1 commentaire

#1  - Alain a dit :

Mon commentaire arrive un peu tard, mais c'est aussi un peu le drame du long temps la prise de conscience du désastre vers lequel nous allons laisser notre planète si nous n'agissons pas rapidement; et ce dessin frappe notre imaginaire bien mieux qu'un texte ne pourrait le faire avec notre raison. Bon mais pour moi l’émotion sans la raison c'est un peu comme la science sans la conscience, et autant qu'un texte puisse illustrer un dessin (la position du dessin illustrant le texte est assez généralement admise, et tant que quiconque n'aura démontré le contraire je tiens pour également possible la réciproque), donc j'en propose ci dessous une illustration littéraire qui va probablement au delà de ce que suggère le dessin mais ça dépend aussi de comment chacun l'interprète.
Il ,s'agit des principes de l'écologie profonde tels que les définit Arn Naess en 1973, je crois, il ya donc déjà 50 ans.


Principes de l'écologie profonde:

1) Le bien-être et l’épanouissement des formes de vie humaines et non-humaines de la Terre ont une valeur en elles-mêmes (synonyme : valeur intrinsèque, valeur inhérente). Cette valeur est indépendante de l’utilité du monde non-humain pour les besoins humains.
2) La richesse et la diversité des formes de vie contribuent à la réalisation de cette valeur et sont également des valeurs elles-mêmes.
3) L’Homme n’a pas le droit de réduire la richesse et la diversité biologique, sauf pour satisfaire des besoins humains vitaux.
4) L’épanouissement de la vie et des cultures humaines est compatible avec une décroissance substantielle de la population humaine. Le développement des formes de vie non-humaines requiert une telle diminution.
5) L’interférence humaine actuelle avec le monde non-humain est excessive et nuisible, et la situation empire rapidement.
6) Des politiques doivent donc être changées. Ces politiques affectent les structures économiques, technologiques, et idéologiques fondamentales. Il en résultera une société profondément différente de la nôtre.
7) Les changements idéologiques passent par l’appréciation d’une bonne qualité de vie plutôt que l’adhésion à des standards de vie toujours plus élevés. Il faut prendre conscience de la différence entre « bonne qualité » et « course à un niveau de vie extrêmement élevé » (qui serait néfaste à la nature).
8)
Ceux qui souscrivent aux points précédents s’engagent à essayer de mettre en application directement ou indirectement les changements nécessaires.
Pour en savoir plus:
https://fr.wikipedia.org/wiki/écologie_profonde
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arne_Naess


.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot vszg ?