuse préfère exhalter la fraternité des tranchées, mais elle déteste autant que les modérés les mutineries et les barricades de la lutte sociale, qu'elle assimile à une dissolution du front intérieur, à une intelligence avec l'ennemi.

Pourtant, les extraits de manuels scolaires de divers pays publiés dans cet ouvrage (Manuel d'histoire critique du Monde diplomatique) le rappellent: il n'y a pas d'histoire universelle susceptible d'être récitée par tous les habitants de la Terre faisant une ronde auour du monde. Si nul ne discute de la date du martyre de Hiroshima ou du pacte germano-soviétique, c'est ensuite que tout commence. Au moment où Harry Truman  fit larguer la bombe, pensait-il uniquement terroriser les Japonais, alors que pour lui cette guerre était déjà gagnée? Et Joseph Staline, signa-t-il son pacte avec l'Allemagne pour s'emparer d'une moitié de la Pologne ou pour rendre la monnaie de leur pièce aux Français et aux Britanniques qui, moins d'un an plus tôt à Munich, avait offert la Tchécoslovaquie à Hitler?  Une chose est presque certaine en tout cas: aucun de ces dirigeants n'arrêta son choix à partir de considérations morales très raffinées. Du genre de celles qui viennent spontanément à l'esprit de leurs juges exquis d'aujourd'hui.

Serge Halimi dans "Manuel d'Histoire critique", numéro hors série du "Monde diplomatique".

 

Classé dans : histoire - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot jywi ?