Cracher par terre... c'est pas bien

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires
Ce jour-là était le jeudi 23 avril 2020. Le 39 ième jour de confinement et de distanciation sociale pour nous. Il était 11h45. J'allais à pied par les rues de Casteljaloux, Lot-et-Garonne pour récupérer ma voiture laissée trente minutes plus tôt au contrôle technique. J'avais la sensation de marcher dans une ville morte comme dans certains westerns américains .
 
Je croise deux jeunes hommes. Je m'écarte d'eux et je m'arrête de marcher. Ils discutent entre eux. L'un des deux crache sur la route. Je ne fais pas de commentaire.
 
Je me contente d'un bonjour neutre sur un ton normal . Tous les deux me répondent gentiment:
 
-"Bonjour Monsieur".
 
-"Confinez-vous bien Monsieur".
 
Je ne réponds pas. Ils ajoutent:
 
-"Nous on sort juste pour aller faire les courses".
 
Je leur dis alors:
-"Vous n'avez pas à vous justifier, je ne suis pas policier. "
 
J'ai manqué de réparti, j'y ai pensé après en continuant mon chemin. J'aurais dû ajouter:
-"Vous ne devriez pas  cracher par terre."
 
J'ai été enfant à une époque où la tuberculose était mortelle et sans remède sérieux pour la soigner. Ma grand-mère maternelle est morte de la tuberculose à 33 ans.
 
J'aimerais des campagnes publicitaires à la télé et sur les réseaux sociaux pour encourager les jeunes et moins jeunes à ne pas cracher dans les rues ainsi que les joueurs de foot sur les stades pendant les matchs devant des millions de téléspectateurs.
 

 

POUR QUE CE NE SOIT PLUS APRÈS, COMME C’ÉTAIT AVANT

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Nous voilà confinés dans nos gîtes et dans nos maisons.

 

C’est un commandement « Restez chez vous » qui nous est intimé par les responsables politiques et sanitaires de notre Etat, nous sommes appelés à obtempérer afin de barrer la route à cette pandémie du coronavirus.

 

Le confinement est une grande épreuve pour nous tous. Mais rester chez soi appelle aussi à « penser ». Le vieux La Fontaine disait dans une de ses fables « Que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe ? »

 

Confiné à Dampierre dans ce petit bout de gîte réparé par des mains et des bras solidaires, je viens partager avec vous ce à quoi je songe."

 

Lire la suite ici...

La peste soit de ce virus

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Photo Michel Queyreur

H nous a fait découvrir le blog suivant auquel il a fait plusieurs fois référence, voici la publication d' aujourd’hui:

https://insolentiae.com/le-president-masque/

Depuis le 12 mars je respecte à la lettre les consignes exigées et je m’enferme dans l’isolement et le silence en me demandant comment avons-nous pu en arriver là?

J’ai du mal à considérer que mes voisins sont des bombes humaines qui peuvent me tuer. Que mes enfants et petits enfants sont des bombes humaines qui peuvent me tuer.

J’ai du mal à croire aussi que c’est un complot, que tout ça a été voulu, que les méchants ce sont les Chinois ou les Américains qui ont empoisonné les Chinois.

La peste soit de ce virus!

Tout bien portant est un malade qui s'ignore.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

49°3 c’est un gros coup de fièvre.

Mais le coronavirus va nous faire oublier tout ça.

Et une cuillère de coronavirus le matin, le midi, le soir, sur toutes les chaînes de télé, dans toutes les radios, nuit et jour, jour après jour, semaine après semaine. Jusqu’à plus faim. Jusqu’à plus soif.

« Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous gratouille? »

(Docteur Knock, 1923, Jules Romains)

Je suis folle

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Je suis folle quand je ne tiens pas en place

Je suis folle quand je ne reste pas à ma place

Je suis folle quand je suis trop maigre

Je suis folle quand j'ai peur d'être trop grosse

Je suis folle quand je ne veux pas sortir avec celui-ci

Je suis folle quand je sors avec celui-là

Je suis folle quand je sors seule

Je suis folle quand j'écoute ma voix intérieure

Je suis folle quand je n'écoute pas ce qu'il me dit

Je suis folle quand je dis oui oui oui

Je suis folle quand je lui dis non

Je suis folle quand je m'habille pour moi

Je suis folle quand je m'habille comme ça

Je suis folle quand je crie ma douleur et ma peine

Je suis folle quand je crie mon plaisir et ma joie

Je suis folle quand je me caresse

Je suis folle quand je ne veux pas qu'il me touche

Je suis folle quand je veux un enfant dont il ne veut pas

Je suis folle quand je ne veux pas d'enfant avec lui

Je suis folle quand je ne veux pas d'enfant, point fina

Je suis folle quand je ne veux pas de la vie qu'il "se tue" à m'offrir

Je suis folle de partir

Je suis folle quand je pleure et ris toute seule dans mon coin

Je suis folle quand je pleure et je ris avec mes amies

Je suis folle de chercher à comprendre

Je suis folle de chercher à apprendre

Je suis folle de vouloir vivre ma vie

Source: "L'Ecole des soignantes" de Martin Winckler pages 367 et 368

Fil RSS des articles de cette catégorie