Centuri.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Centuri est le nom d'une commune de la côte ouest du Cap Corse. Cette commune a la particularité d'abriter un petit port de pêche encore en activité qui existe depuis 2117 ans au moins, si ce n'est plus. Les produits de la pêche locale sont vendus sur place. Ils sont consommés sur place dans les nombreux restaurants du port. Les langoustines et les langoustes y sont excellentes. L'endroit est connu et réputé pour cela. L'été beaucoup de monde envahit le village qui se ferme à la circulation automobile plusieurs heures par jour. Hors saison il y a un peu moins de monde. Le lieu est paradisiaque.

Pour en savoir plus: https://fr.wikipedia.org/wiki/Centuri

Le livre qui aide à vivre.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Couples fracassés, divorces, séparations comme s'il en pleuvait: les histoires d'amour finissent mal en général. En quelques décennies, une ritournelle amusée des années 1980 s'est changée en description lucide d'un fait social, et tend à devenir une loi de la conjugalité ordinaire.

Considérant que les explications socio-économiques ne suffisent pas à comprendre cette évolution, Denis Moreau, philosophe marié, amateur éclairé de rock'n'roll et lecteur profond de l'évangile, se demande comment préserver nos amours des forces de destruction qui les menacent.Tour à tour tragique, corrosif et tendre, il analyse le mariage non comme un devoir ou une institution dépassée, mais dans ce qu'il considère être son sens et sa valeur: une réponse convaincante à la question que chacun se pose, "comment réussir sa vie?".

On connaissait les romans d'amour, les lettres d'amour. Voici un essai d'amour, écrit avec la ferme conviction qu'il peut y avoir de grandes et belles choses dans nos histoires d'amour conjugal, en général.

Denis Moreau est professeur de philosophie à l'université de Nantes.

 

Revue de blog du mois de Juin.

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

Lu sur le blog de Maxime Tandonnet le commentaire suivant sur la situation présente:

 

Un seul enjeu.


Au soir du 18 Juin, le président aura battu tous ses adversaires politiques à plate couture, certes, et beaucoup pourront applaudir et sabler le champagne, mais ce même soir, se présentera à lui, un défi autrement plus redoutable et féroce que personne n’a et n’avait prévu : Celui de l’adversité.

Que ce soit au sommet de l’état, au gouvernement, dans cette nouvelle assemblée, dans les médias , chez beaucoup de commentateurs , bien sûr, personne n’en parle car personne ne la voit , tous aveugles ou plutôt aveuglés et grisés par un simili de victoire et par l’illusion du renouveau.

Les résultats de toutes ces élections ont un immense mérite : Ils ne font que valider une fracture sociale, latente hier, évidente aujourd’hui, dans tous les domaines : sociaux, économiques, éducatifs, identitaire, sécuritaire et culturel.
 

Quel visage a t- elle cette adversité ? : Elle a les traits profondément marqués de la désunion nationale, ceux des forces contraires qui vous sapent les plus belles et plus solides constructions des meilleurs compagnons, avec tout son corollaire de conséquences négatives.
 

Dorénavant, une seule question s’impose à la Nation dans son ensemble : Comment rétablir au plus vite ce déséquilibre social entre cette France d’en haut et cette France d’en bas .Comment ramener dans le giron de la Nation cette très grande majorité de français désabusés, déboussolés, perdus ne faisant plus confiance à personne et surtout pas aux hommes politiques d’aujourd’hui.

Et contrairement aux apparences, il ne faudrait pas croire que cette France d’en haut, cette France qui va bien ou pas trop mal, est exemptée de tout et passe allègrement sur les difficultés de notre société actuelle. Il y a les apparences et la réalité. Sauf exceptions, comme toujours, Il ne faudrait pas la voir déshumanisée, insensible et à mille lieues de cette France d’en bas.
 

Retrouver l’unité perdue de la Nation, voilà bien l’enjeu pour demain, le seul qui vaille.
Le véritable caractère de l’homme d’état, de l’homme d’action s’affirme, se démontre, s’accroît, se fortifie uniquement dans l’adversité.

N’est pas de Gaulle qui veut.
 

Mais faut-il encore en prendre conscience.

J’en doute.

Jean-Louis MICHELET

Beaucoup d'entre nous ne votent plus.

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Fracture ou division démocratique? Les droites sont fracturées, les gauches sont fracturées. Et cela provoque la division, la lassitude. Les êtres humains n’aiment pas l’excès de divisions. Ils s’éloignent instinctivement de la division et, s’ils ne peuvent plus « communier » dans la politique, ils communient dans le sport par exemple. Grand succès des matchs de foot, de rugby, du Tour de France, du tennis à Roland Garros. Deux millions d’euros à une jeune femme de 20 ans pour taper dans une balle jaune sans retenue, dans la joie et l’exubérance de la jeunesse; ça fait rêver plus que la politique. C’est pas mal de telles sommes en jeu pour un pays en crise non?

Premier tour et deuxième tour des primaires de la droite, puis de la gauche; ensuite premier tour des présidentielles, deuxième tour des présidentielles, et maintenant premier tour et deuxième tour des législatives: ça fait beaucoup non?

Trop de foie gras, de confits de canard, de glaces à la chantilly, trop de politique, trop de démocratie, nuit gravement à la santé et à la démocratie. C’est plutôt sain de prendre un peu de distance avec tout ça non?

La fracture démocratique enfin elle est surtout en Afghanistan, en Iran, en Corée du Nord, en Irack, en Syrie, en Libye etc…etc…

Fil RSS des articles