Une grande première dans l'espace pour Thomas Pesquet.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

 

Il séjourne dans la station depuis le 20 novembre 2016, et aujourd'hui c'est le grand jour !

Thomas Pesquet a 38 ans, il est le quatrième français à sortir dans l'espace et le onzième européen.

Cette mission, il la réalise le 13 janvier 2017 avec l'américain Shane Kimbrough, commandant de l'ISS.

Durant 5 heures et 58 minutes ils sont sortis de la station spatiale internationale pour effectuer des travaux de modernisation sur le système électrique de l'avant-poste orbital. Il s'agissait en fait d'installer des adaptateurs et des câbles électriques pour brancher trois nouvelles batteries lithium-ion de la taille d'un réfrigérateur d'une masse de près de 200 kilogrammes chacune.

Les deux collègues sont ensuite revenus dans l'ISS très fiers d'eux, montrant une mine plus que souriante après les complexes opérations de « déshabillage ».

Un entraînement d'une grande intensité :

Une préparation méticuleuse est nécessaire pour ce genre d'intervention. Thomas s'est entraîné de diverses façons pendant une très longue période afin de savoir exactement quels gestes réaliser et dans quel ordre le moment escompté. C'est notamment dans une piscine au centre spatial de la NASA à Houston que le jeune astronaute s'est aguerri pendant des heures.

Une équipe de soutien au sol a également été formée spécialement pour cette mission afin que la coordination durant l’événement soit parfaite.

Plongés dans l'espace :

Une fois dans l'espace, les deux astronautes doivent procéder à une vérification approfondie de leur équipement afin de ne rien laisser au hasard. Le moindre problème est ici vecteur d'un grand danger. Avant d’entamer un seul mouvement, les deux hommes doivent obligatoirement tenter de se repérer dans ce grand vide afin de n'effectuer aucun déplacement inutile.

Durant la procédure, ils restent attachés grâce à des supports, ce qui complique fortement la plupart de leurs gestes.

Fréquemment, les deux hommes doivent impérativement vérifier chaque parcelle de leur équipement susceptible d’endommagement. Le scaphandre et les gants requièrent notamment une vigilance accrue, ces derniers étant sans arrêt en contact avec la matière pouvant endommager leur qualité.

Une complication, un seul trou entraîne un danger de mort pour les deux astronautes devant rester concentré durant toute la durée de la manœuvre.

Une mission réussie avec succès … :

La mission devait durer 6 heures et 20 minutes, mais les deux astronautes surentraînés l'ont terminée avec beaucoup d'avance. C'est en effet après seulement trois heures de travail que celle-ci fut réalisée. Du temps devant eux, le centre de contrôle de Houston leur demande alors de réaliser d'autres tâches également nécessaires.

[…] mais éprouvante :

La sortie fut exténuante pour les deux hommes qui pendant 5 heures et 58 minutes ont dû rester concentrés malgré la longue durée de la tâche, l'impossibilité de s'alimenter ou d'aller aux toilettes, ainsi que le poids de leur combinaison dépressurisée extrêmement lourde. S'ajoutant à ces difficultés physiques, le soleil était lui aussi de la partie faisant son apparition environ 8 fois au cours de la mission. En effet, la station se déplace à 400 km au dessus de la terre, en fait le tour toutes les 90 minutes et alterne donc du jour à la nuit chaque 45 minutes.

L'ensemble de ce « ballet orbital » a été orchestré depuis le centre spatial Johnson à Houston, au Texas et notamment par Lucas Parmitano, lui aussi astronaute et ingénieur de l'agence spatiale européenne.

Alice Gapail.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot rout ?