Des mots sur nos maux

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Hier soir j’ai regardé sur France 3 le film « Tu ne tueras point ». Je l’ai trouvé grandiose et j’ai invité sur messenger mes enfants à le regarder en Replay.

Puis nous avons zappé sur la chaîne parlementaire française LCP. Nous avons regardé et écoute l’émission « Ces idées qui gouvernent le monde ». Sous-titre de l’émission d’hier soir: « Le monde est-il devenu fou? » Voici trois remarques entendues:

« L’Europe est le coffre-fort du monde. » (De qui…?)

« L’Amérique est la tirelire du monde. » (Donald Trump)

 » Les guerres des peuples seront plus terribles que les guerres des rois. » ( Winston Churchill AVANT 14/18)

Ce matin j’ai cherché sur internet de qui est la première citation. Je n’ai pas trouvé la réponse mais j’ai trouvé une autre citation:

«L’Europe est économiquement puissante, politiquement faible et militairement insignifiante.» (Mark Eyskens, l’ancien Premier ministre belge)

Bonne et belle journée de printemps à tout le monde malgré tout ce qui se passe d’inquiétant.

La peste soit de ce virus

Rédigé par yalla castel - - 2 commentaires

Photo Michel Queyreur

H nous a fait découvrir le blog suivant auquel il a fait plusieurs fois référence, voici la publication d' aujourd’hui:

https://insolentiae.com/le-president-masque/

Depuis le 12 mars je respecte à la lettre les consignes exigées et je m’enferme dans l’isolement et le silence en me demandant comment avons-nous pu en arriver là?

J’ai du mal à considérer que mes voisins sont des bombes humaines qui peuvent me tuer. Que mes enfants et petits enfants sont des bombes humaines qui peuvent me tuer.

J’ai du mal à croire aussi que c’est un complot, que tout ça a été voulu, que les méchants ce sont les Chinois ou les Américains qui ont empoisonné les Chinois.

La peste soit de ce virus!

Dans le temps, lorsqu'on se sentait mourir...

Rédigé par yalla castel - - Aucun commentaire

" Dans le temps, lorsqu'on se sentait mourir, il paraît que l'on songeait à se se mettre en règle avec Dieu. Aujourd'hui, il n'en est plus question. Notre devoir consiste à nous mettre d'abord en règle avec la Sécurité sociale, sorte de laïque providence. Il est vrai que l'Etat, de plus en plus tout puissant, tend à remplacer Dieu. On s'aperçoit qu'on peut parfaitement se passer de capitalisme, de paysannerie, de classe ouvrière, mais personne n'imagine se priver de cet instrument aveugle: l'Etat. Le Tout-Puissant qui est-ce? C'est le flic du coin, le mec du guichet, le contrôleur des impôts, le juge, le chef de bureau. Dieu, c'est l'ordinateur. Il n'y a plus d'autre religion que celle du confort, de l'ordre; pas d'autre morale que celle du lapin du lapin domestique. Le rêve de la cage et de la nature assurée. On est finalement dépiauté, mis à la casserole, mais qu'importe! Mieux vaut cela que les aléas de l'aventure. On s'en remet à l'Etat, l'Etat vainqueur, l'Etat triomphant, l'Etat providence. L'Etat père et mère. On veut que tout soit organisé de la naissance à la mort, avec frais d'accouchement et d'enterrement assumés par la Sécurité sociale. La sécurité! Après des millénaires d'insécurité cruelle, voilà venu l'âge de la sécurité anesthésiante.

- Cela te va bien de parler de Dieu, de la morale, de la religion.

- Nous avons tué leur Dieu et leur religion. Ce que nous ne prévoyions pas c'est que d'autres dieux et d'autres religions naîtraient de leur cadavre. Les idéologies politiques, à leur tour religions aveuglantes, sont l'opium du peuple. Staline, Mao, ont été des dieux. Quant aux curés, ils désertent les églises de pierre, mais il y a toujours autant de curés, plus peut-être...Ils s'insérent dans d'autres Eglises (idéologiques, politiques) (médiatiques ça c'est pas dans le texte c'est moi qui l'ajoute) et ils prêchent à tour de bras."

"La mémoire des vaincus" de Michel Ragon page 554.

Du Pouvoir

Rédigé par yalla castel - - 1 commentaire

« Le Pouvoir aura triomphé une fois de plus. L’Eternel Pouvoir qui jamais ne meurt, qui ne tombe que pour renaître de ses cendres, on croit l’avoir abattu avec une révolution ou une de ces boucheries que l’on baptise révolution, au contraire le revoilà; intact, n’ayant changé que de couleur, noir ici, rouge là, ou jaune,, ou vert ou violet, tandis que le peuple s’incline, subit ou s’adapte. »

Oriana Fallaci, Un homme, 1979 cité par par Michel Ragon dans La Mémoire des vaincus page 391 de la collection Le livre de Poche

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oriana_Fallaci

Fil RSS des articles