Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il perd son âme?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Madeleine Delbrêl est née en 1904 en Dordogne. Elle est morte en 1964 en région parisienne. Elle grandit dans une famille qui n’est pas catholique. Jusqu’à l’âge de 20 ans elle est athée. Sa formation de scout puis d’assistante sociale lui fait découvrir des personnes pauvres à Ivry, ville proche de Paris, située dans le Val de Marne. C’est, à l’époque, une municipalité communiste qui gère la commune. Son travail, la vie de tous les jours au sortir de la seconde guerre mondial, la rue, le métro la mettent en contact avec des femmes, des hommes, des enfants qui ont des conditions de vie difficiles. Pauvreté et misère sont une réalité dont elle ne se détourne pas. Elle met toute son énergie à venir en aide aux autres qu’ils soient Français ou immigrés espagnols et italiens; chrétiens ou pas. Elle le fait non pas au nom de l’Eglise catholique mais au nom du Christ et de son message: il faut aimer les autres même s’ils sont différents de soi. Le fil conducteur de sa vie est de dépasser le « je » pour construire du « nous ». Madeleine Delbert est une femme qui toute sa vie est allée au contact de toutes les personnes dont elle a croisé le chemin témoignant de sa foi et s’engageant activement dans toutes les actions collectives qui peuvent améliorer la vie de tout un chacun. 

 

Que disent de Madeleine Delbrêl les personnes qui l’ont connue?

 

« Une très attachante personnalité humaine, d'abord. D'une extraordinaire capacité d'empathie, elle noue des relations personnelles dans tous les milieux. Elle s'engage à fond. Elle cultive la joie. Son humour est délicieux. Elle est libre. Elle dit ce qu'elle pense avec délicatesse mais fermement. Elle fait preuve d'une grande sûreté de discernement, d'une pensée rigoureuse. Sa personnalité spirituelle, sa théologie ont le même caractère : de solides fondations, de la vigueur et toujours ce centre qui unit tout : La Charité de Dieu manifestée dans le Christ. » (Christophe Chaland)

 

« Vue de loin, c’est une silhouette mince, agile, frêle mais dont l’allure même, ainsi que tous les gestes, portent une marque d’énergie et de décision (…) L’ensemble crée un climat de calme, de force, de gaieté. » ( Krystyna)

 

 

« Madeleine Delbrêl est une des figures marquantes de la spiritualité française. (…) Elle témoigne avec originalité d’un christianisme de l’enfouissement et de la proximité aux plus pauvres. » (Jean Guéguen)

 

Que nous dit-elle à la fin de sa vie terrestre?

 

« J'ai été et je reste éblouie par Dieu. »

 

Pourquoi lire aujourd’hui Madeleine Delbrêl?

 

« Quand tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d’où tu viens » affirme un proverbe africain. Il pourrait devenir « Quand tu ne sais pas où tu vas, lis Madeleine Delbrêl ». Il y a des ressemblances dans ce que nous vivons aujourd’hui avec ce qu’elle a vécu dans les années 30/40/50/60. Tuberculose-covid. Pauvreté-misère. Phénomènes migratoires de masse. Guerres. Déplacement de populations. Déchristianisation de notre pays. Crises morale-spirituelle-politique-économique. Pertes de repères. Perte de libertés. Lire Madeleine Delbrêt c’est retrouver un peu de lumière, d’espérance dans des lendemains meilleurs.  Sa vie exemplaire au service des autres n’est pas à la portée de tous mais nous pouvons essayer de l’imiter. Le monde ne s’en portera que mieux.

 

Citations de Madeleine Delbrêl:

 

« Apprends l'art de la guerre sur toi; sur les autres l'art de la paix ».

« Fais avec tous ce qui fait du bien à tous, plutôt que de faire mieux ce qui ne ferait du bien qu'à toi ».

« La vie commune est faite de petits pardons et donc de petits oublis ». 

« Rentre tes angles : tu te cogneras moins ». 

 

 

Suggestions de lecture:

 

« Petite vie de Madeleine Delbrêl » de Jean Guéguen aux éditions Desclée de Brouwer.

« Alcide : guide simple pour simples chrétiens », Seuil, coll. « Livre de vie », no 133, Paris, 1980 

« Alcide et le petit Moine, maximes et conseils de vie spirituelle » (Œuvres complètes vol. 4), Nouvelle édition 2017, Nouvelle Cité 

« Ampleur et dépendance du service social », Bloud et Gay, Paris, 1937.

 

Classé dans : religion - Mots clés : aucun

L'eau de vie, l'eau de mort.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Voici un texte lu sur Facebook hier soir:

L’eau qui donne la vie / l’eau qui mène à la mort

Aujourd’hui, je suis cette française, guadeloupéenne, dont le robinet ne coule plus depuis des jours, des mois, des années… et je ressens sa colère immense.

Aujourd’hui, je suis ces migrants tendus vers l’espoir d’une vie meilleure et dont la barque a chaviré, corps malmenés par les flots et entraînés vers le fond.

Près de quatre-cent-mille français, outre-marins, qui vivent sans eau courante depuis dix, vingt, trente ans… et dont la terre (et la ressource en eau) a été polluée pour environ 600 ans, mais que l’on voudrait dociles aux injections métropolitaines. De qui se moque-t-on ?

Vingt-sept corps perdus en Mer du Nord qui ont rejoint la cohorte de ceux avalés par la Méditerranée… Qui donc menaçaient-ils ?

A quoi utilisons-nous donc nos intelligences ? Quels veaux d’or servent-elles depuis la nuit des temps ?

De la vérité

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

« Pilate ne regarde pas la vérité en face ! Il ne voit pas qu’elle est devant lui, sans défense. Qu’elle se tient debout dans sa singularité, et qu’elle a un visage !

Ne faisons pas trop facilement le procès de Pilate. Car…
Pilate, c’est vous et moi, lorsque dans une situation inextricable comme la sienne, nous tentons de maintenir la foule au calme,
au détriment peut-être de la vérité.
Pilate, c’est vous et moi lorsque nous évitons des décisions difficiles,
qui nous obligeraient à faire un chemin de vérité sur nous-même.
Pilate, c’est vous et moi lorsque pour un choix en conscience,
nous fondons notre décision sur ce qui est simplement utile,
plutôt que sur ce qui est vrai,
ou sur nos émotions, plutôt qu’avec notre raison.
Pilate, c’est vous et moi lorsque nous ne croyons finalement plus vraiment en la vérité parce que nous savons trop bien qu’au nom de celle-ci, le pire a été commis ! Ne sommes-nous pas les fils et les fils d’un siècle qui a voulu enfermer la vérité et la mettre dans des formules ? Oui, la vérité a souffert sous Ponce Pilate… mais elle n’est pas morte ! Ne dit-on pas que la vérité peut pâlir, mais jamais périr ?

Osons croire aujourd’hui encore qu’il existe une Vérité qui donne sens à nos vies. Mais reconnaissons aussi que la manière de comprendre celle-ci sera toujours personnelle, car la vérité se trouve chez celui ou celle qui se met à son écoute… En effet, la vraie question de la vérité n’est pas posée par Pilate mais bien par le Christ au cœur du récit : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? ». Est-ce que la vérité est sur tes lèvres, et est-ce la vérité de ton cœur ? Est-ce qu’elle vient de toi ? 

Il s’agit finalement d’être ajusté et en cohérence avec ce que nous disons ; de garder une vigilance intérieure pour entourer de bienveillance ce que nous affirmons. L’autorité n’habite-t-elle pas celles et ceux qui disent ce qu’ils font, et qui font ce qu’ils disent ? 

Cette scène d’évangile nous rappelle donc l’urgence d’accompagner nos paroles de sagesse et d’esprit critique !
« Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? Est-ce bien toi qui dis cela ou es-tu dépendant de la rumeur ? N’écoutes-tu, ne partages-tu que ce qui va dans ton sens ?
Voilà bien le problème de notre monde
qui communique de plus en plus
et qui dialogue de moins en moins :
qui abandonne la vérité au profit de l’autorité
ou qui exerce l’autorité au détriment de la vérité…

Celui que nous fêtons aujourd’hui nous invite à réconcilier les deux : autorité et vérité, car son Royaume n’est pas de ce monde.
Et en cette fête du Christ Roi, nous sommes conviés à franchir un pas décisif. Si le Christ est Roi, c’est parce qu’il n’y a pas d’écart entre sa vérité et son autorité. « Tout homme qui appartient à la vérité, dit-il, entend ma voix ». On ne possède pas la vérité. Au contraire, c’est elle qui nous possède, sans parfois que nous nous en rendions compte.
En effet, nous ne détiendrons jamais la clé ultime de notre cœur,
la vérité de notre vie. Nous pouvons alors nous déposséder de la volonté de maîtriser celle-ci, comme Dieu s’est débarrassé de sa toute-puissance pour accueillir sa tendresse, pour que nous le fassions régner sur nos vies. Le pouvoir se donne. Il ne se prend pas.
A nous, de nous déposséder de notre envie de maîtrise,
pour nous laisser posséder par cette tendre vérité qui nous dépasse :
Si notre conscience nous condamne,
Il s’agit de nous laisser posséder
par une miséricorde plus grande que notre cœur,
Si notre route semble bloquée et notre destin écrit,
Il s’agit d’inscrire notre vie dans une destinée plus grande
Et si la douceur semble avoir déserté notre foyer
Il s’agit de nous en remettre à la tendresse de Dieu
et de croire que certaines impasses de notre passé
seront autant d’ouvertures vers une lumière future.
Si nous faisons vraiment ce travail de vérité, si nous inscrivons notre vérité personnelle dans le cœur de Dieu, nous découvrirons alors que la vérité n’est pas quelque chose que l’on possède, mais qui se dévoile, qui nous englobe et qu’il faut rechercher avec courage et patience. Celle-ci se décline au long de nos histoires, de notre passé, de notre présent, de notre avenir, car le Christ qui chemine à nos côté est « Celui qui est, qui était et qui vient ». Il est roi parce qu’il ne s’impose pas, parce qu’il ne nous gouverne pas et qu’il nous laisse libres de le suivre ou non. Jésus n’a jamais revendiqué pour lui-même le titre de roi. A nous de le faire régner sur nos vies. 

Puissions agir en ce monde en vérité, et à le gouverner non pas pour régner, mais pour faire régner le royaume de Dieu. »

Source: https://www.lejourduseigneur.com/homelie/homelie-du-21-novembre-2021

Mamie, que faire avec la souffrance ?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

- Utilise tes mains mon enfant ! Si tu utilises ton mental, la souffrance s’accentue.

- Mes mains ?

- Oui, oui ! Nos mains sont les antennes de notre âme.

Quand tu les utilises en cousant, en cuisinant, en peignant, en touchant le sol ou en les plongeant dans la terre, tes mains envoient des signaux d’amour au plus profond de toi et ton âme se calme. Et elle n’a plus besoin de la souffrance pour que tu prennes soin d’elle.

- Les mains sont-elles vraiment si importantes ?

- Oui, pense aux bébés, ils découvrent le monde en le touchant. Quand tu regardes les mains des personnes âgées, elles t’en racontent davantage sur leurs vies que n’importe quelle autre partie de leur corps.

Il est dit que tout ce qui est "fait main" est fait par le cœur, parce que c’est vrai, les mains et le cœur sont connectés. Les masseuses le savent. Quand elles touchent le corps de quelqu’un avec leurs mains, elles créent avec cette personne une connexion profonde. Pense aux amoureux, quand ils se prennent la main, ils subliment leur amour.

- Mamie, depuis combien de temps n’ai-je pas utilisé mes mains de cette façon ?

- Utilise-les, mon enfant ! Crée de tes mains ! Et tout à l’intérieur de toi se transformera ! La douleur ne disparaîtra pas, mais elle se métamorphosera en la plus merveilleuse des œuvres d’art. Elle ne te fera plus souffrir. Parce que tu auras réussi à embellir ton essence.

Elena Barnabé

Fil RSS des articles