Point de vue sur la situation présente

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

Sur le blog de Maxime Tandonnet un commentateur à laissé un lien qui renvoie au texte suivant:

"Je fais souvent référence à l’émiettement de la société française ou encore à son archipellisation politique.

Pas besoin d’avoir fait Sciences Po pour comprendre ce dont il s’agit. C’est très important, donc on n’en parle pas.

On en parle d’autant moins qu’il s’agit d’un processus de transformation de nos sociétés qui a été théorisé par les ingénieurs sociaux et les conseillers politiques afin soit de conquérir le pouvoir, soit de le conserver malgré l’absence de majorité pour le faire;

Le capital a dans les années 30 posé les bases de la protection de la propriété face a la poussée démocratique et il a établi la parade qui allait donner naissance au néo liberalisme, parade complétée par la prise de pouvoir des institutions internationales mondialistes.

Mais, on peut faire mieux et au lieu d’imposer la discipline aux peuples par les organisations internationales, on peut les forcer, en les manipulant, à l’auto discipline, à l’auto exploitation, à la résignation  et à l’impuissance.

Pour cela il suffit d’empêcher les peuples de constituer politiquement des blocs majoritaires capables de gouverner. Il faut pulvériser leurs représentations entre par exemple celles qui sont pour l’immigration et celles qui sont contre, celles qui sont pour la féminisation de la société et celle qui sont contre, celles qui sont pour la transgression sexuelle généralisée  et celles qui sont contre, je pense que vous avez compris.

L’émiettement de la société , sa pulvérisation , son archipellisation politique est une stratégie de long terme non explicitée et donc encore très efficace; elle supplante à notre époque la stratégie de contrôle des peuples par le biais des organisations internationales."

Lire la suite ici...

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette vision de la situation présente c'est ici...Bruno Bertez.

3 commentaires

#1  - Alain a dit :

Bonjour,

En faisant une recherche sur la photo de l'archipel illustrant "le point de vue sur la situation présente" je tombe sur Edouard Glissant. Si je connais le nom de ce poète philosophe Martiniquais, je n'ai lu aucun texte de ses travaux , comme je n'ai lu aucun texte de Bruno Bertez que je découvre etdont je ne connaissais ni sa vie (riche en expériences) ni bien entendu l’œuvre qui ne me semble pas non plus sans intérêt. La volonté voudrait que je m'attache à la lecture même rapide de l'un et de l'autre; pour l'instant je ne m'en sens pas la force. Tout deux font appel au concept d'archipellisation de la société globale "le tout-monde" d'Edouard Glissant: " Ma proposition est qu’aujourd’hui le monde entier s’archipélise et se créolise" . Edouard Glissant ne semble pas voir forcement cela comme un mal alors que Bruno Bertez dans le texte soumis à notre lecture ("nous" qui suivons ce blog) en à une vision pessimiste et surtout un brin conspirationniste dans la mesure où d'après lui cette archipellisation est portée et manipulée par des forces plus ou moins obscures (ou réelles) , le néolibéralisme (tout est dit, mais c'est tout de même un peu court à mon goût).
Si une bonne âme pouvait nous en dire un peu plus sur l'un et/ou l'autre...
Alors au plaisir d'une prochaine lecture.
n.b. Le peu que je tiens sur Edouard Glissant sort de Wikipedia.

Répondre
#2  - Yalla Castel a dit :

Alain, bonjour, merci de votre commentaire. Comme vous je ne connais aucun des deux hommes que vous citez. Je vais demander autour de moi si quelqu'un peut m'en dire plus. Je me suis arrêté sur Bruno Bertez "par hasard" mais le hasard existe-t-il vraiment? Faut-il y voir la main divine ou la main de l'homme? Deux choses ont retenu mon attention chez lui: il n'y a pas plus de majorité politique en France ( je suis un ado et un jeune homme de l'union de la gauche), cela me paraît vrai; et le parcours de Bruno Bertez démontre que sans céder aux théories conspirationnistes il y a des femmes et des hommes qui à travers les médias d'aujourd'hui essayent de peser sur le cours de l'Histoire à nouveau en marche. Bon dimanche à vous.

Répondre
#3  - jfsadys a dit :

"Ecrire c'est se décrire".

Voici une bio d'Edouard Glissant et quelques citations de lui:

https://dicocitations.lemonde.fr/auteur/1900/Edouard_Glissant.php

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot mvredo ?