La girouette

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

"Ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent." Edgard Faure

Le vent de l’Histoire a tourné. Les Américains et leurs alliés ont gagné la guerre froide. Et ce qui nous avait été annoncé comme la promesse d’un avenir radieux de bonheur et de prospérité a tourné au cauchemar dans certains pays. Depuis 1989 nous assistons à une multiplication de conflits dans le monde dont les principales victimes sont les civils. Un vent mauvais semble souffler sur toute notre planète. Les atrocités, les crimes contre l’humanité sont de retour ici et là.

Les droites françaises sont divisées, les gauches aussi, l’Europe aussi, le monde aussi. Les temps sont devenus incertains. Chacun de nous doit revoir sa copie intérieure, ré initialiser le disque dur de ses convictions personnelles.

L’existence de nombreuses bombes atomiques dissuadent les chefs d’états d’un conflit nucléaire mondial mais paradoxalement favorise toutes les autres formes de guerres. L’homme est inventif en la matière.

Pour le moment Trump n’est pas Hitler ou Mussolini, Poutine n’est pas Lénine ou Staline. La Corée du Nord n’a pas été envahi, ni le Mexique ni le Vénézuela. Mais il est difficile de discerner comment va s’organiser le monde de demain.

Malgré les doutes, les craintes, des femmes et des hommes aujourd'hui enocre conservent au corps et au coeur l’espoir d’un avenir meilleur à ré inventer.

Depuis la nuit des temps il y a une chose qui n’a jamais changé: tout change tout le temps. Et « Rien n’est jamais acquis à l’homme sauf sa peine ».

8 juin 1945 - 8 juin 2019

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Robert Desnos (4 juillet 1900 - 8 mai 1945)

Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu'il bat pour le combat et la bataille!

Ce cœur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons, à celui des heures du jour et de la nuit,

Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines un sang brûlant de salpêtre et de haine

Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent

Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne

Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.

Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.

Mais non, c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs battant comme le mien à travers la France.

Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces coeurs,

Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises

Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :

Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !

Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,

Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères

Et des millions de Français se préparent dans l'ombre à la besogne que l'aube proche leur imposera.

Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté au rythme même des saisons et des marées, du jour et de la nuit.

Pour en savoir plus sur Robert Desnos:

https://www.reseau-canope.fr/poetes-en-resistance/poetes/robert-desnos/

 

 

Michel Serres

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

Photo Yam Bamb

« Il est arrivé dans nos pays une grande transformation produite par des causes que nous connaissons bien : l’augmentation de l’espérance de vie, la disparition progressive de la culture rurale – nous étions 50 % de paysans et nous ne sommes plus que 2 % -, les nouvelles technologies, la mondialisation de l’économie, les problèmes environnementaux tragiques, et surtout 70 ans de paix, ce qui n’est jamais arrivé dans notre histoire. Et nous sommes entrés par conséquent dans une période en rupture totale avec ce que l’on a connu. Ce n’est plus le même homme, ce n’est plus la même vie, ce n’est plus la même mort, ce n’est plus le même espace, ce ne sont plus les mêmes relations. »

Michel Serres (1er septembre 1930/1er juin 2019)

https://www.letemps.ch/societe/michel-serres-lespece-humaine-constituee-braves-gens

Fil RSS des articles