Suzanne Andrieu.

Rédigé par yalla castel - - 3 commentaires

Suzanne Andrieu a été pendant de nombreuses années professeur d'Anglais à l'Ecole Normale d'Instituteurs d'Agen. Elle est décédée le samedi 4 févier 2017 dans sa 88 ième année. Voici un des textes lu lors de la cérémonie religieuse au Centre Jean XXIII d'Agen ce jour:

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres.

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

 

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots :

C’est le Souffle des ancêtres.

 

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :

Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire

Et dans l’ombre qui s’épaissit.

 

Les Morts ne sont pas sous la Terre :

Ils sont dans l’Arbre qui frémit,

Ils sont dans le Bois qui gémit,

Ils sont dans l’Eau qui coule,

Ils sont dans l’Eau qui dort,

Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :

Les Morts ne sont pas morts.

 

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres.

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

 

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots :

C’est le Souffle des Ancêtres morts,

Qui ne sont pas partis

Qui ne sont pas sous la Terre

Qui ne sont pas morts.

 

 

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :

Ils sont dans le Sein de la Femme,

Ils sont dans l’Enfant qui vagit

Et dans le Tison qui s’enflamme.

 

Les Morts ne sont pas sous la Terre :

Ils sont dans le Feu qui s’éteint,

Ils sont dans les Herbes qui pleurent,

Ils sont dans le Rocher qui geint,

Ils sont dans la Forêt,

ils sont dans la Demeure,

Les Morts ne sont pas morts.

 

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres.

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

 

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots,

C’est le Souffle des Ancêtres.

 

 

Il redit chaque jour le Pacte,

Le grand Pacte qui lie,

Qui lie à la Loi notre Sort,

Aux Actes des Souffles plus forts

Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,

Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.

La lourde Loi qui nous lie aux Actes

 

Des Souffles qui se meurent

Dans le lit et sur les rives du Fleuve,

Des Souffles qui se meuvent

Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.

Des Souffles qui demeurent

 

Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,

Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit

Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,

 

Des Souffles plus forts qui ont pris

Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,

Des Morts qui ne sont pas partis,

Des Morts qui ne sont plus sous la Terre.

 

 

Ecoute plus souvent

Les Choses que les Etres.

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

 

Ecoute dans le Vent

Le Buisson en sanglots,

C’est le Souffle des Ancêtres.

 

Birago Diop (1906-1989)
 

 

Sa jeunesse, sa gentillesse et son calme nous réconfortent.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Nous étions cinq cents, six cents, peut-être plus, réunis le dimanche 27 novembre 2016 dans l'Eglise de Casteljaloux pour accompagner Dominique Raffray dans son ordination diaconale. Monseigneur Herbreteau a rappelé que nous n'avons plus le temps d'avoir le temps, nous n'aimons pas attendre; nous sommes toujours en mouvement dans une agitation trépidante, une forme de fuite en avant qui nous enlève le goût de Dieu. Eh bien pendant deux heures nous avons pris le temps d'écouter la présentation du chemin vers la prêtrise de Dominique. Nous avons pris le temps d'écouter et méditer les lectures des textes du prophète Isaïe et de Saint Paul. Nous avons pris le temps de chanter. Et quand une foule aussi nombreuse chante, les vibrations sonores qui montent de nous caressent les corps et les coeurs. C'est prenant. Nous avons sagement attendu la fin de la cérémonie pour nous approcher de Dominique et lui dire quelques mots. "Ta jeunesse, ta gentillesse et ton calme nous réconfortent". Après deux heures de cérémonie passées très vite nous avons prolongé ces moments de paix et de non violence par un pot de l'amitié à la salle de La Bartère suivi d'un repas "panier partagé". Alors que souvent nous avons l'impression d'un manque de prêtres, dimanche il fallait plusieurs mains pour compter sur les doigts les prêtres présents venus entourer Dominique.

« Nous avons besoin de prêtres pour renouveler le monde. » (Saint Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars, 1786/1859)

André Lugardon

Le touriste exige, le pélerin remercie.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Lorsque nous marchons en tant que pélerin vers Saint-Jacques de Compostelle, nous avons le temps de nous poser de stupides questions du genre: "Pourquoi parvenons-nous tous à nous entendre et à vivre en harmonie sur le "Camino" (1), et pas dans le monde?"

Sur le Camino, il y a des personnes de tous les horizons, de toutes les nationalités, de toutes les langues, de toutes les cultures et de toutes les convictions. J'y ai vécu en parfaite harmonie avec les autres car chacun tenait autant compte d'autrui que de soi-même. Et cela sans efforts. Quelques exemples: nous partagions notre nourriture, nous cédions volontiers nos onguents, nos crèmes et autres pansements anti-ampoules, nous nettoyions les sanitaires après usage, nous proposions de porter une partie du sac de ceux qui peinaient, nous cédions notre lit du bas aux plus âgés dans les gîtes équipés de lits superposés. Echanges permanents, sourire rayonnants, regards complices. Tout cela coulait de source, se passait spontanément et dans la bonne humeur.

Quand la vie en commun est fluide et bouillonnante, elle est pure comme l'eau d'un torrent.

Quand nous nous cantonnons dans la mare de notre égoïsme, la vie stagne et croupit.

Que faut-il faire pour que la vie quotidienne soit également une fête de tous les instants? La vie n'est-elle pas un grand Camino où l'arrivée sera ce moment immensément important qu'est la mort? Il est crucial de nous forcer à garder notre spontanéité, à garder notre sens de l'humour, à ne pas nous laisser dévorer par des sollicitations de toutes sortes, d'éteindre notre télévision, de parler et de rire avec les autres, de nous contenter de plaisirs simples, de recevoir les amis moins formellement, de ne pas accumuler, de moins acheter car nous "portons" tout ce que nous possédons et tout marcheur sait que pour avancer librement il faut garder son sac léger; il est crucial de sourire, c'est vecteur d'énergie, de se ressourcer dans des lieux de prière, de silence et de méditation, de se retirer du monde pendant quelques jours pour régénérer.

Le pélerinage est un chemin où nous pouvons être seul ou en groupe selon notre humeur. Il faut pouvoir alterner les deux approches. Il faut apprivoiser ses larmes, ses émotions. Il faut se prendre en amitié et sourire de ses petits défauts. La vie sur le Camino est simple, très simple. Efforçons-nous dès lors de simplifier notre vie au maximum. Ne gardons que l'essentiel. Travail de tri difficile certes mais indispensable pour avancer. Soyons légers!

Soyons également accueillants par rapport aux évènements et aux autres. Beaucoup de gîtes en Espagne ont une affichette: "Le touriste exige, le pèlerin remercie". Remercions la vie pour ce que nous avons au lieu de convoiter de façon infantile ce que nous n'avons pas. Même quand il pleuvait des cordes, que le vent arrachait nos ponchos, que nos pieds glissaient en tous sens dans la boue, que les douches étaient froides le soir au gîte, nous riions et nous avions le sentiment d'une forte et belle journée.

Nous avons aucun pouvoir sur les évènements qui viennent à nous mais nous avons le pouvoir de changer notre attitude vis-à-vis de ces évènements.

Encourageons-nous les uns les autres à nous battre sans cesse pour vivre heureux. Nous le méritons!

(Témoignage d'un pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle)

(1) Camino: le chemin.

Fil RSS des articles de cette catégorie