Picoti picota.

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

 

Tous les jours, je passe beaucoup de temps devant mon écran d’ordinateur. A chaque connexion sur internet, je suis fasciné non pas par les images, les vidéos, les musiques mais par les écrits qui se multiplient à l’infini. Et, comme la poule sur un mur qui picore du pain dur, je picore ici et là au gré de mes clics compulsifs des mots, des bouts de phrases qui m’interpellent, m’ouvrent de nouveaux horizons. Voici mes « copier-coller » d’aujourd’hui :

 

"La vie vraie n'est pas donnée. Elle arrive après qu'on se soit débarrassé de toutes les pelures de soi-même. On y accède après la traversée de zones d'ombre, après une certaine mort de soi. Elle arrive après ce passage. La vie vraie est presque toujours une résurrection. C'est peut-être cela qu'on appelle le ciel sur la terre, la grâce : vivre un présent qui dure. Qu'on le veuille ou non, même sans dieu, il y a là une dimension mystique." (Judith Brouste)

 

« N 'essayez pas d'être parfait-e, soyez vous-même. Foutez-vous la paix et commencez à vivre. Halte à l'hyper-performance. La fragilité est ce qui tisse l'existence humaine. Se foutre la paix, c'est renoncer à un idéal inaccessible d'homme ou de femme parfait qui ne correspond pas à mon aspiration profonde et m'est renvoyé par notre société de performance. Accepter d'entrer dans l'incertitude et la fragilité, faire confiance à notre intuition, à notre voix intérieure. Il ne s'agit pas d'être calme mais d'être en paix. Le calme est contraire à notre nature profonde". (Fabrice Midal)

 

 

« Il faut mourir pour vivre heureux. » (Bruno de Jésus-Marie)

 

"L'essentiel est invisible pour les yeux" dit le petit prince de Saint-Exupéry.

 

Je ressens ces extraits de textes comme une invitation à prendre de la distance avec le monde d’aujourd’hui. Il est certes rempli de choses merveilleuses, pleines de vie et de promesses d’un futur meilleur mais c’est aussi un monde plein de bruit et de fureur. Parfois j’ai l’impression de vivre « à côté de la plaque », de ne pas aller à l’essentiel. Comme les papillons l’été autour des lampadaires, je me laisse prendre par notre mode de vie de consommateurs, consommant toujours plus et jamais satisfait bien longtemps des produits achetés. Je me saoule de musiques, de fêtes , de lumières, d’images, d’informations, de voyages paradisiaques qui me font oublier que je ne suis pas qu’un corps et un esprit malléable par la publicité. Suis-je vraiment calme et apaisé et heureux de mon dernier achat en ligne ?

 

Sommes-nous encore capables de faire mourir en nous la colère, la jalousie, l’envie, la médisance, la calomnie, la haine de l’autre pour vivre heureux ensemble ?

 

Qu’est-ce que nous ne voyons pas d’essentiel ?

 

Ce qui ne va pas en nous ? Ce que l’autre fait de bien ?

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Colibri Cx.

Ce jour là...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Photo prise dans le jardin des Paradis de Cordes sur Ciel dans le Tarn.

Ce jour là... dimanche 14 mai 2017, au moment de l'intronisation d'Emmanuel Macron, nous nous trouvions sur le stade de Cordes sur Ciel dans le Tarn. Le Maire en est Paul Quiles, ancien ministre de la Défense de François Mitterrand.

Il était parmi nous pour récompenser les vainqueurs par catégories du running trail cordais. Dans son petit discours très simple de bienvenue, j'ai appris que ce magnifique village du Tarn reçoit un million de visiteurs par an. Une fois terminées les remises de médailles, de coupes, de bouteilles de vin de Gaillac, je me suis approché de lui alors qu'il quittait seul, à pied, le stade. Je me suis présenté. J'ai évoqué quelques souvenirs de mai 1981 le concernant et me concernant. Paul Quiles a accepté le contact et la discussion. Qui restera entre nous. Nulle révélation, nul scoop à vous faire. C'était juste un échange simple et courtois sur la situation présente et un rappel du passé sur deux points que j'avais oubliés.Il m'a invité à lire son blog. Ce que j'ai fait en rentrant à la maison. En voici l'adresse:

http://paul.quiles.over-blog.com/

Colibri Cx

Revue de blog du mois de Mai 2017.

Rédigé par yalla castel - - 4 commentaires

Nous avons retenu ce mois-ci un article publié par Syvie Blanchet à la fin du mois d'avril sur son blog "Venir d'ailleurs, grandir ici". Il a pour titre "Sans papiers mais tranquille."

En voici des extraits:

"Madame F et son mari sont tous deux handicapés, l’un au plan moteur, handicap de naissance, l’autre au plan sensoriel, handicap acquis. Ils vivent en France depuis plusieurs années. A leur arrivée, ils ont déposé une demande d’asile, qui a été rejetée. Ils se sont en conséquence retrouvés sans papiers. Sans papiers donc sans ressources aucune. Et sans certitude quant à la possibilité de faire évoluer leur situation. (...) L’histoire de madame F, que je ne connais donc que par bribes, est à la fois très singulière et très générale.Très singulière parce qu’étant née handicapée, madame F a toujours été en butte à des moqueries et à des tracasseries. Très singulière aussi parce que n’ayant pas eu d’enfant d’un premier mari, elle a été tenue pour stérile et mise au ban par sa belle-famille . Elle aura par la suite, avec son second mari, deux magnifiques enfants mais qu’importe ! Très générale cependant aussi parce que les tracasseries liées à sa personne se sont entremêlées avec d’autres. Durant la guerre, son père aurait collaboré avec une ethnie ennemie : lui-même et sa descendance ne pouvaient, à ce titre, qu’être proscrits. A-t-il réellement collaboré ? Je n’en sais évidemment rien. Je sais seulement que dans les cas de guerres civiles, il en faut peu pour subir de telles accusations : je me souviens bien d’un monsieur, également ressortissant de l’ex-Yougoslavie, qui avait dû fuir après avoir été mis au ban. Son crime, expliquait-il, était d’avoir été garagiste. Et d’avoir, à ce titre, réparé des voitures appartenant à des personnes de toutes les communautés présentes dans la ville où il habitait ! (...) Aujourd’hui, même sans papiers, même sans ressources, monsieur et madame F s’estiment « tranquilles ». Tranquilles parce que leur attitude et leur force de caractère forcent le respect de ceux qui croisent leur route, de sorte qu’ils sont tant soit peu soutenus et de sorte qu’ils sont convenablement traités partout où ils passent. Monsieur et madame F ont, en France, loin des leurs, loin de tout ce qui faisait leur vie, enfin trouvé respect et sécurité. C’est, manifestement, la seule chose qui à leurs yeux compte : ils ne cherchaient pas, ils n’espéraient pas un quelconque Eldorado : ils cherchaient juste un endroit où vivre sans avoir quotidiennement peur . Aujourd’hui, ils sont sans papiers. Mais ils n’en sont pas moins « tranquilles »."

Voter ou pas voter?

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

L’autre n’est pas un salaud, un veau, un con, même s’il ne vote pas comme moi. Qu'est ce qui ne va pas en France au niveau politique en ce moment? Moi et vous. L’autre n’est pas un salaud, un veau, un con, même s’il ne vote pas comme moi. Qu'est ce qui ne va pas en France au niveau politique en ce moment? Moi et vous. L’autre n’est pas un salaud, un veau, un con, même s’il ne vote pas comme moi. Qu'est ce qui ne va pas en France au niveau politique en ce moment? Moi et vous. L’autre n’est pas un salaud, un veau, un con, même s’il ne vote pas comme moi. Qu'est ce qui ne va pas en France au niveau politique en ce moment? Moi et vous. L’autre n’est pas un salaud, un veau, un con, même s’il ne vote pas comme moi. Qu'est ce qui ne va pas en France au niveau politique en ce moment? Moi et vous. Etc … etc...

Fil RSS des articles